Le 4 mai 2021 (heure de l’Est), la plateforme Yahoo Questions/Réponses s’arrêtera, mais passera d’abord en mode lecture seule à partir du 20 avril 2021 (heure de l’Est). Aucune modification ne sera apportée aux autres propriétés ou services Yahoo, ni à votre compte Yahoo. Vous trouverez d’autres informations sur l'arrêt de Yahoo Questions/Réponses et sur le téléchargement de vos données dans cette page d'aide.

JMTC93 a posé la question dans Sciences et mathématiquesAstronomie et espace · il y a 2 mois

Quand il n'y aura plus de pétrole sur terre, les déplacements en avions, en navette et en fusée seront-ils encore possible ?

Mise à jour:

@afdefde Les réserves sont si importantes ?  Pourtant on nous dit toujours que dans 20, 30 ans...

Mise à jour 2:

@Alexandre On peut faire voler un avion ou en fusée sans pétrole ? 

7 réponses

Évaluation
  • il y a 2 mois

    @oyubir : voir petit ajout ;o)

    Hydrogène...

    Déjà bien utilisé depuis des dizaines d'années pour les fusées (en embarquant également de l'oxygène, les deux à l'état de liquide cryogénique).

    Sinon la combustion se fait avec l'oxygène de l'air (tant qu'on est dans l'atmosphère :o), comme avec les hydrocarbures. C'est en vue pour les véhicules terrestres (hydrogène gazeux sous haute pression à température ambiante).

    Bien sûr, il faut produire l'hydrogène qui n'est pas une ressource naturelle, par hydrolyse avec de l'électricité... qui est elle-même produite par toute source primaire disponible : solaire, éolien, centrales thermiques à biomasse... ou nucléaire (facultatif :o)

    .

    @Fox Mulder :

    Les ressources de pétrole n'augmentent pas avec de nouveaux forages plus profond. Elles sont rendues accessibles en étant de moins en moins rentables. Quand le coût d'extraction rejoindra le prix maximum supportable économiquement pour l'usage dans les moteurs thermiques (idem pour les huiles de schistes avec en plus les dégâts environnementaux), on s'arrêtera peut-être de le brûler bêtement pour le réserver comme matière première chimique !

    @oyubir :

    Je crains que ton plaidoyer pour l'aspect renouvelable du pétrole soit mal compris par certains... :o(

    Mais ton développement de la loi de l'offre et de la demande pourrait faire un bon sujet de roman d'anticipation.

    Sinon le spatial n'est pas absolument restreint (outre l'hydrogène) à l'utilisation d'hydrocarbures.

    On utilise l'hydrazine à petite échelle (satellites, sondes) mais c'est confidentiel comme usage par rapport aux fusées. Le trinitramide N(NO₂)₃ pourrait hypothétiquement changer la donne par rapport au kérosène pour les lanceurs, avec une Isp bien supérieure. Mais d'ici qu'on puisse en synthétiser plus qu'une goutte, le pétrole a encore de beaux jours devant lui !

    .

  • oyubir
    Lv 6
    il y a 2 mois

    Bon, il y a l'hydrogène (qu'on peut fabriquer avec de l'électricité nucléaire). Cf tcherno.

    Mais je voudrais surtout faire remarquer qu'il restera toujours du pétrole.

    Même si on enlève le réchauffement climatique de l'équation (qui devrait nous convaincre d'arrêter d'utiliser du pétrole avant que ce soit parce qu'il y en a plus ; s'il ne le fait pas, on ne sera plus là pour lancer des fusées).

    D'abord, techniquement, le pétrole est une énergie renouvelable. C'est juste que le temps de renouvellement se compte en millions d'années, et qu'on a bouffé en 100 ans la moitié de ce qui a mis des milliards d'années à se fabriquer.

    Donc, si on arrête d'en utiliser la quantité de pétrole augmente à nouveau. Très très lentement (trop lentement. Car il faudrait, pour nous tirer d'affaire, qu'il se reforme vite, pour refossiliser vite le carbone qu'on a imprudemment défossilisé)

    Mais surtout donc, le point d'équilibre où l'utilisation du pétrole ne sera plus économiquement viable ne se produira pas brutalement, quand on aura vidé la dernière goutte. C'est pas comme s'il suffisait de puiser dans un puits, et dire "oups, le dernier puits est vide" quand on aura extrait la dernière goutte du dernier puits. Bien avant cela, on aura des puits bien connus, disponibles, mais trop petits, ce qui fait que lancer une opération de production (et avant ça d'exploration pour le trouver) coùtera très cher. Donc il y aura du pétrole. Mais quand le seuil de rentabilité amènera les explorateur/producteur à le vendre à 1000$ le baril aux rares clients encore prêts à en acheter, ben ces clients n'inclueront plus les vendeurs de carburant pour voiture (qui se seront depuis longtemps convertis en bornes de recharges et autres fabricants de batterie), ni les centrales thermiques.

    Mais en revanche la NASA, qui paye déjà des milliards pour un seul petit tour dans l'espace,

    Le budget carburant pour les missions lunaires par exemple représentait 0,0005% du prix (j'exclus de là le remboursement des notes de frais de plein de carburants des gens envoyés avec leur voiture faire des réunions je ne sais où. Qui pourtant a du consommer plus de carburant que les fusées elles mêmes)

    Donc bon, annoncez à la NASA que maintenant l'essence coûte 100$ le litre, ils vont dire "osef. Ça va peser 0,05% du budget au lieu de 0,0005%. On aura qu'à se serrer un peu la ceinture sur le budget post-it pour compenser".

    Bref, pour ça il restera du pétrole. Il se passera beaucoup de temps avant que même pour la NASA le pétrole ne soit plus viable.

    D'autant que quand ils seront les seuls à encore en acheter (et que Total ne sera plus qu'une compagnie dédiée à ce seul fournisseur consommant peu, mais payant très cher), le reste des réserves s'épuisera tellement peu vite que alors dire "le pétrole est une énergie renouvelable" ne sera pas vrai que "techniquement", mais en pratique (la conso de la NASA est nettement inférieur au renouvellement des réserves).

  • ?
    Lv 7
    il y a 2 mois

    Bien entendu puisque jupiter a dit qu'on allait voler à l'hydrogène.

    J'avais oublié que des fusées (ou parties) fonctionnaient à l'hydrogène. Je ne sais pas quel est le montant de l'assurance-vie des satellites et des 7 nouveaux astronautes demandés (aka NASA) mais je pense que ça n'a rien à voir avec la tienne : très chère pour trois clopinettes remboursées si on retrouve une partie de toi.Bref, pas sûr qu'il soit très sûr de monter dans un tel engin d'ici tôt.

    Quand on voit comment il faut conserver l'hydrogène, très froid ou sous une forte pression ce n'est pas très opérationnel pour du grand public ou même du commercial. Et c'est sans parler du plein.

    Donc fusée, ok. Avion sans doute pas. Voiture certainement pas.

    Pour le pétrole, c'est la rentabilité des investissements énergétiques (RIE ou EROEI) qui est la limitation : quand avec un baril, tu en sors 3, dont un sert à la transformation et un autre à la distribution et la fabrication du matériel d'extraction, soit quand tes trois barils extraits servent à extraire les trois barils suivants, la filière est morte et le pétrole résiduel reste dans le sol.

  • il y a 2 mois

    Ce sera techniquement possible car on peut faire sans pétrole pour ces usages.

  • Que pensez-vous des réponses ? Vous pouvez vous connecter afin de voter pour la réponse.
  • il y a 2 mois

    Les réserves dépendent du prix du pétrole. Aujourd'hui il est faible car la demande en pétrole a chuté donc les reserves sont suffisantes

    Mais si la demande remonte, le prix du petrole monte aussi. Ca devient alors interessant d'aller exploiter des forages plus compliqués donc plus onéreux. Du coup les reserves de petrole augmentent avec ces nouveaux forages.

  • il y a 2 mois

    en bateau plutot

  • ?
    Lv 5
    il y a 2 mois

    On sera morts et enterrés avant que ça arrrive

Vous avez d’autres questions ? Pour obtenir des réponses, posez vos questions dès maintenant.