Têtaclic a posé la question dans Arts et sciences humainesPhilosophie · il y a 2 mois

Qu'est-ce que le moi...?

 Parlez-moi de moi celui qui m'intéresse...🎶

Pas le mien, ni le sien, ni le vôtre... non, je parle bien sûr du vrai ou du faux moi philosophique, qui cela va sans dire n'est pas le moi du commun, le moi aux pouces revolver. 😜

 

Mise à jour:

Et toujours chez timinet, cette éternelle paranoïa pleurnicharde... la même absence d'humour, toute investie de son sérieux pédagogique hautain et arrogant, invitant volontiers ses insensés  contraditeurs, derniers de la classe, d'aller plutôt se faire soigner...

Comme toujours vous ne répondez pas à la question pourtant simple... faudra-t-il que vos élèves le fassse à votre place ?

Mise à jour 2:

Non arta, le moi qui m'intéresse n'est pas celui que vous me prêtez... je vous le rends volontiers.

Mise à jour 3:

Cette question, autant que je sache, n'avais pourtant rien d'incidieux comme certains aiment le faire croire...mais bon quoi de plus habituel dans cette rubrique...

Mise à jour 4:

Timinet si gourmande et intarissable, tellement pétrie de citations et références philosophiques en tout genre...

Blaise Pascal serait-il aussi nigaud que moi...?

"Se moquer de la philosophie, c'est vraiment

philosopher"... enfin, vous avez pu vous soulager de vos aigreurs, dans ce qui, tout à votre image, va bien au-delà d'une simple insulte.... alors heureuse...!? 

Mise à jour 5:

Moi c'est ce qui nous sépare des autres. Se sentant isolé et dans l'insécurité, il invente des appartenances, religieuse, nationale, politique, familiale etc... qui deviennent sa propre histoire et son importance.

C'est tellement vrai....merci

Une mention spéciale pour Pliz...70

15 réponses

Évaluation
  • il y a 2 mois
    Réponse favorite

    Le moi c'est juste une histoire qu'on se raconte. C'est notre propre importance qui nous pousse à raconter cette histoire aux autres pour leur faire croire qu'on est important.

    Moi pense qu'il a tellement de temps devant lui qu'en fait ça lui parait l'éternité, et tout ce temps qu'il pense avoir devant lui, le rend irresponsable. Il pense qu'en faisant les choses n'importe comment, il pourra revenir dessus, arranger etc...

    Moi c'est ce qui nous sépare des autres. Se sentant isolé et dans l'insécurité, il invente des appartenances, religieuse, nationale, politique, familiale etc... qui deviennent sa propre histoire et son importance.

  • Pliz
    Lv 7
    il y a 2 mois

    "Un homme qui se met sur facebook pour voir les gens, si je passe par là, puis-je dire qu'il s'est mis là pour me voir ? Non ; car il ne pense pas à moi en particulier. Mais celui qui aime quelqu'un à cause de sa beauté, l'aime-t-il ? Non; car la petite vérole, qui tuera la beauté sans tuer la personne, fera qu'il ne l'aimera plus.

    Et si on m'aime pour mon jugement, pour ma mémoire, m'aime-t-on, moi ? Non ; car je puis perdre ces qualités sans me perdre moi-même. Où est donc ce moi, s'il n'est ni dans le corps, ni dans l'âme ? Et comment aimer le corps ou l'âme, sinon pour ces qualités qui ne sont point ce qui fait le moi, puisqu'elles sont périssables ? Car aimerait-on la substance de l'âme d'une personne abstraitement, et quelques qualités qui y fussent ? Cela ne se peut, et serait injuste. On n'aime donc jamais personne, mais seulement des qualités.

    Qu'on ne se moque donc plus de ceux qui se font honorer pour des charges et des offices, car on n'aime personne que pour des qualités empruntées."

    Pascal comprend parfaitement le caractère insaisissable du moi. Il ne peut néanmoins en conclure, comme le feront les penseurs existentialistes, que le moi n'a pas d'être ou qu'il est, comme le pensera Sartre, un " néant ". Il reste en effet dépendant de présupposés essentialistes, substantialistes. L'opposition pascalienne entre l'être et l'apparaître est contestable mais elle prend son sens dans la perspective théologique de l'amour que nous devons éprouver envers Dieu, seul amour possible envers une personne. Ce texte a le mérite de montrer les illusions de notre conscience lorsqu'elle croit pouvoir se saisir. Il ne voit pas en revanche que l'être du moi n'est que l'ensemble de ses apparences successives, ce qui permet de lever le caractère aporétique de la problématique pascalienne.

  • Anonyme
    il y a 2 mois

    Nan pas moi ka mis de pouce bas au tetaclkc meme pas vrai mare nan nan

    elle radote la gateuse en pissant partou 

  • Arta
    Lv 7
    il y a 2 mois

    Celui qui vous intéresse c'est peut-être celui où on manie l'ironie, une règle de vie sur ce site en mode hypocondriaque , nerveux, lunatique , négatif, ramollo, à fleur de peau. Le Moi n'est jamais suspendu, complètement inédit, il est une épreuve psychologique même pour les plus équilibrés d'entre nous même lorsque l'on est confiné dans de bonnes conditions. Trouver l'ébauche d'un chemin plus vaste à l'intérieur de soi ? c'est le meilleur des Moi et comment ? en profitant  du confinement ( ou du 1/2) puisque le plus important n'est pas ce que l'on a subi mais la manière dont on est parvenu ou pas à l' intégrer et à le pacifier et  à l'occasion de se rencontrer soi-même c'est un trésor qui se cultive seulement en soi pour le meilleur des Moi.

  • Que pensez-vous des réponses ? Vous pouvez vous connecter afin de voter pour la réponse.
  • il y a 2 mois

    Au Regard du vivant ; ce devrait être l'expression d'un aboutissement, mais le lierre grimpant n'avait pas dit son dernier mot...n'est-ce pas, Têtaclic ?...«rien d'insidieux...» dites-vous ? 

  • il y a 2 mois

    C'est le point vers lequel se focalisent toutes nos représentations et qui accompagne toutes nos représentations. S'il n'y avait pas de moi capable de se dire "je pense" pour concevoir qu'il est ce vers quoi tout converge, il n'y aurait tout simplement pas de pensée consciente.

  • ?
    Lv 6
    il y a 2 mois

    Le moi philosophique est le soi sans foi ni loi.

  • il y a 2 mois

    C'est rien du tout le moi, parce que l'homme depuis  bébé n'est jamais rien tout seul.

  • il y a 2 mois

    < Je n’ai confiance qu’en deux personnes, la première c’est moi et l’autre c’est pas vous.>

    .

    (Les ailes de l’enfer.)

    Source(s) : Voilà une phrase que mon moi qui n'est pas toi, aime.
  • il y a 2 mois

    Le moi........

    Je pourrais évoquer le Moihisme

    Mais ça intéresse qui  ici   ?

    A part  MOI  .

    de plus je risque de me voir octroyé une MR

    autant donc que j 'abrège.

    ICI  où tout est lu en diagonale et se perd dans les poubelles de yahoo dans les heures suivantes .

    .

Vous avez d’autres questions ? Pour obtenir des réponses, posez vos questions dès maintenant.