Anonyme
Anonyme a posé la question dans Sciences socialesPsychologie · il y a 1 mois

Que faire quand on ne se supporte plus soi-même, qu'on s'en veut chaque jour ?

Qu'on ne s'aime pas (soit parce qu'on ne s'aime plus, soit parce qu'on ne s'est jamais aimé)?

D'ailleurs la Bible dit "aime ton prochain comme toi-même" ce qui suppose qu'il faut déja s'aimer soi-même pour pouvoir aimer autrui, autrement dit qu'il est impossible d'aimer autrui réellement si on ne s'aime pas déja soi même (et à plus forte raison si on se déteste soi même)! Dans ce cas on  ne pourrait que détester autrui puisqu'on se déteste soir même ! etc...etc...

Mise à jour:

Merci Margot, je ne connaissais pas ce terme !

5 réponses

Évaluation
  • il y a 1 mois

     je ne vais pas être d'accord avec margot  ( désolée margot ) mais ce ne sont pas les autres qui sont RESPONSABLES de ton mal être, mais bien toi, c'est bien TOI qui ressens  tout ça.

    Que les autres génèrent un mal être en toi même, peut être, mais ils ne sont pas responsables.  Si tu veux changer les choses, il faut commencer par les reconnaître, et prendre ses responsabilités. 

     tu ne peux pas changer le monde ni les gens qui t'entourent, mais tu peux changer ton regard, ta pensée, qui changera alors tes émotions. C'est le travail de la thérapie en partie.

     Arrête de te voir comme une victime des autres, c'est le seul moyen de te mettre en route vers toi même et d'apprendre à t'aimer en te confrontant à la vie.

     Le mieux est de faire une thérapie, mais les autres ne peuvent pas décider à ta place et en sont en rien responsables de tes problèmes internes.

     je suppose que tu es adulte?  alors parents, conjoint et entourage et les relations que tu as avec, c'est de TA responsabilité.  Change et le monde changera.

  • il y a 1 mois

    Se pardonner, et s'apprécier. 

  • Anonyme
    il y a 1 mois

    La neuvaine (du latin “novem”), telle que proposée par l’Eglise catholique, consiste à prier durant neuf jours consécutifs, généralement pour confier à Dieu une intention ou demander une grâce particulière. La neuvaine n’est pas par nature plus efficace qu’une autre forme de prière.

    Ce qui fait “l'efficacité” de la prière, si l’on peut parler ainsi, c’est avant tout la qualité de notre présence et de notre engagement. En effet, lorsque notre prière est accompagnée d’un profond désir d’ouvrir notre coeur à Dieu pour vivre de sa présence réelle et nous abandonner entre ses mains, alors le Seigneur peut agir pour rendre nos désirs conformes à sa volonté. Notre prière devient alors “efficace” au sens où elle permet ce pour quoi elle est faite : nous rapprocher du Seigneur et nous faire découvrir la vraie joie qui ne peut venir que de lui.

    La neuvaine est en revanche une manière privilégiée de prier car elle nous permet de prendre notre temps dans la prière : prendre le temps de déposer aux pieds du Seigneur une situation difficile, de lui confier avec dévotion une intention particulière, de préparer nos coeurs à recevoir ses grâces, d’accueillir l’Esprit Saint pour qu’il nous aide à discerner…

    Comme pour toute prière, les fruits de la neuvaine sont tantôt ceux attendus, tantôt différents. Nous avons en revanche l’assurance que le Seigneur répond à toutes les prières adressées au nom de Jésus, cela nous étant rappelé à plusieurs reprises dans l’Evangile : “Quand vous me demanderez quelque chose en mon nom, moi, je le ferai.” (Jean 14, 14).

    Les fruits d’une neuvaine prennent parfois des formes très concrètes : du dénouement de situation compliquée au véritable miracle, les témoignages abondent ! Dans d’autres situations, les fruits ne sont pas visibles mais n’en sont pas moins retournant : nous pouvons par exemple ressentir une grande paix, trouver la force de traverser une épreuve, être éclairés, retrouver le goût de la prière, etc. Enfin, nous pouvons parfois terminer une neuvaine et penser que notre prière n’a pas été exaucée, ou que le Seigneur l’a ignorée. Dans ces situations, seul l’acte de foi qui consiste à continuer de croire que “tout concourt au bien de ceux qui aiment Dieu” (Romain 8, 28) nous permet de ne pas désespérer. Le Seigneur nous donnera sûrement la grâce, avec le recul des mois et parfois des années, de comprendre quel était son dessein à ce moment de notre vie.

  • T*H*Y
    Lv 7
    il y a 1 mois

    largue toi :(

  • Que pensez-vous des réponses ? Vous pouvez vous connecter afin de voter pour la réponse.
  • margot
    Lv 7
    il y a 1 mois

    l'autophobie  tu vois ça a un nom donc tu n'es pas le seul  a supporter ça 

    les parents ,le milieu du travail ou autres sont souvent les responsables de ton mal être .

    https://www.doctissimo.fr/psychologie/phobies/auto...

    @la denise

    l'autophobie est une forme de dépression , et désolé mais ce sont  les parents qui sont responsables de ça ,un enfant s'il est maltraité ou injurié  etc pense qu'il n'est bon a rien ,inutile ,il yen a qui sont plus forts et ça glissera sur eux  et d'autres plus fragiles qui vont s'auto détruire sous différentes formes obésité morbide,suicide,etc etc  ,pour reprendre gout a la vie il faut qu'il soit aimé et non pas jugé!!!.

Vous avez d’autres questions ? Pour obtenir des réponses, posez vos questions dès maintenant.