Segel
Lv 7
Segel a posé la question dans Politique et gouvernementPolitique et gouvernement - Divers · il y a 4 semaines

Batho et Ruffin veulent des quotas carbone pour chaque français. Qu'en pensez-vous ?

https://m.huffingtonpost.fr/entry/delphine-batho-e...

Pour ma part ça fait des années que j'en parle ici ...

15 réponses

Évaluation
  • CPU
    Lv 4
    il y a 4 semaines

    C'est complètement stupide, parce qu'aucun autre pays n'appliquera ce système.

    Pour faire des longs courriers, il suffira donc de prendre l'avion à Genève Bruxelles Bâle Barcelone Londres ou Francfort, pour aller à l'autre bout du monde. La solution intelligente serait plutôt de taxer le kérosène et/ou d'imposer une taxe sur chaque billet d'avion.

    La démocratie ce n'est pas limiter la liberté d'aller et venir.

    Tant qu'on y est on peut aussi interdire de faire plus de 10000 km en bagnole par an et chauffer au fuel ou au gaz  à plus 19 degrés et manger plus de 5 kg de boeuf par an etc   ....

    L'écologie ce n'est pas le flicage, s'ils veulent être certains de disparaitre de la vie politique, qu'ils continuent à faire ce genre de propositions punitives et liberticides à la con !

  • il y a 4 semaines

    déjà, ce n'est pas "des quotas carbone pour chaque français", c'est des quotas carbones pour le transport aérien de loisir de chaque français". Ce qui est quand me bien plus limité....

    Je vois mal comment on pourra mettre ça en oeuvre facilement. Faudra t-il que chaque passager fournisse un justificatif de déplacement pour chaque achat de billet, plus un carnet de quota avec points au reliquat calculé à chaque fois ?

    L'étudiant de Nanterre  qui veut retrouver sa famille à Toulouse pour le réveillon de Noel devra t-il se taper 30h de route, pour ne pas être interdit de vol à sa prochaine visite ? Les Amiénois ou Brestois seront-ils condamnés à 4 jours de bagnole pour leurs 6 jours de congé à Barcelone, s'ils veulent pouvoir aller à Hyères le week-end de Pentecôte ?

    Partir en Grèce pour ses vacances en 2020 pénalisera -il pour pouvoir les passer en en Islande en 2021, ou aura t-on dépensé tout son quota jusqu'en 2022 ou plus ?

    Un point pas du tout abordé : a t-on prévu des transports en commun pour compenser ces restrictions de déplacements, ou verrons-nous décupler le nombre de bagnoles et bouchons sur les routes ?

    D'autre part, où le but avancé de justice sociale serait-il atteint ?... je ne vois pas comment ça pourrait pénaliser les plus riches et pas les plus pauvres.

    Le smicard qui veut prendre Ryan air pour sa semaine de vacances à Madère ou Djerba bouffera son quota pour l'année voire la suivante, tandis que le dircom d'HBSC pourra sans problème trouver une cause professionnelle pour tous les séjours/loisirs que bon lui semble aux Seychelles ou Miami .

      - Ceci dit, l'un ou l'autre pourra partir de n'importe quel aéroport européen le plus proche de chez lui, sans aucun souci de quota-

    Pire pour les vols intérieurs, d'ailleurs : qui des deux trouvera un prétexte "pro" facilement pour chaque week-end à Cannes ou Deauville ? Les riches prendront l'avion autant qu'avant et ce sont les pauvres qui seront pénalisés alors que ce sont eux qui déjà le prennent le moins.

    Et ils vont accepter ça comment les Français voyant leur liberté de se déplacer ainsi alors qu'ils verront des millions de touristes continuer eux à pouvoir le faire à leur guise ?

    On sait bien qu'il faut arrêter d'augmenter le trafic aérien - si possible réduire à minima. Mais cette solution parait bien peu judicieuse  ni juste ni efficace.

    Il faudrait simplement qu'il y ai moins d'avions - moins de lignes, déjà pour les courtes distances, et pouvoir coupler ça avec la limitation du tourisme de masse.

    Mais offrir des alternatives en même temps, par ex plus de trains, des trajets qui seraient eux-même une partie loisir du voyage et non juste un transport obligé, et mieux équilibrer ainsi le volume d'occupation touristique.

  • il y a 4 semaines

    [compléments plus bas à edi, CPU et Anne Onyme les bloqueurs]

    Heu…

    Pour le coup qu'est-ce que c'est que cette question orientée et mal posée !? Venant de ta part en plus !?

    Habituellement les merdia qui diffusent une idée potentielle la résume dans le chapeau en mots lapidaires qui tendent à laisser penser qu'elle est bien implantée et le titre lui ne laisse aucun doute à sa réalité et à la chaîne de cause à effet … dont l'article démontre en long et en large qu'elle n'existe pas !?

    Or pour le coup le Huf PRÉCISE BIEN DÈS LE TITRE QU'IL NE S'AGIT QUE DE L'AVION !

    Pourquoi ne pas l'avoir précisé alors que tu as toute la place pour le faire dans ta question !!

    Pour répondre à la question, c'est sans doute une bonne idée en développant et mettant en avant les alternatives tant en mode de déplacement qu'en destinations.

    Tout comme la fin des vols domestiques… dont ils étaient à l'origine de l'idée il y a un an ! :D

    Mais bon, ce n'était pas une idée macroniste, donc elle n'avait pas d'existence ni de réalité…

    Qu'on sépare vols personnels et pros est logique, même s'il faudrait aussi mettre la pression sur les vols pros (taxes ? Quotas plus élevés ?).

    Je ne comprends pas la distinction entre vols familiaux et de confort ? S'agit-il de vol internationaux pour familles multi-ethniques ou expatriées ? Mais cela fait aussi partie des vols de confort même si c'est compréhensible qu'on leur permette plus de déplacement que le Français moyen qui en fait autant mais dans le pays et sans quitter le sol.

    C'est une bonne idée pour réduire rapidement aujourd'hui le trafic, donc sa pollution. Mais c'est une mauvaise façon de le faire en ce qu'elle est encore contraignante voire punitive alors qu'il faudrait surtout que les gens prennent conscience de la nécessité de réduire leurs émissions, donc de faire d'eux même des efforts, peut-être plus dans certains secteurs qu'ils souhaitent (certains n'ont pas de voiture et ne quitte pas leur ville, épargnant un long AR par an) pour privilégier un autre.

    Enfin, techniquement, comment le mettre en place ? Il n'y aura que les Français qui auront ce quota, donc comment limiter une réservation à l'étranger ? Rien n'empêcherait de faire le tour du monde après avoir fait un saut de puce à l'étranger et pris des vols depuis cet endroit. Voir il suffirait de prendre le train pour traverser la frontière et s'envoler pour n'importe où, n'importe quand, en n'attaquant même pas son quota ! Dernière solution qui privilégiera… les plus riches, à l'opposé de l'esprit de leur loi.

    Autre souci : et si tu termines ton quota à l'étranger, outremer ; comment rentres-tu ? À la nage ? Il suffit de faire un voyage à deux étapes donc trois vols pour ne plus être dans le AR. Inversement si ça se joue sur le nombre de kilomètres, il faut pouvoir dépasser un peu, ponctuellement. Alors taxe sur ce dépassement ou report sur le prochain quota ?

    Donc bonne idée pour un temps mais manifestement difficile à mettre en œuvre ou qui va encore favoriser certaines personnes.

    On rejoint là encore une critique souvent faite à maintes propositions et solutions écolo qui demanderaient dans l'idéal le soutien de tout ou majeure partie des pays.

    @edi le bloqueur (et Cap'tain), ceux qui vivent sur le capital et l'épargne fossiles des autres vont faire la gueule.

    Friqués ou pas…

    @CPU le bloqueur, On pourrait dans la même logique limiter toutes les consommations émettrices de CO2 parmi lesquelles tu as oublié l'agriculture productiviste.Je ne vois pas en quoi taxer le kérosène changera fondamentalement les choses, sauf à payer dès le 1er kilomètre polluant : puisque seule la France serait touchée, les Français partiraient toujours de l'étranger en ayant pris leur ticket à une agence étrangère, le tout permettant sans doute de favoriser les riches qui peuvent faire un voyage de plus, ou obtenir ces billets de l'étranger.

    @Anne onyme la bloqueuse, marché à la con qui ne favorise certainement pas la baisse de production de CO2 et amplifie la fracture masse de pauvres-qui vendent leur droit pour vivre / poignée de riches-qui prennent encore plus de vacances plus loin.

  • il y a 4 semaines

    Par rapport au contenu de l'article, cela me semble quand même très bancal. Tout d'abord l'article semble indiquer que ce quota carbone sera uniquement pour les voyages en avion. Et encore, puisque l'article écrit "tout en précisant que cela concernerait les déplacements de loisir et non ceux d’ordre professionnel ou familial".

    Rien qu'à cette phrase on sent les emmerdes arriver. Tu prends l'avion avec toute ta famille pour passer des vacances chez des membres de ta famille. C'est du loisir (à comptabiliser), ou du familial (à ne pas comptabiliser)?

    Accessoirement, va-t-on travailler sur une émission carbone théorique pour chaque vol, ou sur l'émission "réelle"? Sachant que la compagnie n'a qu'un idée approximative de l'avion qui sera utilisée, quand tu prends ton billet, sera-t-on refoulé au dernier moment, dans le cas "réel", s'il est au final remplacé par un avion plus polluant qui te fera dépasser ton quota?

    Proposer des utopies (comme la fin des voitures thermiques en 2040) c'est bien, cela fait parler de soi dans les médias. Mais cela serait nettement mieux si on était capable d'expliquer comment on y arrive.

  • Que pensez-vous des réponses ? Vous pouvez vous connecter afin de voter pour la réponse.
  • il y a 4 semaines

    J'en pense que la préservation et la gestion de l'environnement est une affaire de morale PUBLIQUE par définition.

    Il me semble particulièrement mal venu de vouloir y appliquer des solutions INDIVIDUALISTES contraignantes selon un modèle LIBERAL. Car alors ce serait la négation des notions de solidarité et d'intérêt public.

    Nos amis Japonais par exemple sont sensibles aux questions environnementales, non à cause de contraintes individuelles, mais grâce à une culture commune du respect de la propreté de l'espace public.

    Soumettre chaque individu à une inquisition écologique serait aussi inefficace que liberticide. Il faut, dès l'école, rééduquer les gens à la propreté : on ne salit pas et on ne pollue pas parce que c'est moralement et socialement incorrect, autrement dit parce que ça ne se fait pas ! Voilà ce qu'il nous faut réapprendre à nos enfants ...et à nous-mêmes.

  • il y a 4 semaines

    dans l'hypothèse ou l'on ne souhaite que 2° d'élévation de température d'ici la fin du siècle il nous faut faire des efforts colossaux, si l'on instaure un quotas carbone par personne, ça t'autorise à faire un vol Paris/New-York par an..... et la même année tu ne consommes plus rien, même pas de la bouffe, parce que ton quotas carbone est déjà utilisé en totalité. 

    ceci dit, même si on ne fait rien tu ne fera aucun voyage en avion en 2100 parce que les réserves de pétrole seront épuisées bien longtemps avant cette date. 

    et ça veut dire autrement plus de problèmes qu'une simple gêne pour voyager loin.... 

    Source(s) : cours de Jancovici à l'école des mines Paris tech. (trouvable sur youtube)
  • il y a 4 semaines

    On peut vendre son quota quand on ne ne prend jamais l'avion ?

  • il y a 4 semaines

    Pourquoi pas? Mais comment mettre cela en place? C'est quasi impossible à moins de fliquer à outrance. 

  • il y a 4 semaines

    Moi, il y'a une question que je me pose

    Dans la mesure ou l'UE dans son ensemble pollue  moins que les USA, la Chine et l'Inde pris individuellement, et donc que la part de la France dans la pollution mondiale est ridicule, est ce que cela a vraiment un effet de, en France, taxer les SUV, faire des quotas carbone ou je ne sais quelle autre mesure écolo?

  • il y a 4 semaines

    Et comme toujours ils s'en prennent aux voyages en avion symbole pour eux des "voyages de riches" (on me dit dans l'oreillette qu'il y a aussi les low cost)

    Et comme toujours, le coq s'agite sur son tas de fumier en oubliant que le monde autour continue de tourner.

Vous avez d’autres questions ? Pour obtenir des réponses, posez vos questions dès maintenant.