Anonyme
Anonyme a posé la question dans Arts et sciences humainesPhilosophie · il y a 1 mois

a-t-o besoin de lois et fonctionnaires pour les faire appliquer, pour vivre heureux ?

L’État collectiviste fera tout diriger par une immense armée de fonctionnaires destinés à règlementer les moindres actes de la vie des citoyens. Ces fonctionnaires forment déjà des bataillons épais. Ils sont aujourd’hui les seuls maîtres réels dans l’État. Leur nombre s’accroît tous les jours, par le fait seul que s’accroissent les lois et les règlements qui limitent de plus en plus l’initiative et la liberté des citoyens

5 réponses

Évaluation
  • il y a 1 mois
    Réponse favorite

    C'est l'effet pervers de la revendication de droits :

    Pour que je bénéficie d’un droit quelconque, il faut bien qu’une autorité existe pour l’autoriser et imposer simultanément des obligations qui permettent précisément à ce droit d’exister et en garantissent la jouissance, c'est-à-dire des lois coercitives et des devoirs astreignants.

    Par exemple mon droit de circuler « librement » sur la voie publique ne peut exister effectivement qu’à la condition que des lois m’en donnent la permission et exercent une contrainte sur tous les usagers de la route et donc aussi sur moi-même. Or ces lois fixent à mon indépendance des limites et des devoirs eux-mêmes astreignants. Il m’est bien permis de conduire, mais, dans l’exercice de mon droit de circuler, ma liberté doit se contraindre elle-même à ne faire que ce qui est autorisé par la loi : Je suis pressé par une obligation professionnelle urgente ou je désire simplement me griser de vitesse, mais il me faut m’astreindre à ronger mon frein. Mon devoir est de ne pas faire ce que j’ai intérêt à faire ou ce que je désire faire ; non simplement par peur du gendarme, mais parce que je sais bien que, si nous ne retenions jamais de faire ce que nous désirons faire, il en résulterait que mon droit de circuler serait automatiquement anéanti par l’insécurité générale qu’engendreraient ma propre inconduite et de celle des autres.

    L’illusion de la licence publique, c'est-à-dire d’une « liberté » sans frein, est donc de croire que l’on peut jouir d’un maximum de droits en échange d’un minimum de contraintes : la société libérale serait cette sottise. Or la société libérale est exactement le contraire. Plus une société est libérale, plus il est vrai qu’elle accorde aux individus des droits. Mais plus il est également vrai qu’elle doit nécessairement créer une pléthore de lois et en général de dispositifs de contrôle et de contrainte précisément pour garantir les droits qu’elle accorde.

    Il est très important de remarquer que la multiplication des lois et des contraintes ne provient donc ni de la violence inhérente au pouvoir politique, ni de la prétendue manie des législateurs de légiférer à tout bout de champ. Mais fondamentalement de ceci : Plus grand est le nombre de droits et de libertés publiques que revendiquent les individus, plus se multiplient automatiquement les dispositifs qui restreignent l’indépendance de tous, et en particulier des naïfs qui ne comprennent pas cette équation élémentaire : Droits = f (Lois).

    De sorte qu’on aura beau faire, on ne sera jamais plus avancé : La quantité totale de libertés publiques que toute société peut accorder à ses membres sera nécessairement toujours régie d’une manière quasi mathématique par cette relation. La revendication rationnelle des individus d’un maximum d’indépendance engendre certes bien la création de plus de libertés publiques ; mais, comme la multiplication des libertés publiques entraîne automatiquement la multiplication de lois contraignantes qui encadrent et garantissent ces libertés, l’indépendance et l’initiative des individus se trouvent en fin de compte encore plus étroitement limitées qu’auparavant, et ce par des dispositifs de plus en plus automatiques, aveugles et dénués de discernement. C’est là un effet pervers émergent incontournable !

    L’erreur de nombre de citoyens est ainsi d’avoir peut-être trop compté sur le pouvoir et sur des dispositifs pour imposer ce que leur propre conscience aurait tout simplement spontanément dû exiger d’eux-mêmes. Ce n’est donc pas parce qu’il s’est mis à exister de plus en plus de contraintes que nous sommes devenus moins libres ; c’est au contraire parce que nous n’étions pas au départ assez libres et responsables qu’il s’est mis à exister de plus en plus de contraintes. La solution de cette antinomie est bien connue : C’est que ce qu’il nous faut ce n’est pas plus de dispositifs institutionnels, fussent-ils libéraux, mais seulement plus d’autonomie.

    Source(s) : Source : Moi.
  • il y a 1 mois

    En fait, c'est l'exact inverse...

    Nous assistons aujourd'hui à la disparition des fonctionnaires. Ceux qui partent en retraite ne sont pas remplacés et on bouche les trous avec des stagiaires, surtout dans les administrations.

    Plus la population française augmentait, plus les fonctionnaires de rarefiaient. 

    Je ne parle pas des commissions parlementaires, ni d'emplois fictifs, je parle de tous les administrés qui font tourner la machine de ce pays: secrétaires de mairie, agents d'entretien des espaces verts, gestionnaires de collectivités, agents sociaux, psychologues et infirmiers des prisons, réceptionnistes en tout genre etc.

    Afin de réaliser des "économies", de multiples postes ont été requalifies, c'est à dire que trois postes différents ont fusionné en un seul. Résultat, tout ce qui faisait le "luxe" et le "charme" de la vie civilisée a disparu. Ce n'est pas valable qu'en France, demandez aux anglais ce qu'ils pensent de leurs administrations alors qu'ils en étaient si fiers... Plus personne pour accueillir (sauf chez Pôle emploi), plus personne n'a le temps: les rendez-vous durent vingt minutes montre en main et sont menés tambour-battant donc un sentiment d'anonymat prégnant et délétère. 

    En réalité, pour que les services administratifs redeviennent "invisibles et imperceptibles", ce qui est en définitive la marque de leur bon fonctionnement, il faudrait doubler le nombre de fonctionnaires. Si, tout ce qui ne va pas, nous impacte c'est parceque nous le remarquons, car malgré le travail effectué des tas d'autres tâches qui étaient faites avant, ne le sont plus et ce manque devient de plus en perceptible. Cela fait quarante ans que de grands administrateurs disent que l'on veut la mort des administrations françaises et que tout le monde les écoute en rigolant, en pensant uniquement aux soit-disant avantages des fonctionnaires. 

    Il faut bien se rendre compte que l'énorme état français ne survivra pas à la perte de ses administrations car aucune entreprise privée, même gigantesque, ne pourra jamais remplacer les trois siècles d'histoire du fonctionnariat public. Un état sans fonctionnaires n'existe tout simplement pas.

  • iloa
    Lv 4
    il y a 1 mois

    Vous savez ce que vous critiquez ne concerne pas uniquement les fonctionnaires.

    Dans la société toute entière, à partir du moment où des hommes ont un ascendant sur d'autres hommes, certains sont tentés d'user et d'abuser de leur pouvoir.

    Nous avons besoin de lois, de règles pour vivre ensemble.

    Une société sans garde-fou est vouée au chaos.

    Attachons-nous plutôt à faire des lois justes et les plus équitables possibles et puis veillons à les respecter et à les faire respecter.

    C'est à mon avis ainsi qu'on peut vraiment vivre mieux ensemble.

  • Gonzo
    Lv 7
    il y a 1 mois

    Le far west n'a pas été une expérience concluante.

    l'expérience à montré que laisser libre court aux individu n'entraine que Chaos.

    ( y'a qu'a voir le bordel en haute finance, hein ).

    mais y'a des limites aux réglementations, et savoir mesure garder ... comme demander aux gens de faire une attestation de sortie validé par eux même. ça en devient grotesque.

    les réglementations ne doivent pas devenir infantilisante, ni étouffer la vie collective

  • Que pensez-vous des réponses ? Vous pouvez vous connecter afin de voter pour la réponse.
  • Anonyme
    il y a 1 mois

    réfléchissez à votre imbécilité  .

     Car sans service public l'état dit collectiviste vous fera ramper là où vous ne vouliez pas aller 

Vous avez d’autres questions ? Pour obtenir des réponses, posez vos questions dès maintenant.