Comment comprendre ce ratio? Merci de m'éclairer. ?

"Une étude suédoise a estimé un ratio de 1,4:1 femme trans par rapport aux hommes trans, pour ceux qui demandaient une chirurgie, et un ratio de 1:1 pour ceux qui l'avaient réalisée."

=> Ca veut dire qu'il y a combien de femmes cisgenres et combien de femmes transgenres. Comment convertir ce ratio (incompréhensible pour moi) en nombre de personnes, en clair, combien y'a t-il de femmes transgenres et combien y'a t-il de femmes cisgenres en France en 2020. 

Merci pour les explications ou les conversions en nombre "compréhensibles", en plus, c'est tellement difficile de trouver des sources sur les transgenres (ou les femmes, d'ailleurs -- comme par hasard, si on avait cherché un chiffre sur la population masculine, là, on aurait trouvé tout de suite; c'est marrant comme les tous les sujets qui touchent les femmes sont tabous, je dis ça juste au cas où y'a des gens qui ne s'étaient pas encore rendu-e-s compte qu'on vivait en effet dans une société hétérosexiste). 

1 réponse

Évaluation
  • oyubir
    Lv 6
    il y a 2 mois
    Réponse favorite

    Qu'on soit dans une société hétérosexiste, ça ne fait aucun doute. Ces choses prennent du temps. Moi-même, j'avoue avoir du chercher sur wiki la définition de "cisgenre" pour comprendre votre question. Ce qui est révélateur : ça ne m'avait pas traversé l'esprit qu'il fallait un mot pour cela, puisque c'est la "normalité". Un peu comme le mot "homosexuel", autrefois était connu bien avant le mot "hétérosexuel". (Et pourtant, il y a un jeune homme transgenre dans ma propre famille — c'est pas comme si j'étais un vieux con déconnecté pensant que ce sont des histoires qui n'arrivent "que dans certains milieux")

    Mais cet article n'en est pas du tout la preuve. Si vous n'arrivez pas à y trouver l'info que vous voulez, cela vient uniquement du fait que vous cherchez à y lire des choses qui n'y sont pas. L'article ne parle pas de cela, c'est tout.

    L'article porte sur une inégalité autre : celle qui fait que les médecins (enfin, je suppose. Je n'ai lu que ce que vous avez cité) semblent être plus réticents à aider un homme à faire en transition vers le genre féminin, que l'inverse.

    L'article parle en ratio pour simplement ne pas être biaisé par le fait que le nombre de  transgenre demandant une opération est différent  pour les hommes que pour les femmes. Donc comparer le nombre d'opérations réalisées serait peu révélateur, puisque la différence de nombre d'opérations réalisées serait à la fois du à la différence de nombre de demandes et de nombre d'acceptation par les médecins.

    S'il y a 100 demandes d'opérations chez les hommes et 140 demandes chez les femmes, et disons 50 opérations réalisées chez les hommes, alors il y a 50 opérations réalisées chez les femmes.

    En d'autres termes, les femmes ont moins de chances de voir leur opération acceptée que les hommes. Et la seule raison pour laquelle ça ne se voit pas sur les chiffres des opérations réalisées (qui semblent égalitaire : 50-50), c'est qu'il y avait plus de demandes chez les femmes.

    Même pour dire cela, la présentation est étrange. Mais dire "50/100=50% des opérations sont acceptées chez les hommes, alors que 50/140=36% des opérations sont acceptées chez les femmes" serait un abus : l'étude est faite à un instant t; personne ne sait encore combien des demandes en cours (les 140 vs 100) seRONT acceptées ; et personne ne sait combien de demandes refusées existaient à côté des 50 et 50 acceptées, car ben il n'y avait pas eu d'étude suédoise à ce moment.

    Ce 50%/36% ne serait vrai que s'il n'y a pas eu d'évolution dans le temps du nombre de demandes (ce qui est probablement faux)

    Donc c'est plus honnête de présenter ces ratios. De constater que plus de femmes que d'hommes demandent une opération, alors que seulement autant de femmes que d'homme l'obtiennent.

    Cet article en tous cas n'est pas un article qui vous donnera des proportions cisgenre/transgenre. Ce n'est pas le sujet.

    Vous pouvez déplorer qu'il soit difficile d'avoir cette information (mais enfin, vous comprenez aussi, je pense, qu'il serait délicat que cette information soit facile à obtenir. Vous ne voulez pas, je suppose que ce soit de l'open-data. C'est quand même intime. Bien sur, ça n'empêche pas les statistiques, mais ça impose une grande prudence sur la communication des données à des chercheurs. Même quand je travaille sur la polyarthrite, je dois faire 1 an de dossiers pour obtenir les chiffres que je veux d'un seul hopital).

    Mais reprocher à des gens qui ont fait une étude sur l'inégalité homme/femme face aux opérations de ne pas avoir fait une autre étude sur le sujet qui vous intéresse, ça ne me semble pas pertinent.

Vous avez d’autres questions ? Pour obtenir des réponses, posez vos questions dès maintenant.