Anonyme
Anonyme a posé la question dans Amour et relationsFamille · il y a 2 mois

c'est a cause du stress des enfants,angoisse de leurs avenir ou autre que très souvent les couples avec des enfants deviennent alcooliques?

car j’avais déjà remarquer cela quand je devait avoir 6ans avec mes parents, et je voit la même chose avec mon frère et la belle sœur, bon alors c'est sur leur alcoolisme est caché-camouflé par le coté bon vivant et gourmet (sa boit du vin blanc ou jaune dans de très beau verres et pas *** sec, mais a la fin du repas, tu t'aperçoit que qu'ils ont but quasiment 3 bouteilles chacun...

Mise à jour:

leady peal: oui t'a pas tord, la trés grande majorité des hommes en france picolle ou se drogue car ils non pas de femmes, et ensuite repicolle car celle ci leur a imposer son envie de mômes, c'est un cercle morbide lol

Mise à jour 2:

edit: mais je me demande alors pourqoui les mére de famille picolles autant, car ma mère picoller quand meme 6 fois moins que le pére a l'époque qui pouvait pas faire un diner sans être ivre......

Mise à jour 3:

Ted Beneke à l'hosto: ou peut etre l'ennuie dans le couple qu'on n'ose pas avouer en tous cas tu fait bien de moins picoler, car je trouve rien de plus débile et égoiste que d'etre dans l'autodestruction quand on n'a des enfants, moi je veut pas d'enfants et si j'avait était clopeur, drogué, alcoolique j'aurait tous arreter pour assurer la survie de mes enfants

Mise à jour 4:

anonyme: tous comme chaque alcoolique, mes parents me disait que c'était uniquement festif et menter en rabaissant leurs consomation réel, le célèbre 2-3 verres alors que c'était 12-13.....

11 réponses

Évaluation
  • il y a 1 mois

    Non, c’est une maladie qui touche la France depuis les années 90, elle touche tout le monde, toutes les classes sociales, comme celle de la consommation des drogues douces.

    Ce changement a été apporté par la mondialisation, donc baisse du prix de l’alcool, multiplication des nouveaux produits, par l’interdiction de fumer dans les bars, et la baisse du temps de travail.

    J’ai connu cette France qui sortant le soir se contentait d’un verre, et sans problème.

    Celle aussi où être bourré était une honte pour la famille, dans un repas tu passais pour le roi des nuls, tu te faisais chambrer grave, et on ne manquait pas de te le ressortir régulièrement.

    • Commenter avatarConnectez-vous pour commenter des réponses
  • il y a 2 mois

    ben heureusement que non !

    • Commenter avatarConnectez-vous pour commenter des réponses
  • cyrano
    Lv 6
    il y a 2 mois

    L'alcoolisme n'a pas une seule cause particulière.

    On trouve des alcooliques qui boivent pour des raisons opposées.

    Après pour se déresponsabiliser chacun trouve une bonne raison à son alcoolisme.

    Personnellement je pense que cela doit provenir d'une certaine fragilité face à  l'alcool.

    Au début c'est festif et puis cela devient une dépendance chez certains.

    • Commenter avatarConnectez-vous pour commenter des réponses
  • edi
    Lv 7
    il y a 2 mois

    Les enfants n'ont rien à voir là-dedans. Svt les alcooliques sont des personnes fragiles qui ont une résistance à la frustration assez faible et l'alcool les aide à surmonter toutes formes de stress et le stress causé par les enfants (responsabilité quasi quotidienne jusqu'à leurs 20 ans si c'est pas leurs 30 ans) peut en être un très fort. Mais tu ne dois pas oublier aussi que l'alcoolisme est une maladie qui peut toucher n'importe qui n'ayant pas d'enfant et aimant, évidemment, l'alcool festif.

    Pourquoi certain(e)s deviennent alcooliques et pas d'autres, avec les mêmes quantités d'alcool absorbée lors de fêtes, est une autre question. 

    ET tes parents sont comme tous  les alcooliques qui reconnaissent rarement qu'ils ont un problème avec l'alcool.

    • Commenter avatarConnectez-vous pour commenter des réponses
  • Que pensez-vous des réponses ? Vous pouvez vous connecter afin de voter pour la réponse.
  • pat
    Lv 7
    il y a 2 mois

    Je ne suis pas persuadé du lien entre les deux, en tout cas dans mon entourage immédiat il y a peu d'alcooliques. l'ivrognerie festive y est aussi très épisodique.

    Le seul qui l'était l'est devenu à cause de son travail pas de la famille, il en a pris conscience avec une perte de permis et ne boit plus rien depuis 2 ans au moins.

    • edi
      Lv 7
      il y a 2 moisSignaler

      L'alcoolisme est reconnue depuis déjà longtemps comme une maladie qui n'est pas forcément liée à des problèmes que l'on rencontre dans la vie.

    • Commenter avatarConnectez-vous pour commenter des réponses
  • il y a 2 mois

    Pas forcement 

    Quand j'étais célibataire je picolais beaucoup plus que depuis que je suis parent 

    L'alcoolisme c'est souvent des problèmes purement personnels à régler

    • Commenter avatarConnectez-vous pour commenter des réponses
  • il y a 2 mois

    Déjà vu des alcooliques sans enfants, à cause de leur femme peut être ? Et ceux qui n'en ont pas ? C'est parce qu'ils en veulent une ? 

    • Commenter avatarConnectez-vous pour commenter des réponses
  • Anonyme
    il y a 1 mois

    ainsi va le monde de demain

    • Commenter avatarConnectez-vous pour commenter des réponses
  • il y a 3 semaines

    L'ennemi du marin , c'est l'alcool  !

    • Commenter avatarConnectez-vous pour commenter des réponses
  • il y a 1 mois

    L'alcoolisme et l'anxiété ont ceci en commun que ce sont des maladies qui viennent des parents. Dans le cas de l'anxiété, on parle de structure anxieuse. Les enfants deviennent anxieux ou alcooliques ou ont les deux pathologies parce que leurs parents sont anxieux ou alcooliques, ou les deux en même temps. Bien souvent, les enfants sont anxieux ou alcooliques parce que leurs parents ne reconnaissent pas que, eux-mêmes, ils ont l'une ou l'autre de ces pathologies ou les deux.  

    Les parents ne vont pas admettre qu'ils souffrent parce qu'ils ont été élevés dans le déni. Dans leur esprit, ce n'est pas eux le problème, c'est l'enfant. Les parent(s) se comportent comme si tout dans leur environnement était normal, ce qui n'est pas le cas.

    J'ai fait d'ailleurs un atelier sur l'anxiété, et ce que j'ai constaté, c'est que tout le monde n'est pas anxieux de la même façon. Mon père était un modèle de contrôle: je ne me contrôle pas moi, je te contrôle toi. Il ingérait de grandes quantités d'alcool: une bière au retour du travail, suivi d'un gin tonic puis du vin à table. Après le souper, une heure ou deux avant d'aller coucher, un gin sur glace. Toujours le même rituel.  Ma mère buvait à table, mais rien avant, rien après, ou très peu. Ma mère était proche de l'hystérie quand elle était anxieuse.  Je me souviendrai toujours de sa réaction quand enfin j'arrivais de mon cours au cégep, tandis que 14 jeune femmes perdaient la vie parce qu'elles voulaient être ingénieurs, Les deux établissements sont distants l'un de l'autre d'une dizaine de kilomètres.

    • Commenter avatarConnectez-vous pour commenter des réponses
Vous avez d’autres questions ? Pour obtenir des réponses, posez vos questions dès maintenant.