Théodore-le-Hars a posé la question dans Arts et sciences humainesPhilosophie · il y a 2 mois

Quel confiné êtes-vous, test ?

Mise à jour:

Je confirme que sur la plupart des questions il n'y a aucune réponse qui me corresponde. Il aurait au moins fallu mettre une case "autre"..quel philosophe représente le mieux ceux qui rentrent dans la case " autre" ?

23 réponses

Évaluation
  • 🎏
    Lv 7
    il y a 2 mois
    Réponse favorite

    Vous êtes méditatif avec Heidegger.

    Vous n’êtes pas du tout tranquille en sachant que la mort rôde et peut atteindre chacun d’entre nous. Mais, avec MartinHeidegger (1899-1976), vous pensez que cette angoisse est essentielle à notre humanité. Nous sommes des êtres finis, des « êtres-pour-la-mort », et nous devons avoir le courage de la regarder en face. La période que nous traversons, d’après le philosophe de la Forêt-Noire auteur d’Être et Temps, estsans doute une chance autant qu’un malheur. Elle sera peut-être l’occasion de nous tourner, dans une posture méditative, vers ce qui fait le fond notre existence : notre traversée du temps, l’échéance de notre disparition. En négligeant l’accessoire, nous pourrons espérer entretenir un rapport moins instrumental et moins mécanique au monde. 

    Malgré tout : n’oubliez pas de vivre !

  • Niezky
    Lv 6
    il y a 2 mois

    Mon cas ....Je suis confiné aux confins des grandes solitudes  depuis déjà ....2 mois ... que j'ai pas croisé un bipède  c'était pour pour payer l'internet . Ceci dit je suis plus proche (au moins a 10 mètres)  de Nietzsche ...

  • Joël
    Lv 7
    il y a 2 mois

    prudent avec Aristote comme beaucoup ici

    ce test m'a plu mais je n'aime pas la dernière phrase qui dit qu'à force d'être trop prudent on risque de s'éloigner des autres, chose que je ne conçois pas car au contraire j'ai l'impression de participer à l'effort collectif en respectant les règles.

  • il y a 2 mois

    Vous êtes prudent avec Aristote

    Adepte d’Aristote (384-322 av. J.-C.), vous considérez que la bonne attitude pendant la crise consiste à tenir la juste distance entre la témérité et la lâcheté, l’inconscience et la paranoïa, la méditation et l’action. Aristote appelle « prudence » (phronesis en grec) cette vertu qui consiste à considérer le bon moment (kairos) pour faire quelque chose, à tirer parti de l’expérience acquise, à participer à la vie collective sans devenir un enragé ni un idéologue. L’homme prudent n’applique pas des principes abstraits au réel mais mesure les situations et la justesse de l’action. Par cette attitude différenciée et rationnelle, vous espérez échapper à la panique comme à l’aveuglement.

    À force de choisir le juste milieu, prenez simplement garde à ne pas devenir indifférent à la tragédie que nous traversons.

  • Que pensez-vous des réponses ? Vous pouvez vous connecter afin de voter pour la réponse.
  • il y a 2 mois

    Vous êtes audacieux avec Nietzsche

    Vous avez fait vôtre la maxime de Friedrich Nietzsche (1844-1900) : « Ce qui ne me tue pas me rend plus fort. » La panique collective et ses mouvements de foule vous dégoûtent. Vous gardez votre esprit critique face aux instructions autoritaires de l’État. Au fond, l’épidémie est aussi pour vous l’occasion d’éprouver votre puissance d’être. Si vous devez être atteint, vous espérez trouver en vous les ressources nécessaires pour traverser cette épreuve et atteindre cette « Grande Santé » prônée par l’auteur d’Ainsi parlait Zarathoustra. Et celle-ci ne se mesure pas au thermomètre, mais à votre force d’âme. Attention, toutefois, à ne pas devenir complètement oublieux des risques que vous prenez et faites prendre aux autres.

  • il y a 2 mois

    Vous êtes méditatif avec Heidegger.

    https://breakingmuscle.com/coaches/levi-harrison

    https://olivier-lafay.com/

    je ne SORS plus de chez moi

    Vous n’êtes pas du tout tranquille en sachant que la mort rôde et peut atteindre chacun d’entre nous. Mais, avec MartinHeidegger (1899-1976), vous pensez que cette angoisse est essentielle à notre humanité. Nous sommes des êtres finis, des « êtres-pour-la-mort », et nous devons avoir le courage de la regarder en face. La période que nous traversons, d’après le philosophe de la Forêt-Noire auteur d’Être et Temps, estsans doute une chance autant qu’un malheur. Elle sera peut-être l’occasion de nous tourner, dans une posture méditative, vers ce qui fait le fond notre existence : notre traversée du temps, l’échéance de notre disparition. En négligeant l’accessoire, nous pourrons espérer entretenir un rapport moins instrumental et moins mécanique au monde.

    Malgré tout : n’oubliez pas de vivre !

    • Commenter avatarConnectez-vous pour commenter des réponses
  • il y a 2 mois

    Pour ma part, je suis discipliné, je ne SORS plus de chez moi, à de rares occasions, pour faire des courses 1 x toutes les 2 semaines. Les différentes activités comme les jeux de société ont été annulées et les jeux de rôles se poursuivent par visio, à condition que les gens soient disponibles. 

    • Benedictus
      Lv 6
      il y a 2 moisSignaler

      "Vous êtes méditatif avec Heidegger. "

    • Commenter avatarConnectez-vous pour commenter des réponses
  • Arta
    Lv 7
    il y a 2 mois

    Voilà voilà.... Je suis prudente comme Aristote, je vais lui en parler !

    Rien de plus logique,  on ne boude jamais son propre génie !

    Nos sensations sont sources de vérité.....

    Rigolo, la majorité des Femmes sont Aristote, on demande une analyse supplémentaire ?

  • il y a 2 mois

    je viens de faire le test, moi c'est Aristote

  • il y a 2 mois

    Les questions sont trop restrictives et nous confinent dans des cas de figures qui ne nous correspondent pas forcément ... après deux passages je suis successivement Heidegger et Aristote... en matière de croyance de substitution après le loto et la voyance ça revient à peu près à se fier à son profil astrologique...😜

  • Pliz
    Lv 7
    il y a 2 mois

    Vous êtes inquiet avec Lucrèce 

    Ce serait mentir de dire que vous vivez le moment présent avec sérénité. Vous dormez mal, vous avez du mal à vous concentrer sur une seule tâche. Ce souci (en latin, cura) vous plonge dans l’intranquillité. C’est bien compréhensible, explique le philosophe épicurien Lucrèce (Ier siècle av. J.-C.) : vous avez peur de la mort, pour vous et pour les autres. Il n’y a qu’une seule solution pour retrouver la paix dans tous les instants : devenir matérialiste, comme lui, et considérer que l’Univers n’est composé que d’atomes et de vide. Selon lui, il n’y a rien après la mort. Celle-ci n’est d’ailleurs rien d’autre qu’une dispersion d’atomes. Si l’on comprend ceci, explique l’auteur de La Nature des choses, on aura la possibilité de jouir des plaisirs que nous procurent l’existence et la beauté du monde. Le conseil d’un épicurien : restez calmes, savourez les liens affectifs et faites du moment présent un don précieux.

    • Commenter avatarConnectez-vous pour commenter des réponses
Vous avez d’autres questions ? Pour obtenir des réponses, posez vos questions dès maintenant.