timinet a posé la question dans Arts et sciences humainesPhilosophie · il y a 4 semaines

Tiens voulez vous un peu de mon petit quotidien?

Mise à jour:

Je vous salis ma rue

et je m’en excuse

un homme-sandwich m’a donné un prospectus

de l’Armée du Salut

je l’ai jeté

et il est là tout froissé

dans votre ruisseau

et l’eau tarde à couler

Pardonnez-moi cette offense

les éboueurs vont passer

avec leur valet mécanique

et tout sera effacé

Alors je dirai

je vous salue ma rue pleine d’ogresses

charmantes comme dans les contes chinois

et qui vous plantent au coeur

l’épée de cristal du plaisir

dans la plaie heureuse du désir

Mise à jour 2:

Je vous salue ma rue pleine de grâce

l’éboueur est avec nous.

Mise à jour 3:

Jacques Prévert .Fatras

Dans mon petit coin perdu on a cru que les éboueurs faisaient grève, pas du tout ils enterraient un copain 

Dédié à tous les travailleurs déprimés .Victimes de Fake News

10 réponses

Évaluation
  • Arta
    Lv 7
    il y a 4 semaines
    Meilleure réponse

    Voici des des fruits, des fleurs

    Et puis voici mon coeur

    J'arrive toute couverte de rosée

    Pour que votre journée soit douce

    Cher travailleur de l'ombre........

  • Anonyme
    il y a 4 semaines

    Pas intéressée par les lieux communs .... 

    • timinet
      Lv 7
      il y a 4 semainesSignaler

       En général les lieux communs sont utilisés quand on ne peut pas en dire plus .Mais pourquoi donc ne peut on pas ?

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • il y a 4 semaines

    les travailleurs déprimés .Victimes de Fake News.    ^

                              🥶

    |      |

      \_____________

                                |

    • timinet
      Lv 7
      il y a 4 semainesSignaler

       oui et alors?

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • il y a 4 semaines

    Ton style est agréable à lire... Mais je n'apprécie les pollueur-e-s de tout poil, qui préfèrent mettre leur saleté chez les voisin-e-s que de garder leur immondices chez eux et de nettoyer leur domicile. La nature n'est pas une poubelle et les autres ne sont pas tes boniches, voilà c'est dit. Désolé d'avoir été direct. 

    • timinet
      Lv 7
      il y a 4 semainesSignaler

      Salut Benédictus et crois bien que ce que tu dis assis ,j'ai toujours voulu le dire debout .
      Mais soudain un handicap et tu ne peux plus 
      Est-ce que nous avons manqué à quelque chose ,nous qui devenons vieux ?

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • Que pensez-vous des réponses ? Vous pouvez vous connecter afin de voter pour la réponse.
  • Georgy
    Lv 7
    il y a 4 semaines

    Bravo ! une fois de fois plus, nous devrions pas nous faire des illusions sur ce que nous ne sommes pas mais comprendre ce que nous sommes réellement même si ça nous faire guère plaisir,,,,,

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • bip
    Lv 6
    il y a 4 semaines

    Je suis comme je suis

    Je suis faite comme ça

    Quand j'ai envie de rire

    Oui je ris aux éclats

    J'aime celui qui m'aime

    Est-ce ma faute à moi

    Si ce n'est pas le même

    Que j'aime à chaque fois.

    Jacques Prévert

    ..................................................................................

    Moi aussi j'avais envie de répondre!

    Bonne journée à vous tous!

  • il y a 4 semaines

    jeter un mégot dans la rue en Suisse vaut une amende équivalente à 100 euros...la propreté par l'éducation punitive ? ICI, on jette et on paye du personnel pour nettoyer, une fausse impression de propreté, un laxisme à la Française de plus ....

  • Elidal
    Lv 6
    il y a 4 semaines

    Bonsoir Timinet,

    Merci du partage de votre quotidien mais pourquoi le qualifier de petit? Vous me faites découvrir un poème de Prévert que je ne connaissais pas!

    Le virtuel développe l'interprétation sauvage des images sans vérification. Tout ça pour faire le buzz! C'est du grand n'importe quoi!

    A mon tour je partage avec vous ce poème que j'apprécie:

    Le Bûcheron et La Mort

    Le dos chargé de bois, et le corps tout en eau,

    Un pauvre bûcheron, dans l’extrême vieillesse,

    Marchait en haletant de peine et de détresse.

    Enfin, las de souffrir, jetant là son fardeau,

    Plutôt que de s’en voir accablé de nouveau,

    II souhaite la Mort, et cent fois il l’appelle.

    La Mort vint à la fin:

    Que veux-tu? cria-t-elle.

    Qui? moi! dit-il alors prompt à se corriger:

    Que tu m’aides à me charger.

    Nicolas Boileau

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • Anonyme
    il y a 4 semaines

    "Tiens voulez vous un peu de mon petit quotidien?" Non; le mien me suffit! Merci!

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • il y a 4 semaines

    Je suis toujours preneuse d'un peu de Pré-vert !

Vous avez d’autres questions ? Pour obtenir des réponses, posez vos questions dès maintenant.