Nemo
Lv 5
Nemo a posé la question dans Sciences socialesCondition féminine et masculine · il y a 8 mois

"La femme est la campagne de l'homme" disait Georges Perros ,qu'en pensez vous ?

ce qui peut être nous ramerait à une image de la femme plus naturelle ,plus proche des animaux;plus adaptée à la vie ,et qui vit plus longtemps ?

6 réponses

Évaluation
  • il y a 8 mois
    Réponse favorite

    Je prends cela comme un jeu de mot. On peut trouver cela amusant en pensant que l'on fait pousser des plantes à la campagne, que l'on peut avoir des enfants avec une campagne, et que l'action d'essayer d'avoir des enfants a des aspects réjouissants.

  • Joël
    Lv 7
    il y a 8 mois

    je ne saisis pas bien ce qu'il a voulu dire hormis le fait que la femme serait plus adaptée à la vie à la campagne, avec un côté un peu rustre alors ?

    la femme de 2019 et bientôt 2020 est au contraire bien éloignée de cette image qui me semble vieillotte et d'un autre siècle où les femmes travaillaient dans les champs, etc.

    celles d'aujourd'hui sont actives dans la plupart des domaines réservés jusqu'à lors aux hommes, et gèrent ces métiers avec leur sensibilité et nous donnent des leçons chaque jour sur les rapports humains.

  • il y a 8 mois

    La femme est jardinière et l 'homme est sa carotte .

  • Anonyme
    il y a 3 mois

    Le sentiment de rejet pourra amener la personne à se sentir sans le droit d’exister pleinement, etc. Je vois tant de gens qui ont ressenti de l’indifférence, un manque d’amour, d’affection, de tendresse en bas âge. Aujourd’hui, elles sont fréquemment déstabilisées, en vide affectif et tentent de combler ce manque, malheureusement et inconsciemment trop souvent, avec des personnes qui portent ce même vide. Le cercle vicieux se perpétue. Un besoin de se sentir exister à travers l’autre, de se faire reconnaître à tout prix est sous-jacent. Cette personne sera aussi plutôt sensible à la critique, se sentant facilement rejetée. « Qu’est-ce que j’ai fait de pas correct », pourra-t-elle se dire…

    On dit que le mécanisme de défense relié à cette blessure, c’est le masque du fuyant. Donc, cette personne risquera de développer une attitude de fuite pensant inconsciemment diminuer le rejet et la souffrance, mais c’est le masque qui prend place et met de côté le réel pouvoir personnel. Cette personne cherche à ne pas prendre trop de place, peut se faufiler en soi dans un monde imaginaire qui la fait rêvasser hors des faits et gestes de la réalité, peut procrastiner dans ce qui doit avoir besoin d’être mis à l’ordre, elle fait toutes sortes de choses et peut devenir éparpillée, ménage et tâches non complétées, etc.

    Sa capacité à se laisser aimer pourra être déficiente même si c’est son grand désir. Elle donnera beaucoup, pourra se laisser maltraiter, aura de la difficulté à recevoir. En fait, elle se rejette inconsciemment et se demande pourquoi certaines difficultés perdurent. La charge émotionnelle qui maintient cet état roule en sourdine.

    Elle peut avoir peur de se lier par crainte de souffrir et d’être rejetée et quand elle ose, elle risque de s’attirer quelqu’un qui va confirmer sa blessure, sa notion de non-mérite et elle se fera faire mal, rejeter. Sans le réaliser, elle dénigre sa propre valeur par le fait même. Elle a de la difficulté à dire non, donc limitée dans sa capacité à se dire oui à elle-même. Ce stress ne favorise aucunement un état de joie et de bien-être émotionnel et physique. Ne se sentant pas le droit (inconsciemment toujours) d’exister pleinement, de mériter une relation affective saine, respectueuse, tendre et heureuse, une abondance fluide, du temps pour soi, etc. elle aura de la difficulté à se faire plaisir à chaque instant et pourra se retrouver à tourner en rond, à ne pas pouvoir s’ouvrir aux opportunités de changement heureux que la vie lui présente et pendant ce temps-là la vie passe. Elle remet le bonheur à plus tard à son insu.

  • Que pensez-vous des réponses ? Vous pouvez vous connecter afin de voter pour la réponse.
  • Anonyme
    il y a 8 mois

    Des beaux jours quand on pouvait le croiser au café de la Mairie

  • Anonyme
    il y a 8 mois

    C'était un clin d'oeil à Aragon ?

Vous avez d’autres questions ? Pour obtenir des réponses, posez vos questions dès maintenant.