Anonyme
Anonyme a posé la question dans EnvironnementRéchauffement climatique · il y a 10 mois

Un "bon" hiver nucléaire ne serait-il pas une solution radicale pour contrer le réchauffement climatique ?

Les apprentis sorciers fans de géo-ingénierie devraient y songer...

Mise à jour:

@Aucune Réponse : J'ai vu en son temps "le jour d'après" et j'y pensais effectivement en version guerre nucléaire. Je me demande pourquoi les gourous de la géo-ingénierie n'y ont pas pensé pour guérir les conséquences plutôt que les causes.

Mise à jour 2:

@Tcherno : Sont malins, les chinois, ils ont compris qu'il faut brûler plein de charbon pour que la poussière compense le CO2.

Mais pour nos bronches, alors, ils comptent fournir les masques ?

Trump a du retard à l'allumage, il n'a pas encore tweeté sur le sujet...

4 réponses

Évaluation
  • il y a 10 mois
    Réponse favorite

    Les apprentis sorciers de la géo-ingénierie, ou gourous comme tu dis, ont bien pu y penser (mais ne pas oser divulguer cette hypothèse, le nucléaire est tabou).

    Quand on voit les projets inconséquents qui sont envisagés... c'est guère moins inquiétant que ça !

    .

    J'ajoute quelque chose qui va encore faire ricaner bêtement les climatosceptiques de service :

    On peut remarquer que malgré l'augmentation progressive des taux de GES depuis le XIXe siècle avec la montée en puissance de la consommation de charbon puis d'hydrocarbures, le réchauffement global n'a commencé nettement à décoller que dans les années 70, à l'époque du "choc pétrolier".

    Cet évènement a amené à l'amélioration des rendements (par simple souci d'économies) et un souci grandissant de réduire la pollution est apparu également à cette époque.

    On a donc produit moins, beaucoup moins, de poussières en aérosols réduisant l'énergie solaire traversant l'atmosphère. Cela peut expliquer qu'avant la période récente (< 70's), l'augmentation de l'effet de serre, plus modérée que durant la période plus récente, ait pu être plus ou moins masquée par cet effet refroidissant.

    Bon... je ne connais pas d'étude sur ce point (si quelqu'un a une référence ?) mais on ne me fera pas dire ce que je n'ai pas dit... d'autres facteurs d'influence (oscillations océaniques sans doute, toujours sensibles ; un soupçon de variations d'activité solaire, possiblement, maintenant noyées dans le bruit de fond, ...) ont brouillé les cartes avant que l'évidence de l'augmentation de l'effet de serre ne se manifeste aux yeux de ceux qui en ont pour voir !

    Quoi qu'il en soit, polluer, d'une façon ou d'une autre, serait une "bonne méthode" pour lutter contre le réchauffement climatique ?

    :o(

    C'est peut-être la méthode choisie par la Chine ?

    .

  • il y a 10 mois

    Pour l'anecdote, il y a eu un film « le jour d'après » dans les années 80 qui évoquait un hiver météoritique.

    Tu en connais l'origine ?

    Un météorologue russe s'était penché sur la question du conflit nucléaire, nécessairement tout ou rien (les premières explosions jettent dans l'atmosphère des débris qui détruisent les missiles suivant avant d'arriver sur leur cible).

    Et il avait trouvé un scénario catastrophe du style de celui du film.

    il avait commencé à faire le tour de l'Occident pour faire prendre conscience du problème et faire retomber la pression de la guerre froide sur ce point.

    On perd sa trace à Madrid où vraisemblablement il a fini sa vie dans un cube de béton. Apparemment, les Ricains n'ont pas apprécié. Alors pour faire taire les mauvaises langues le film est sorti en orientant la pensée vers les astéroïdes plutôt que vers les beaux missiles salvateurs !

    Tiens en parlant de missile, tu sais ce que c'est un missile intercontinental ?

    Une fusée Saturn V !

    Bon en fait c'est l'inverse. La course à l'espace n'a été principalement que le moyen de montrer au gouvernement du camp opposé de façon masquée pour le public que son camp pouvait atteindre l'autre depuis son territoire.

    Ça donne un tout autre regard à la course à la Lune et la couleur du drapeau qui n'était pas celui de l'humanité encensée par le petit mot d'Armstrong…

    +

    Que l'idée d'un hiver nucléaire ne soit pas passé par l'esprit dément d'un géo-ingénieur ? Je n'en mettrais pas ma main au feu. Mais le nucléaire et surtout les radiations n'étant quand même pas encore un must dans le public, et quelques autres ingénieurs et militaires sachant de longue date les conséquences d'un conflit donc des radiations sur LEUR territoire, les géo-ingénieurs ont pu être maitrisés.

    Sans évoquer le fait que cet hiver-là ne durerait rien face à la demie-vie des retombées radioactives, 18 mois à 2 ans tout au plus contre plusieurs siècles au mieux.

    Mais ne leur donne pas l'idée, maintenant avec les micro-bombes H à compression MHD ne nécessitant plus d'allumette nucléaire, on peut construire des bombes H monstrueuses (ou minuscules) SANS RETOMBÉES RADIOACTIVES ou très faibles. Car on peut atteindre directement la température de fusion aneutronique du mélange H-Li.

  • Anonyme
    il y a 10 mois

    Certainement pas

  • Anonyme
    il y a 10 mois

    Quel réchauffement ? On est déjà en hiver !

Vous avez d’autres questions ? Pour obtenir des réponses, posez vos questions dès maintenant.