Nemo
Lv 5
Nemo a posé la question dans Arts et sciences humainesHistoire · il y a 9 mois

Les soldats de 14/18 recevaient 5 litres de vin par jour ,mais c'était la tradition des"travailleurs de force" civils jusqu'aux années 60?

Mise à jour:

Le vin a longtemps été considéré dans les catégories populaires comme un fortifiant (à l'opposé des pernicieux apéritifs et absinthes)

une référence :"Mon docteur :le vin" du Maréchal Pétain !!!

Mise à jour 2:

préface du 27 juillet 1935 ,illustrations du peintre Raoul Dufy

9 réponses

Évaluation
  • il y a 9 mois
    Réponse favorite

    Pas possible. Je plussoie ce qui est dit plus haut.

    Je connais un peu les habitudes du Limousin, à l'époque, un agriculteur pouvait boire jusqu'à 2 litres, parfois 3 (ce qui était déjà énorme). Il faut savoir que la plupart de ces vins faisaient maxi 8 degrés (en-dessous, ils auraient été intransportables). C'était ce qu'on appelait de la piquette.

  • bip
    Lv 6
    il y a 9 mois

    C'est certain, le vin et l'alcool ont heureusement bien aidé les soldats durant cette affreuse guerre, mais dans des quantités moindres.

    Voici un très bon article à ce sujet.

  • Kait.
    Lv 7
    il y a 9 mois

    La je crois que tu rêves, car en fait ils avaient tout juste de quoi boire de l'eau et ceux qui étaient dans les forts n'avaient parfois plus rien à boire, et buvaient leurs urines.

    Je l'ai vu en visitant Verdun et ses alentours.

  • Gonzo
    Lv 7
    il y a 9 mois

    5L de vin chaque jours, en pleine guerre.

    Cette histoire, c'est juste du délire ...c'est impossible

  • Que pensez-vous des réponses ? Vous pouvez vous connecter afin de voter pour la réponse.
  • Anonyme
    il y a 3 mois

    Trappe Échourgnac est la marque commerciale d'un fromage français de lait pasteurisé de vache. Transformé par une laiterie industrielle (Triballat Noyal) en Ille-et-Vilaine, il est ensuite affiné artisanalement par les moniales trappistes de l'abbaye Notre-Dame de Bonne-Espérance, à Échourgnac en Dordogne (France). Sur l'emballage, cette marque est accompagnée de la marque Monastic.

    Originellement fromage au lait cru, il a été élaboré dès la fondation de l'abbaye (1868) par les moines trappistes venus de l'abbaye Notre-Dame-du-Port-du-Salut (Mayenne) qui achetaient pour cette fabrication le lait des paysans des alentours et le transformaient dans l'abbaye1. Cette activité fut interrompue en 1910, lorsqu'ils durent abandonner les lieux.Treize ans plus tard, en 1923, l'abbaye fut reprise par des sœurs cisterciennes d’Espéra de l’Agly sous le nom d'abbaye de Notre-Dame de Bonne-Espérance. Les moniales reprirent alors la transformation fromagère à laquelle elles ajoutèrent la production du lait.En 1999, les moniales n'exploitent plus de vaches ni ne transforment leur lait en fromages2. Des fromages industriels sont achetés à une entreprise laitière. La communauté apporte de la valeur ajoutée en créant la marque « Trappe Échourgnac » et en affinant artisanalement ces fromages3, en utilisant notamment de la liqueur de noix du commerce.En 2003, ne pouvant plus satisfaire à la demande de plus en plus forte de leur clientèle, les sœurs ont proposé aux moines de l'abbaye Notre-Dame de Timadeuc (Morbihan) de partager avec eux cette recette. Le nouveau fromage porte la marque « Le Timanoix ».

  • Anonyme
    il y a 9 mois

    Et pour les ouvriers du BTP jusque dans les années 50?

  • Anonyme
    il y a 9 mois

    COMME GONZO JE PARVIENS A PEINE A FINIR  0.75 litres par jour

  • il y a 9 mois

    Au Village on se boit facilement 3 litres par jour.

  • Anonyme
    il y a 9 mois

    Ohhhhhhhhhhhhhh

Vous avez d’autres questions ? Pour obtenir des réponses, posez vos questions dès maintenant.