Victimes a posé la question dans Politique et gouvernementDroit · il y a 4 semaines

Avocat, déontologie, quelles limites?

Un avocat à t il le droit de mentir pour défendre son client? Jusqu'à où?

Un avocat qui reçoit un témoignage écrit de la partie adverse a le de le lire à son client: mais là, le client (l'accusé) en possède une copie et a été menacé le témoin avec. Est ce normal que son avocat en ait donné une copie?

3 réponses

Évaluation
  • Anonyme
    il y a 4 semaines

    Bien sur. Le mensonge et la mauvaise foi sont autorisés et pour bien défendre un dossier il y à parfois pas d'autres solutions. 

    L'important est de conserver le bon sens. Parfois même la mauvaise foi criante n'est pas un mal. C'est le cas des délégations des pouvoirs en matière de responsabilité pénale des dirigeants...

    Toutes les pièces d'un dossiers sont communiquées à l'ensemble des parties, il s'agit du principe du contradictoire. Celui-ci est impératif, on ne peut y déroger. En revanche, on peut jouer sur le timing! Parfois on attend la veille de la clôture pour les communiquer. Histoire d’embarrasser l'adversaire et éventuellement le planning du confrère. 

  • il y a 4 semaines

    Oui, la seule limite (non obligatoire) étant la crédibilité (je connais certains avocats qui, quand leur client leur demande de dire noire alors que tous les éléments du dossier montrent que c'est blanc, disent a leur client de changer d'avocat)

    Oui aussi.Le principe du contradictoire veut que chaque partie ait un accès plein aux pièces de la partie adverse

    Et faut pas oublier que les parties aux procès, ce ne sont pas les avocats, mais leurs clients (les avocats ne font que représenter ces derniers)

  • Oui, son travail est de défendre son client, rien d'autre.

    Et ce n'est pas de la faute de l'avocat si son client est un gros con qui risque d'aggraver son cas et une condamnation pour ces menaces.

Vous avez d’autres questions ? Pour obtenir des réponses, posez vos questions dès maintenant.