Le fait qu'il n'y ait que 3,4 pour 100 d'actifs bénéficiant de régimes spéciaux justifie-t-il que l'on ne touche pas à leurs privilèges ?

Dans ce cas, on ne touche pas non plus aux privilèges des dirigeants-actionnaires des grandes sociétés ni à aucun privilège, finalement.
5 réponses 5