Le déséquilibre social est à son comble bientôt à son paroxysme. Combien de temps les nantis de ce monde vont-ils encore dormir tranquilles?

23 réponses

Évaluation
  • il y a 6 mois
    Meilleure réponse

    Ca va péter !! les bouffeurs de homards vont rendre gorge !!

    • G2ailes OQ
      Lv 6
      il y a 6 moisSignaler

      merci

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • il y a 6 mois

    Quel déséquilibre social ? Tu vis en France, pas au Soudan ou au Yémen...

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • Anonyme
    il y a 6 mois

    les nantis de ce monde vont encore dormir tranquilles jusqu’à leur sale mort; c'est après leur sale vie... Qu'ils ne seront plus tranquille.

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • il y a 6 mois

    Voyagez un peu et vous constaterez que le déséquilibre social est bien plus grand ailleurs !

    Pourquoi croyez vous que des Africains risquent leur vie pour pouvoir migrer en France ?

    • ...Afficher tous les commentaires
    • petit robert
      Lv 7
      il y a 6 moisSignaler

      ils doivent aimer le contrôle technique, les assurances, les vaccins, la sécurité sociale gratuite , le secteur 2, les voitures diesels, la corruption il faut dire qu ils sont habitués

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • Que pensez-vous des réponses ? Vous pouvez vous connecter afin de voter pour la réponse.
  • il y a 6 mois

    Eh bien si la rupture n'est pas systémique et définitive cela durera encore jusqu'à l'envi. Lorsque la gronde du système syndicaliste à atteint une situation paroxystique aux États-Unis, il a été convenu que les salariés n'avaient plus assez peur, parce qu'ils n'avaient pas connu le crac de 29. En 1970 les États-Unis étaient quasiment au plein emploi (ils l'ont atteint deux fois dans leur histoire à cette occasion avant la chute tendancielle du taux de profit, et à l’orée de la seconde guerre mondiale, par le truchement d'une économie de guerre), qui génère un climat de sécurité et en conséquence une indolence professionnelle et une atteinte au productivisme, avec un revers à la médaille sérieux cela ne soutient plus la demande. ils créèrent donc un climat d'instabilité sociale. Licenciements de masse (dont le point d'orgue sera atteint( par les licenciements des aiguilleurs du ciel sous Reagan), dumping social, politique managériale très agressive, destruction des syndicats, destruction de la quasi totalité des aides sociales, et ce, pour en revenir aux fondamentaux du capitalisme, à savoir : s'employer ou crever. On peut y voir, et ce sans faire un gros effort d'imagination, une ressemblance avec la politique menée en France par les contre réformateurs libéraux (entamée au début des années 80 et se durcissant relativement sous Macron).

    Autant le dire tout de suite cette politique n'a pas fonctionné comme ils l'auraient souhaité. Cela à transformé profondément les structures capitalistes en détruisant le capitalisme "Fordien" ou techniquement appelé capitalisme monopolistique d'état (celui de la techno structure et du patron seul maître à bord après Dieu) et en engendrant le capitalisme dit, Néo-libéral (sanctifiant l'empire actionnarial). Aboutissant à la crise de 2008 (crédit crunch, subprimes etc.). Pour ceux qui ont suivi de près l'OPA réalisée sur la BNP la différence est frappante le ROE (taux de rendement des capitaux propres), est passé de 2% en 1993 à 25% EN 2008. Voici pour un des effets délétère économique. Sur le plan purement sociologique du travail cela est pire car pour survivre il à fallu en passer par des expédients, recours aux artifices de la consommation marchande (mobilisation salariale par les attraits de la consommation matérielle), puis comme cela ne suffisait plus, il a fallu en passer par une charge morale du discours sur le travail (occasion de réalisation de soi, et d'une vie pleine de sens). Aujourd'hui la pensée managériale (aussi appelée managérialisme) qui crache à jets continus à inventé la Holacratie ou sont absent les asymétries et la domination (quid des conjonctures de récessions économiques). Mais pire encore dans une démonstration rayonnante de ce que peut-être une science imbécile un chercheur de l'institut pasteur se propose de participer au neuro-management et plus exactement ce qu'il appelle l'amitié neuro-managériale cela devrait faire frémir n'importe qui et pourtant...

    Si je vous raconte tout ceci c'est pour vous signifier à quel point le système s'adapte et à quel point sa ductilité est sans fin. L’équation dépossession de la possibilité de sa propre reproduction matérielle et médium pour participer à l'échange marchand qu'est l'argent = toujours cette menace ultime (cet ultimatum de menace de chantage et de peur) S'employer ou crever. Pour changer il faut donc que les forces historiques emportent les institutions présentes et les transforment radicalement ce qui finit toujours par se produire, mais dans quel sens... c'est l'indétermination exemptée de l'histoire. Sophie Wahnich, en s'appuyant sur les travaux Gramsci parle d'anacyclose au sujet du volet historique et du sens de l'histoire sans que l'on connaisse précisément les dégénérescences politiques. Seule certitude les étapes intermédiaires. L'inhibition des potentialités démocratiques ne peuvent dégénérés qu'en un État policier mais quid du suivant.

    Source(s) : Je cite ici pèle mêle différents auteurs pour ne pas être suspect d'apologie. Contre le libéralisme, la société n'est pas un marché (Alain de Benoist). Notre ennemi le capital (Jean-Claude Michéa) La société ingouvernable (Grégoire Chamayou) je préconise de commencer par celui-ci pour se familiariser avec la pensée conceptuelle. Plus facile d'accès. Capitalisme désir et servitude (Frédéric Lordon) Conversation entre adultes (Yanis Varoufakis) Edifiant
    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • il y a 6 mois

    Quelle est la différence entre paroxysme et comble ?

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • il y a 6 mois

    Jusque là ils ont toujours dormi tranquille et ça sera comme ça

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • il y a 6 mois

    Oui, ils vont encore dormir tranquilles. Les non nantis sont trop cons pour s'unir afin de changer l'ordre des choses.

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • il y a 6 mois

    Un siècle ou deux.

    Ils sont au courant des crises qui arrivent et de l'effondrement consécutif mais n'avertissent pas car il n'y a pas de solution, beaucoup vont mourir ou vivre de façon détestable, donc on attend que ce soit effectif pour accuser les prédécesseurs.

    Pendant ce temps eux s'organisent pour survivre. L'argent sert à préparer les îlots de survie qui fonctionneront pour eux.

    Et quand cela arrivera, ils auront toujours le pouvoir entre les mains et il suffira de privilégier une partie de la population - les forces de l'ordre ou les militaires - pour repousser la plèbe et mettre au pas ceux qui auront survécu.

    Car il ne faut pas rêver, au moment où ça arrivera si on laisse les mêmes au pouvoir ils ne feront que reproduire le colosse aux pieds d'argile qui s'est effondré.

    Par la suite, en ayant laissé détruire l'environnement et la population, la poursuite de l'effondrement environnemental et de la biodiversité arrivera à leur extinction, avec le reste de l'espèce humaine, en peu de siècles.

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • Thabet
    Lv 4
    il y a 6 mois

    Oh nantis du monde : unissez-vous !

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
Vous avez d’autres questions ? Pour obtenir des réponses, posez vos questions dès maintenant.