Schtroumpfette a posé la question dans EnvironnementEnvironnement - Divers · il y a 5 mois

Pensez-vous que si la France avait du pétrole, elle nous parlerait autant d'écologie?

Il me semble que la vraie raison de l'idéologie écologique est que nous ne pouvons plus consommer autant qu'avant pour des MOTIFS ECONOMIQUES.

L'énergie désormais, c'est pour les chinois et les indiens. Et eux ne parlent jamais d'écologie.

Il faut habituer les français à consommer moins et différemment, car on anticipe leur future pauvreté. Il faut qu'ils acceptent cela.

Mise à jour:

Roulez en vélo, mangez des légumes. Car le pétrole et la viande deviendront trop cher.

12 réponses

Évaluation
  • il y a 5 mois

    Je pense que tu t'égares en résumant l'inquiétude écologique à la seule production de CO2. On peut très bien considérer la production de CO2 anthropique comme un polluant thermique par l'effet de serre ajouté, mais il ne s'entasse pas dans les décharges et ne finit pas par constituer un septième continent de déchets plastiques sur les océans (quoi qu'il ait sa part cachée avec l'acidification...).

    Notre part de la pollution mondiale est aussi et surtout là, pas dans le seul CO2 atmosphérique où elle est réduite par la production d'électricité nucléaire d'une part et d'autre part par notre forte désindustrialisation. Nous polluons ailleurs, par délégation...

    Quand tu parles de notre future pauvreté, tu restes dans le schéma dépassé du "tout pétrole", alors que nous avons le potentiel pour l'éviter. Si nous risquons la pauvreté, ce sera faute d'avoir investi dans l'avenir (énergies propres, sobriété, transports, habitat, relocalisation, production agricole saine et locale... j'abrège) en restant sur des combats d'arrière garde (comme tenir à bout de bras une filière EPR mort-née).

    Comme on disait déjà sous Giscard, on n'a pas de pétrole, mais "on a des idées", mais les autres aussi !

    Le problème c'est de les développer, y mettre les moyens pendant qu'on en a encore un peu !

    .

    • Aucune Réponse
      Lv 7
      il y a 5 moisSignaler

      La conséquence est bien plus grave qu'une relative pauvreté face à des pays qui auraient innovés à temps.

  • il y a 5 mois

    En gros, tu le résumes dans ta question, l'écologie nous renvoie à une question : quel avenir fabriquons nous à nos descendants ?

    Dans les pays riches comme la France, jusqu'à présent nous n'avons pas eu de contrainte pour maintenir et faire progresser nos modes de vies. Au contraire, Abus le souligne, nous avons consommé encore et encore sans jamais vraiment se remettre en question. Peu de gens sont capables de se passer, de café, de thé, de lithium (tel. portable, ordinateur etc) bref de sacrifier une partie de leur confort. Ce qui peut se comprendre, mais exempte aussi de toute responsabilité quant aux conséquences.

    Au fond, comme pour la politique ici et là, la technologie etc on est au cœur de la transition d'un monde à un autre, aussi bien sur les fondamentaux, les fonctionnements que sur la façon de gérer les défis collectifs. Nous tous sur YQR, ne serons plus là pour le voir, mais j'imagine que deux choses vont se passer d'ici 2100 :

    - un rééquilibrage économique, de fait, des puissances et une obligation de coopération entre grandes zones

    - une vraie prise de conscience (puisque nourrie dès la naissance par ces défis et ces enjeux).

    • SAINTMARC
      Lv 5
      il y a 5 moisSignaler

      Le mouvement historique du centre de gravité d'optimisation des activités est le suivant : Taylor => Production ... ensuite marketing/options => Vente ... maintenant internet/réseaux => le consommateur et le citoyen, au sens de "homo-social".

  • pat
    Lv 7
    il y a 5 mois

    cela ne se tient pas, la Californie est très écolo et les usa sont un producteur majeur.

  • Même sans devenir un pays pauvre, la quantité de pétrole ne peut que mécaniquement diminuer à l'avenir, car ses gisements ne sont pas illimités. Ca fait au moins 10 ans que je lis ça (pic pétrolier mondial), il y a un moment où il faudra arrêter d'ignorer ces chiffres, ce n'est qu'une question de temps avant qu'il n'y ait plus une goutte de pétrole (les études ne sont pas d'accord sur la date de ce pic, mais toutes admettent l'existence de ce pic). Les pays occidentaux peuvent pour le moment payer leur baril plus cher que les pays émergents mais les producteurs tendent à privilégier de plus en plus les pays émergents car ils sont liés par d'autres engagements commerciaux avec eux. Et le pétrole n'est pas la seule ressource à obéir à cette règle du limité; les terres rares prennent de plus en plus d'importance pour le développement d'un pays. Le problème en occident est qu'on est habitués à un confort issu des temps où on avait des colonies, où les ressources ne manquaient pas vu qu'on allait les piquer chez les voisins. Or en France nous n'avons aucune ressource de base pour alimenter nos voitures, ou même nos centrales nucléaires, on est énergétiquement dépendants des autres, ce qui influe aussi sur notre politique étrangère (on ne peut pas mordre la main qui nous nourrit). Ce n'est pas vendeur électoralement de dire que nous dépendons des pays producteurs de ces ressources et qu'on préfère aller foutre la merde ou mettre en place des dictateurs que de changer nos habitudes de petits bourgeois du monde.. Ceux qui se croient encore au temps de l'après-guerres mondiales risquent de se prendre les pénuries de plein fouet et de ne pas comprendre ce qui leur arrive. Rien qu'au sujet de l'électricité on peut déjà voir les contradictions : de plus en plus de gens ne veulent plus du nucléaire, mais en même temps ils ne veulent pas non plus des énergies renouvelables près de chez eux, et bien évidemment personne ne veut de déchet ou d'usine de décontamination ou de production à coté de chez soi; alors qu'assumer ses choix est inévitable, si on veut du nucléaire on doit assumer ses déchets, et si on veut du renouvelable il faut assumer ses industries aussi. Le paradoxe en occident repose là : on n'est pas foutu d'assumer les conséquences de nos choix sociétaux, comme si on pouvait encore envoyer nos merdes en masse dans les pays pauvres (qui refusent de plus en plus, ou ça se sait et fait scandale, à juste titre). On préfère gueuler sur les immigrés qui fuient un dictateur qu'on a mis en place ou un pays pollué par nos déchets que de remettre en question les objets dont dépend notre confort. Généralement, on raisonne encore comme si on était bloqués au siècle dernier, on ne voit pas que le monde bouge, avec ou sans nous, que chaque région du monde se développe, que d'anciennes colonies s'associent sans nous demander quoi que ce soit et évoluent sans nous. A force de refuser de voir ça, on finira en pays sous-développé par rapport aux autres, isolé car n'ayant plus rien à apporter aux autres à part du tourisme. D'ailleurs, un fun fact qui résume bien ça : beaucoup de gens déplorent que la France s'est faite dépasser par l'Inde dans le classement des pays par PIB, mais parmi ceux qui se plaignent, combien ont compris que c'était juste parce que l'Inde va plus vite que nous et non parce qu'on n'avance plus? Ca ne sert à rien de combattre la marche du monde, seuls, on ne fait pas le poids. D'ailleurs, je soupçonne ce refus de voir les changements économiques mondiaux d'être lié au refus de voir les changements climatiques, au moins politiquement, car il est plus vendeur de rassurer les électeurs en leur disant que tout va bien, qu'ils sont les meilleurs, qu'ils peuvent continuer comme ça tout seul, qu'ils sont les plus forts du monde, etc... plutôt que leur dire que leurs petits-enfants crèveront en partie à cause des produits hi-tech superflus qu'ils renouvellent tous les deux ans à cause de la mode et que s'ils veulent trouver du travail ils devront aller en Asie ou en Amérique du Sud (avant d'aller en Afrique). C'est un tout qu'on a du mal à comprendre dans nos sociétés habituées à ne manquer de rien depuis plusieurs générations. Si on ne change pas nous-mêmes, en contrôlant ce changement, on le subira de plein fouet, quitte à en crever.

    • Aucune Réponse
      Lv 7
      il y a 5 moisSignaler

      participe, une partie plus petite que celle que TU considères négligeable pour ce qui est de la lutte contre la pollution mais que là tu considères comparable à celle majoritaire…

      Ta mentalité (attendre que d'autres le fasse avant toi) égoïste est vraiment lamentable.

  • Que pensez-vous des réponses ? Vous pouvez vous connecter afin de voter pour la réponse.
  • il y a 5 mois

    les pauvres sont déjà écolos par défaut, Macron se fou de l'écologie, ça sert juste à créer de nouvelles taxes pour renflouer les caisses

  • il y a 5 mois

    Il n' y a que Macron qui parle beaucoup d' écologie… sans vraiment rien faire de positif!

    On appelle cela de la…. démagogie!

    • pollution. Par exemple, l'appareil avec lequel tu te connectes pour venir sur Q/R n'est probablement pas fabriqué en France, mais il était destiné au marché français, donc la pollution nécessaire pour le produire et l'importer est de la faute du consommateur français.

  • Anonyme
    il y a 5 mois

    oui c'est sur comme elles nous parle quasiement jamais d’éoliennes a cause de son nucléaire.......

  • Anonyme
    il y a 5 mois

    Il parait qu'en Île de France il y en a mais il ne faut pas creuser

  • il y a 5 mois

    comme du gaz de schiste

  • il y a 5 mois

    Tu manges du pétrole ?

    Moi pas ! Je mange du soleil passé par les millions d'hectares de champs et près et transformés en fruits, légumes et animaux.

    Ta question montre à quel point tu ne comprends toujours pas le sujet et n'a toujours pas pris conscience de l'enjeu VITAL.

    Peux-tu me dire quelle superficie le nénuphar doublant de surface tous les jours occupe au lendemain du jour où il recouvre l'étang ?

    Et je déduis de ta question que tu ne travailles pas et vis uniquement sur ton compte épargne ; j'espère que tu es une très riche héritière…

    + je réponds ici à ton commentaire à abus.

    Pour le pétrole, encore une fois, ne confondons pas aujourd'hui et les années 50. À l'époque on n'avait ni les moyens ni le besoin de découvrir toutes les réserves de pétrole, la demande était moindre, il suffisait d'aller chercher des réserves à faible profondeur et le temps d'épuiser celles-ci, on avait le temps d'explorer « à la main » d'autres sites pour finalement remplir la carte pétrolière essentiellement marquée d'un « terra incognita ».

    Avec le temps, le besoin, l'argent entrant et l'accumulation des savoirs, on a appris à creuser plus profond, à pomper plus donc à laisser moins dans les puits (eh oui, un puits n'est JAMAIS VIDÉ complétement, trop coûteux économiquement et… ÉNERGÉTIQUEMENT) tout en ayant découverts de nouveaux sites.

    Aujourd'hui on est même capable de forer en mer à des profondeurs énormes, loin du plateau continental, mais à quelS coûtS…

    Et on va aussi chercher des sources exotiques : parlait-on de pétrole de schiste en 1950 ? Certainement pas !

    Et en connais-tu le coût ?

    UN BARIL consommé pour CINQ EXTRAITS.

    Tu connais la limite de rentabilité économique de l'extraction ?

    Non ce n'est pas un pour un, c'est UN pour TROIS.

    Avec le schiste (gaz et pétrole) on y est. Et ce coût là ne prend évidemment pas en compte les désastres écologiques sur le lieu de l'extraction, les séismes que les locaux doivent désormais subir, etc.

    Le développement durable à trois piliers :

    - Environnement

    - Peuples

    - Économie.

    Donc oui l'écologie politique doit aussi avoir une nature économique, comme l'économie doit avoir une nature environnementale et sociale. Ce n'est que du simple bon sens VITAL.

    En te focalisant sur le pétrole et l'économie tu fais les mêmes erreurs que macron :

    - l'énergie ce n'est pas que le pétrole et les hydrocarbures FOSSILES,

    - tu oublies complètement le VRAI PROBLÈME MAJEUR : l'extinction rapide et profonde des espèces en cours (réellement en course rapide).

    +

    @Schtroumpfette.

    Ah le fameux refrain des petits pas qui n'ont pas d'effet de ceux qui ne veulent pas voir et qui déculpabilise les libéraux et je-m'en-foutistes !

    Tu te souviens il y a 20 ans du 1+1+1… = 2001, la vraie première année du troisième millénaire ?

    Tu devrais faire des math pour te rappeler dans quelle mesure le cumul de petits pas à des effets, en polluant les océans ou l'atmosphère, ou en ne les polluant pas.

    Le 1 % consommant 20× plus que les 99 % polluent… MOINS que les 99 % !

    1×p×20 = 20⋅p

    99×p = 99⋅p

    Si les 99 % réduisent de 20 % leur pollution, l'effet est bien supérieur : 20⋅p contre 4⋅p. Le 1 % devrait retomber au niveau des 99 % pour atteindre le même niveau de gain.

    Ceci dit ce 1 % montre doublement l'exemple en incitant les autres à le faire et surtout en prenant conscience qu'on ne peut pas être privilégié au point de consommer sans mesure.

    Tu vas répondre que la France représente 1 % donc selon cette démo n'est pas à agir en premier. Non car tout le monde doit agir et que nous polluons bien plus que ce que notre part de Terre à disposition nous permet de faire. Et en plus cela nous prépare à l'industrie et l'économie de demain.

    CQFD

    Tcherno t'a répondu pour le poids de CO2 de la France : où sont LES pollutions (pas que le CO2) des produits fabriqués à l'étranger et TRANSPORTÉS que nous consommons ici ? Le processeur d'un ordi nécessite autant d'énergie à être produit que durant son temps d'utilisation (~4 ans aujourd'hui) à 8 h/j.

    L'hypocrisie c'est de ne penser qu'à soi et se ficher des autres après les avoir mis dans la merde ; le changement climatique est global, les non-pollueurs (pôles et tropiques) le subissent même plus que les pollueurs principaux (Occident).

    L'hypocrisie est de ne pas comprendre que le lendemain du jour où le nénuphar qui double de taille chaque jour recouvre tout l'étang, celui-ci DEVRAIT recouvrir un étang de taille double.

    Sauf que l'étang n'a pas changé de taille et contient toujours la même quantité d'eau !

    Aveugles ou néolibéraux (c'est la même chose) ceux qui ne veulent pas le voir !

    L'accélérateur du CERN s'arrêtera de lui même quand l'approvisionnement en électricité faiblira. À moins que l'approvisionnement en électricité renouvelable ne soit suffisant.

    Par contre je suis bien plus inquiet de l'approvisionnement EN EAU DE LA CENTRALE DE CIVEAUX, située sur le thalweg qu'est la Vienne alors que CANICULE ET SÉCHERESSE DÉBUTENT EN JUIN MAINTENANT !

    Une centrale, ça ne s'arrête pas comme ça et ça nécessite d'être refroidie un bon moment…

    Travailler n'est pas nécessairement produire et tout dépend de la production :

    - tu peux RÉPARER avec des pièces de seconde mains aussi (coûts en baisse),

    - tu peux produire BIO, ce qui demande d'ailleurs plus de main d'œuvre ne serait-ce parce que les fermes sont (bien) plus petites et que selon le mode de culture la mécanisation est réduite voir impossible (cf. ferme du Bec Hellouin).

    - nos ancêtres jusqu'à la révolution industrielle polluaient ? Et même à ce moment, quelles pollutions ?

    • Par ailleurs, faire l'apologie de la non consommation, est-ce une bonne idée ? Si personne ne consomme, qui va travailler ? Certains technos s'imaginent un monde fait uniquement de chercheurs. Ce sont les pires des fascistes. Que fait-on des gens qui ne sont pas capables d'être chercheurs ?

Vous avez d’autres questions ? Pour obtenir des réponses, posez vos questions dès maintenant.