Anonyme
Anonyme a posé la question dans Arts et sciences humainesPhilosophie · il y a 1 an

Y a un truc qui m'arrive en pleine gueule, comme un Boeing 747 (...) c'est la vacuité de ma vie..et vous c'est la plénitude ?

Mise à jour:

"Y a un truc qui m'arrive en pleine gueule, comme un Boeing 747 (...) c'est la vacuité de ma vie." Ariane, styliste dans la mode, a subitement quitté son job en pleine réunion et est allée s'effondrer pendant six mois chez sa grand-mère. Elle nous raconte son burn-out et sa reconstruction, notamment grâce à la philosophie.

13 réponses

Évaluation
  • il y a 1 an
    Meilleure réponse

    accepte ce que tu es et ce que la vie t'apporte...

    tu comprendras à travers l'acceptation

  • Anonyme
    il y a 1 an

    J’ai tout fait, tout. Bûcheron, ouvrier vigneron, cadre dans une entreprise de négoce dans la Marne, d’où je viens. Puis j’ai traversé une sombre période de galère. Alors je suis parti sur la Côte d’Azur, à Saint-Raphaël, où je me suis retrouvé à faire la plonge dans un restaurant.

    C’est là-bas que j’ai découvert la mer et j’ai pris goût au silence, aux nuits étoilées à la voile, à la pêche à la ligne, à la chasse sous-marine... Un vrai coup de foudre.

    La rencontre qui a tout changé fut celle d’un skipper professionnel qui m’a raconté ses histoires de navigation et m’a donné envie. J’ai vite trouvé un job dans un restaurant à Nice pour, trois mois plus tard, investir dans mon premier bateau. Il faisait six mètres et a été ma maison pendant deux ans.

    Je l’ai retapé, puis revendu pour en acheter un plus grand, puis encore un autre, avec le projet de disposer un jour d’un bateau suffisamment spacieux pour y vivre confortablement.

    Au bout de dix ans, en 2009, j’ai pu acheter un voilier de quatorze mètres avec lequel je suis parti aux Antilles, plus précisément en Martinique, où j’étais déjà allé en vacances. J’avais alors 45 ans. J’y connaissais quelques personnes, j’ai mis des petites annonces et j’ai proposé mes services pour de petit boulots.

    Aujourd’hui, j'ai une vie tranquille au soleil et je suis le rythme antillais… Il y a plein de petits coins de paradis à aller visiter, en particulier du côté de Saint-Vincent et de La Dominique. Je navigue souvent avec des amis et parfois aussi avec des touristes de passage. On se balade à notre rythme, on se baigne, on pêche, et de temps en temps on s’offre une langouste qu’on déguste au cul du bateau... Ce n’est pas très cher, chacun met la main à la pâte pour la cuisine, la vaisselle et le ménage. Les gens arrivent par le bouche à oreille, ça fonctionne bien.

    Je travaille peu, je dirais même le moins possible. Le reste du temps je lis, je bricole, je navigue pour mon propre plaisir. Je ne roule pas sur l’or mais ça n’est pas un problème. J’ai enfin compris ce qui me convenait : gagner juste suffisamment pour profiter de la vie…. Mon temps est ce que j’ai de plus précieux. »

  • il y a 1 an

    Je pense que bien tôt un arbre va pousser de ma gueule.

  • Anonyme
    il y a 1 an

    La vie de chaucun ne ressemblant à aucune des autres iI est donc à chacun de faire sa propre philosophie au lieu de vouloir prendre celle de philosophes qui est bien souvent erronée et propagandiste.

  • Que pensez-vous des réponses ? Vous pouvez vous connecter afin de voter pour la réponse.
  • il y a 1 an

    perso, j'ai juste essayé de tenir debout, je m'occupe en attendant la fin, sans regrets, pour cette personne cela montre que ce monde est une illusion

  • il y a 1 an

    on récolte ce qu'on sème...

    faut vraiment être barjot pour semer un 747!...

    • Lv 5
      il y a 1 anSignaler

      on récolte ceux qu'on aiment

  • Georgy
    Lv 7
    il y a 1 an

    J'espère que même devant la mort, ce sera la plénitude devant le basculement ontologique.

  • Anonyme
    il y a 1 an

    comme cette jeune femme je connais la peur de manquer d'argent et la peur de manquer d'amour car je n'ai ni l'un ni l'autre. Et le monde du travail me fait très peur, j'ai jamais supporté le stress qu'il génère et j'ai toujours eu des soucis pour m'intégrer et avoir un patron sur le dos, cette jeune femme est dynamique et pleine de ressources pour rebondir mais ça n'est pas mon cas et la philosophie n'y changera rien.

    • Tu as sans doute d'autres satisfactions dans ta vie. Je pense aussi que le stress du travail est souvent insupportable et je ne fais que flotter en avalant pas mal d'eau!

  • Anonyme
    il y a 1 an

    comme quoi la philosophie peut être le fil d'Ariane de nos vies

  • il y a 1 an

    Voilà quelqu'un qui parle très intelligemment et avec une pétillante énergie, de tout ce à quoi elle n'avait pas eu le loisir de penser tant elle se trouvait enfermée dans un rôle, ses accessoires, louanges, et frivoles récompenses... avant que soudainement tout s'écroule et la jette dans le vide.... d'où la repêcha un mec comme Spinoza et quelques autres...

    Bref c'est à vous donner l'envie de vous jeter dans le vide pour en émerger en mode résilience... sauf que le vide c'est lui qui décide.

    Elle a parfaitement su tirer parti d'une certaine philosophie de vie qu'elle exploite et vend pourrait-on dire dans ce qui l'entraine peu à peu comme prisonnière de son talent et de ses si jolis petits mensonges littéraires, vers de nouveaux et imprévisibles vides... régénérants...!?

    • Lv 4
      il y a 1 anSignaler

      très bonne analyse +1

Vous avez d’autres questions ? Pour obtenir des réponses, posez vos questions dès maintenant.