Peut-on souhaiter un bon anniversaire à un grabataire en friche ?

C'est une voix chevrotante et hésitante qui envahissait les ondes des hospices futilandais ce matin. La speakerine de Radio Camomille s'étouffait avec quelques glaires espiègles pour annoncer que la vieille baderne Alexis Gorgonzola des Tritus, alias Joseph Tremblefesse, alias Marcel O'fane, alias le... afficher plus C'est une voix chevrotante et hésitante qui envahissait les ondes des hospices futilandais ce matin.
La speakerine de Radio Camomille s'étouffait avec quelques glaires espiègles pour annoncer que la vieille baderne Alexis Gorgonzola des Tritus, alias Joseph Tremblefesse, alias Marcel O'fane, alias le bousier de Courcité : @ BATBATHENI avait 70 ans !
http://fr.answers.yahoo.com/activity?sho...

En apprenant la mauvaise nouvelle, une centenaire se poignarda de dépit avec son stérilet, le curé de Camaret se racla profondément la gorge pour remonter ses testicules, et François Hollande se dit que l'augmentation du chômage n'était rien comparé à cette catastrophe.

Le décompte ultime fut lancé, et les amis de @ Ti Gégé se chargèrent d'accélérer l'écoulement du sablier fatal.


"Batbaltringue"

Le voilà si menu dans son ample défroque,
Qu'il parait oublier tout le poids de son corps,
Quand il prend son élan, pour rebondir encore
Tel un déchet vivant, asthmatique et baroque.

Son visage fardé est celui d'une loque,
Il promène avec lui cette odeur de la mort.
Pâle vieillard avachi, il reprend son effort,
Lui cet ersatz de sot dont la grâce interloque.

Chaque jour il s'invente un spectacle inédit
Agitant son corps face à des fauteuils vides.
Inlassablement il se ramasse des bides,
Acteur sans récompense et qui se croit maudit.

Il n'est le roi de rien, et surtout pas un dieu,
S'inventant un pouvoir encombré de chimères;
Son trio de larbins se moque à qui mieux mieux,
Alors il les ignore, leur tendant son derrière.

Mais si l'on pouvait lire en son âme d'artiste
La crainte des lazzi, qui sans cesse est son lot,
On comprendrait enfin pourquoi son cœur est triste,
Et qu'à travers son rire on devine un sanglot.
-------------------
Extrait de "Tu t'es vu quand tu pues ?", de Georges Courtepine, aux éditions de la Misère.

___________________________________

Approchez ! Approchez braves futilandais !
Souhaitez un anniversaire pourri à ce faciès de misère !
Dites-lui ce que vous avez sur le cœur !
Il sera flatté de votre attention, lui le furoncle agité encadré de morpions !

Et que sa fin commence !
50 réponses 50