Urgent correction de textes et d'Art révision grammaire française?

bonjour à tous. Je cherche quelqu'un qui peut corriger locuteurs natifs du français, de réorganiser le texte, le raccourcir et assurez-vous qu'il n'y a pas de bêtises écrite. le texte a été traduit beaucoup du traducteur et une bonne partie provient d'un copier-coller à partir des sites d'art.... afficher plus bonjour à tous. Je cherche quelqu'un qui peut corriger locuteurs natifs du français, de réorganiser le texte, le raccourcir et assurez-vous qu'il n'y a pas de bêtises écrite.
le texte a été traduit beaucoup du traducteur et une bonne partie provient d'un copier-coller à partir des sites d'art. Je parle très peu français et je dois apprendre le texte suivant à la mémoire.
la peinture est Le bénédicité du chardin.
le texte à corriger est la suivante:
" Jean Baptiste Chardin est le peintre plus sensible du dix-huitieme siècle, il appartient à la bourgeoisie mais malgré ceci il représente sourtout des scènes de vie quotidienne et ses sujets sont des enfants ou des simple valets.
Ses ouvres sont caractérisé par grand réalisme, en effet pour Chardin la peinture est un moyen pour connaitre la réalite et la représenter.
Je voudrais parler de le tableau “Le Bénédicité”. Cette œuvre a été peinte en 1740 par Chardin. Actuellement, elle se trouve au musée du Louvre à Paris. Dans la liturgie anglicane, le benedicite est un cantique du Book of Common Prayer.
La scène se déroule dans la salle à manger, où une femme serve des repas sur la table, décorée d'une nappe blanche simple, et demande aux filles de bénédicité avant de manger. Les personnages ont des vêtements typiques bourgeois sans décoration. La mère porte une robe rouge qui est sous une chemise et un tablier bleu, les filles des vêtements simples blanches dont la couleur se termine rappeler la couleur du chapeau.
La scène montre une petite pièce, une table avec deux chaises et chaise de taille plus petites qui est accroché un petit tambourin


Au vu de la composition, l’attention du spectateur est d’emblée attirée par la fillette qui se tient bien droite sur sa chaise d’enfant, ses deux mains jointes avec application, ses yeux levés vers sa mère guettant son regard approbateur. Elle a la douceur des enfants sages. La lumière dirigée crée sur la nappe blanche une émouvante boule d’ombre. De l’autre côté de la table, la grande sœur observe sa cadette, l’air inquiet. Son statut d’aînée lui confère ce comportement à la fois protecteur et supérieur et le sentiment délicieux de se sentir presque une adulte.
L'atmosphère calme et paisible est renforcée par le schéma de couleur sobre, et la lumière tamisée. La composition ici est méticuleux et la stabilité créée par la structure triangulaire des trois chiffres ajoute aussi à la tranquillité des lieux
Les fonds opaques sont maniés de couleurs mêlées de vert sombre – virant au bleu – et de brun chaud travaillés de gris et de rouge. Cette couleur constante renvoie aux tapisseries des fauteuils aux tons éteints rayées de bandes du même vert, ocre foncé et rouge pâle, et encore aux vêtements mordorés de la mère, jusqu’au bonnet et au jupon rouge de la fillette. Les objets empruntent les couleurs du décor, les personnages deviennent des moments de composition du tableau.
La matière de la peinture de Chardin est faite de touches rompues, partagées par des frissons de lumière dense et papillonnante et des pans d’ombre. Il y a peu d’ombres scéniques dans les toiles du peintre. Les ombres des objets ne sont souvent que des pans privés de lumière. Les ombres portées et projetées sont rares et courtes, avec des erreurs de perspective.

le type de plan est un Plan moyen. En effet l’attention se concentre sur les trois personnages, en particulier le plus petite enfante
De cette harmonie de tons sourds qui donne aux choses un halo mystérieux, Chardin fait monter la lumière du blanc crémeux des vêtements des fillettes et de celui plus nacré de la nappe, irradiant ainsi le centre de la composition.

La sincérité de son observation échappe à la manière superficielle et donne à ses sujets une portée universelle. Il emprunte aux peintres nordiques, dont les gravures circulent à Paris, les thèmes des natures mortes et la simplicité des scènes de genre. Il peint l’adulte dans son occupation la plus quotidienne, reproduit avec une tendresse particulière l’enfant sage et solitaire dans son jeu.
Pour l’observateur délicat qu’est Chardin, cette digne mère à l’élégance discrète représente l’idéal féminin."
2 réponses 2