Que pensez vous de cette suppression des frais de scolarité pour les français à l'étranger payé par l'ETAT?

Depuis 2007, les frais de scolarité des lycéens français à l’étranger sont en partie payés par l’Etat. Or, la semaine dernière, le ministère des Affaires étrangères a annoncé que cette prise en charge, la PEC pour les intimes, serait supprimée... dès la fin du mois. Avec deux mois de vacances pour se retourner, certains parents sont un peu paniqués.

Cette décision n’était pourtant pas vraiment une surprise, puisque François Hollande avait dénoncé à plusieurs reprises la PEC au cours de sa campagne, et avait même annoncé sa suppression, prévoyant à la place un « mécanisme de bourses » sur critères sociaux.

Introduite en 2007 par Nicolas Sarkozy, la PEC, qui concerne cette année 7 600 familles, n’avait déjà pas été très bien accueillie, y compris du côté de l’UMP.

Du côté de l’UMP, l’introduction de la PEC en 2007 avait également provoqué la colère de certains. Olivier Cadic, alors supporter de Nicolas Sarkozy et conseiller élu à l’Assemblée des Français de l’étranger, s’y était immédiatement opposé :

« J’ai tout de suite dit qu’on ne pouvait pas faire ça. C’était une mesure contraire au principe de responsabilité. Moi j’habite à Londres, ma fille est scolarisée dans une école anglaise, et c’est gratuit. Si l’on veut scolariser son enfant dans un lycée français à l’étranger, c’est très bien. Mais alors c’est normal qu’on participe au financement. »

Campagne présidentielle oblige, Olivier Cadic fut pourtant obligé de se taire.

« On m’a dit que j’allais être carbonisé. »

Pourtant Cadic n’était pas le seul à droite à s’opposer à cette mesure. Au gouvernement, ce trou considérable dans le budget, environ 30 millions d’euros par an, en avait fait pâlir certains, y compris Bernard Kouchner, alors ministre des Affaires étrangères.

rue 89

Mise à jour:

Il faut mentionner que cette loi est passée quand Louis Sarkozy était à NY

Mise à jour 2:

MAS et pendant ce temps là on coupe en France les postes dans les écoles Bravo

Un détail

Tout d’abord, peu de personnes semblaient réellement en avoir besoin. En effet, certains expatriés ont les revenus suffisants pour payer une école française à leurs enfants.

De plus, beaucoup d’entreprises ayant des salariés à l’étranger leur paient déjà les frais de scolarité.

Enfin, pour ceux qui n’entrent dans aucune de ces catégories, il est possible d’avoir accès à des bourses sur critères sociaux.

Mise à jour 3:

je suis d'accord quand on s'expatrie on essaie de s'intégrer donc on ne fait pas bande à part

7 réponses

Évaluation
  • il y a 8 ans
    Meilleure réponse

    Votre question est très mal posée ! Car la PEC (prise en charge de la scolarité) ne concernait pas que les fonctionnaires expatriés, mais TOUS les expatriés. Il n'y a pas que des fonctionnaires qui s'expatrient !

    Il y a aussi des gens comme vous et moi (surtout comme moi, car je suis expatrié) qui travaillent dans le privé, pour une entreprise locale et qui gagnent un salaire moyen, comme un employé "normal".

    Maintenant, pour tout vous avouer, je ne suis pas trop pour la PEC. Quand on s'expatrie, même si on n'est pas obligé de renoncer à sa nationalité, il est nécessaire de s'adapter au pays qui nous accueille et par conséquent à son système d'éducation. Mes enfants iront à l'école du pays dans lequel ils grandissent. La France a la chance d'avoir pu mettre en place un réseau de collèges et lycées à l'international qui ont très bonne réputation, mais ceux-ci sont chers. C'est déjà une chance ENORME d'avoir l'occasion de mettre son enfant dans une école française à l'étranger, alors acceptons en le prix ! La plupart des personnes qui s'expatrient ne peuvent pas mettre leur enfant dans une école de leur pays. Demandez aux Algériens ou Tunisiens qui ont émigré en France s'ils ont eu la possibilité de mettre leur enfant dans une école algérienne ou tunisienne...

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • j gal
    Lv 7
    il y a 8 ans

    Pour avoir très longtemps vécu moi-même à l'étranger, et parfois dans des pays ... exotiques, voici ce que j'avais pu constater:

    3 cas de figures:

    1/ Soit les enfants étaient des enfants de membres de l'ambassade ou du consulat, et leurs frais de scolarité étaient pris en charge par l'état.

    2/ soit c'étaient des enfants d'expatriés travaillant dans des entreprises françaises, et dans la plus part des cas, il était prévu dans leur contrat d'expatriation les frais de scolarisation.

    3/ soit, dernier cas, c'était des enfants de "free lances", profession libérales, commerçants, etc ... et dans ce cas je ne vois pas du tout pourquoi la France prendrait à sa charge les frais de scolarité d'enfants de personnes ayant décidé elles-même d'aller vivre à l'étranger.

    Donc, j'étais et je suis toujours hostile à cette prise en charge par l'état. Ce n'est en fait qu'un élément électoral supplémentaire.

    A+

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • il y a 8 ans

    Personne ne doute que Sarkozy avait pris des dispositions pour éviter d'avoir à payer pour son fils.

    Ceci dit, ces établissements sont vraiment coûteux et posent problème à certain de nos compatriotes à l'étranger.

    Il faut espérer que le nombre des bourses ne sera pas diminué.

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • il y a 8 ans

    Je trouve cette décision lamentable et preuve de plus du mépris des socialistes pour la famille.

    A l'etranger, un expatrié français souhaite scolariser ses enfants dans une école française, ce qui est parfaitement naturel. Malheureusement, les frais de scolarité y sont plus élevés qu'en France, donc je ne suis pas choqué à ce que ces familles, le plus souvent expatriées pour raisons professionnelles, soient aidées par l'Etat, donc le contribuable.

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • Que pensez-vous des réponses ? Vous pouvez vous connecter afin de voter pour la réponse.
  • ?
    Lv 7
    il y a 8 ans

    quand je pense que hollande avait dit qu'il ferait tout pour l'éducation ,encore de l'enfumage !

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • il y a 8 ans

    Comme la prise en charge des étudiants des grandes écoles par la collectivité publique, il s'agissait là d'une INJUSTICE grave:

    Comment justifier, juridiquement et légalement que des élèves (étudiants) appartenant à des milieux PRIVILÉGIES (97% des élevés de Normale Sup appartiennent à des familles CSP ++, les enfants de diplomates ne sont pas les plus à plaindre)reçoivent, proportionnellement 12 FOIS PLUS , chaque année que des élèves de ZEP,? .......Sans compter les "différences" entre les profs de Polytechnique , du lycée français de Rome et ceux du 93 notamment !

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • Ze
    Lv 6
    il y a 8 ans

    ça apprendra aux expats qui ont fait cette erreur à ne plus jamais voter socialo

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
Vous avez d’autres questions ? Pour obtenir des réponses, posez vos questions dès maintenant.