Dites-moi pourquoi aller au cimetière le premier novembre si l'on doit fêter les morts le lendemain seulement.?

<110> Je ne suis pas encore mort…. Le 2 novembre, c'est donc ainsi que l'on vient de me le faire remarquer, la fête des défunts (ce qui explique pourquoi tout le monde se rend au cimetière le premier), ça nous fait beaucoup de monde, qui en plus augmente sans cesse, et il nous faudra bientôt nous... afficher plus <110> Je ne suis pas encore mort….

Le 2 novembre, c'est donc ainsi que l'on vient de me le faire remarquer, la fête des défunts (ce qui explique pourquoi tout le monde se rend au cimetière le premier), ça nous fait beaucoup de monde, qui en plus augmente sans cesse, et il nous faudra bientôt nous fêter nous-mêmes.
Comme quoi, si la vie est dure, la mort est encore plus dure.
D'autant que l'une entraîne automatiquement l'autre.

Allons-y donc ; en ce 2 novembre, on me demande de célébrer : Saint Agape (brûlé vif en Arménie, comme du vulgaire papier), Saint Akindynos et Saint Ambroise.
Ainsi que Sainte Baye, dont le seul nom évoque de grandes fatigues, pareillement que sa compagne Sainte Maure dont on ne va pas faire un fromage (quoique…), Sainte Eustochie de Tarse (parente de Berthe au grand pied ?), Saint Georges de Vienne (être de Vienne alors que l’on est parti !), et également Saint Hermès (un des saint parmi les plus luxueux),
Et Saint Hernin, et Saint Jorand, ainsi que Saint Juste de Trieste, puis Saint Malachie.
Saint Marcien (dont une légende tenace prétend qu’il était souvent dans la lune), Saint Melchior de Saint-Augustin, Saint Mieu (est-il possible d'envisager d'être mieux saint que Saint Mieu ?).
Et encore Saints Sevold, Theodote de Laocidee, Victorin et Saint Vulgan.

Ou vais-je trouver le temps, je me demande si je ne vais pas en mettre un ou deux au congélateur en attendant des journées moins chargées.

Parmi les défunts, d'aucuns ont eu le mauvais goût de naître le 2 novembre: plus personne ne se remémore James K. Polk, né en 1795, délégué du Massachusetts, il fut le 11eme Président (démocrate) des USA.
Les amateurs de tournois de danse (nombreux aux USA) en inversaient les termes : James Polk K.

Né en 1815, Georges Boole qui, lors de mes études m'a occasionné de fortes durables et intenses céphalées, allait prétendre que la logique se rattachait plus aux mathématiques qu’à la philosophie, notons au passage qu’en 1855, ce grand homme se marie avec une grande femme: Mary Everest (nièce de sir George Everest qui a donné son nom à la montagne aux pieds de laquelle j'ai passé une partie de mon existence falote).
C'est un petit peu le papa des ordinateurs.

Nous avons échangé la naissance d'un grand humoriste, Charles de Gaulle, en 1890, contre le décès d'un petit, George Bernard Shaw, en 1950.
Un peu avant, le petit humoriste avait écrit que: "L'homme raisonnable s'adapte au monde; l'homme déraisonnable s'obstine à essayer d'adapter le monde à lui-même. Tout progrès dépend donc de l'homme déraisonnable."
On ne saurait mieux dire.

Nous noterons également, ceci en 1439, naissance de l'impôt permanent, lequel n'est fort malencontreusement pas au nombre des défunts, sous forme de la taille qui n'était qu'exceptionnelle jusqu'à ce jour néfaste.

Seule la naissance, en 1808, de Jules Amédée Barbey d’Aurevilly, écrivain diabolique, saura éradiquer le chagrin, la peine, l'affliction, l'affliction, que dis-je, la souffrance et la douleur, les tourments, la torture, on peut même dire le calvaire, le martyre, qui résultent de cet avènement.

Donc, comme promis nous allons rendre un vibrant hommage à ces femmes qui ont laissé tomber fourneaux et maris au profit de la musique : Sue Keller qui chante en plus, certes moins bien que Loana, mais écoutez tout de même : http://www.youtube.com/watch?v=85kypQcfr...

Une autre ? Allons y, puis-je vous présenter Suzan Cordell qui a l’air de bien se marrer : http://www.youtube.com/watch?v=5kMpVCvAq...

Montons dans la hiérarchie des âges et écoutons tante Doris, 92 ans tout de même : http://www.youtube.com/watch?v=jYWEWLjPd...

Notons au passage qu’il n’y a pas que des femmes dans les maisons de retraite ou l’on marre comme des bossus (c’est bien connu !) un petit duo que l’on pourrait intituler « ils jouaient du piano debout »… vous saurez pourquoi si vous restez jusqu’à la fin : je vous présente Marlow et Frances Cowan : http://www.youtube.com/watch?v=SpHP86Xv9nQ&feature=related

C’est tout pour aujourd’hui.



7 réponses 7