bridget a posé la question dans Arts et sciences humainesPhilosophie · il y a 9 ans

Avez-vous l'impression, lorsque vous lisez un philosophe, qu'il pense avoir raison ?

Quels sont les philosophes qui, se contredisant, admettent avoir eu tort ?

Quels sont les philosophes qui, philosophant, distillent le doute en même temps que leur pensée ?

Parce que le scepticisme, c'est bien beau (précision : j'adhère au principe, je ne raille pas du tout !); mais jusqu'à quel point on doute, lorsqu'on assène ceci :

"Le doute n'est pas au-dessous du savoir, mais au-dessus."

Alain

"Ce qui caractérise le philosophe et le distingue du vulgaire, c'est qu'il n'admet rien sans preuve, qu'il n'acquiesce point à des notions trompeuses et qu'il pose exactement les limites du certain, du probable et du douteux."

Denis Diderot

Le doute philosophique existe-t-il vraiment ?

Mise à jour:

@ Nem : Vous parlez des philosophes médiatiques, ils ne sont pas la généralité !

Mais c'est drôle et révélateur comme réponse... qu'en pensez-vous, vous, les philosophes de la rubrique ?

Mise à jour 2:

@ Timinet : "Ils ont le droit et le devoir ", oui mais le font-ils ?

Quel philosophe a écrit : "Je me suis trompé...", ou "Je pense ceci mais soyez certain d'une seule chose, il se peut bien que j'ai tort !"

Quand le philosophe dit, par devoir, "Tout ce que je sais c'est que je ne sais rien", garde-t-il ensuite le silence, ou prévient-il le disciple : "Ne m'écoutez que d'une oreille, et surtout, informez-moi quand vous voyez que j'ai tort !", ou alors, a-t-il déclaré : "puisque je ne sais rien, cela même, en vérité, je ne le sais pas !"

Mise à jour 3:

@ Noocratie : Un point pour vous, un point pour Kant.

Quand vous dites que Hegel a essayé de dépasser le criticisme de KANT, cela signifie quoi exactement ?

15 réponses

Évaluation
  • il y a 9 ans
    Meilleure réponse

    D'une façon générale , les philosophes pensent avoir raison d'écrire ce qu'ils écrivent , sinon ils se contenteraient de penser . Certains évoluent et meme , ne se reconnaissent pas dans des ecrits de jeunesse .Il me semble pourtant qu'il y a philosophes et philosophes . Je m'explique , autant les batisseurs de système ( aristote , thomas d'aquin , hegel ) ne doute de rien par définition puisque le système en question se présente quand meme assez clairement comme ayant réponse à tout , autant , les socrate , hume et surtout montaigne cultivent la remise en question des idées premachées et de la doxa en général ( intituler son livre " essais " , en opposition aux systèmes qui prétendent echapper à l'humain et au temps , on y sent le temps qui passe , le scepticisme , l'incertitude et la mort qui guette , c'est parlant et témoigne d'une certaine humilité )

    De nos jours , il est vrai que , que le terme " philosophe " représente pour beaucoup de monde les quelques pro du service apres vente ( d'ou la réponse de nem), ce qui est dommage tant il existe encore de pensées sauvages , batis sur la remise en question , donc le doute primordial .

    Il est vrai aussi que si montaigne doutait de tout ce qui pretait le flanc au questionnement , il restait toujours ce qu'il savait , dont il ne doutait nullement . Douter pour douter ne mene à rien , douter parce que la réponse communément admise est branlante est important .

    Dans l'histoire de la philosophie , on a vu bien souvent une certitude en remplacé une autre , aristote etait platonnicien , jusqu'à la mort du maitre , apres quoi , il put se consacrer à ce qu'il pensait vraiment , son élève épicure fit de meme apres la mort d'aristote . A chaque générations , les certitudes , ou le " paradigme philosophique " change .Contre la vérité avec un grand V , il existe la vérité modeste , relative , fragmentaire , provisoire , toujours sujette à retouche , à correction et meme , à repentir , meme si c'est l'exeption . C'est comme cela que je l'aime contre la véritée absolue et définitive , qui est et reste à la base de tout les sectarismes , les fanatismes .

    Aujourd'hui , tout est plus éclaté et si , tout le monde a l'air sur de son sujet , c'est à nous de faire le tri par une lecture critique .

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • Quand Socrate affirme qu'il ne sait qu'une chose c'est qu'il ne sait rien c'est bien qu'il admet de manière implicite qu'il ne possède pas la science infuse ni la vérité absolue et qu'il peut alors s'être trompé

    Le doute philosophe existe aussi chez Camus qui n'a cessé de remettre en question ses écrits et sa manière de voir les choses

    Mais je crois qu'il existe chez bcp comme Descartes ou Pyrrhonet Hume déjà cité

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • il y a 9 ans

    Il existe très peu de personnes, philosophes ou non, qui reconnaissent avoir jamais eu tort. C'est même une caractéristique bien connue de l'être humain de difficilement pouvoir remettre en cause le bien-fondé de ses idées ou de ses décisions, il suffit d'avoir étudié d'un peu près la théorie de l'engagement en psychologie sociale.

    Le problème est sans doute pire en philosophie, où on ne raisonne pas (ou plus) sur des faits mais sur des concepts. Dès lors, beaucoup (dont Pascal, Nietzsche, Hegel et bien d'autres) restent sur une posture d'affirmation, ne pouvant en aucune manière étayer leurs discours par des arguments tangibles.

    Comment dès lors pouvoir dire "Je me suis trompé" quand tout le système conceptuel de l'auteur repose uniquement sur sa conviction ?

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • il y a 9 ans

    Montaigne a passé son le temps à l'écrire, Pascal également, Voltaire aussi et même ce brave vieux Nietzsche auquel on reproche systématiquement ses contradictions...

    La liste serait longue. Y'en a un par contre qu'a jamais douté, pourtant... il a fait sa carrière là-dessus. Passons, on va encore dire que je suis mauvaise langue et de parti-pris. Ce qui est en grande partie parfaitement véridique, d'ailleurs.

    En fait, aucun philosophe n'est parvenu à ne jamais se contredire, pas même les plus systémiques. Tous ont du un jour répondre, au pied du mur, à des contradictions levées par des élèves studieux. Platon possède un nombre de contradictions resplendissant! "Bonjour! Je sais que je ne sais rien mais seule la connaissance permet d'atteindre le monde des idées." Comique, non?

    Ce cher Hegel, "Bonjour! Le monde n'a de sens qu'historiquement mais Dieu est intemporel." Fantastique, non?

    Ce cher Descartes "Bonjour! Le monde n'est réel que parce que je le pense." Cela frise le dédoublement de personnalité, non?

    Ce cher Schopenhauer "Bonjour! L'être-humain est de nature mensongère. Heureusement pour vous que je vous dis la vérité." A en perdre son latin en plein milieu d'une sacristie!

    Voilà, zêtes rassurée?

    Au fait... j'ai raison. N'en doutez point! :-)

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • Que pensez-vous des réponses ? Vous pouvez vous connecter afin de voter pour la réponse.
  • ?
    Lv 5
    il y a 9 ans

    Le philosophe croit toujours d’avoir raison. Ce qu’en pensent d’autres n’est aucunement important.

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • Anonyme
    il y a 9 ans

    Atypique a raison, il n'y a guère que BHL qui sait tout sur tout !

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • il y a 9 ans

    Le doute n'est pas seulement un état de confusion qui nous laisse perdu au sein de nous même.

    Le doute peut être aussi cette observation des faits dans un esprit qui se questionne, et donc il n'est pas dans l'affirmation d'un dogme ne serait ce une philosophie du doute.

    Le doute philosophique existe dans une approche négative,

    à savoir si je me pose la question de l'ordre, je n'affirme pas ce qu'il est mais j'essaye de savoir ce qu'il n'est pas et par le rejet de ce qu'il n'est pas l'ordre prend place, un ordre vivant qui n'est pas la répétition d'un schéma.

    Mais pour en revenir à la question de la raison, il me semble que les gens qui veulent toujours avoir raison ne se rendent pas compte des limitations de la raison et se confinent dans un monde très ordinaire voir ennuyeux. Si on a un tant soit peu une relation avec la nature, on peut se rendre compte que l'immensité n'appartient pas seulement à l'espace mais elle est aussi dans la psyché.

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • il y a 9 ans

    Je pense effectivement que beaucoup de philosophes doutent dans ce sens qu'ils utilisent comme le scientifique l'intuition le doute l'expérimentation.

    Et donc, ils ont le droit et le devoir de se tromper ou d'évoluer .

    N'est-ce pas Jean Toussaint Desanti qui explique que pour lui, "un philosophe est un « flambeur », c'est-à-dire qu'il se doit de remettre en jeu son savoir, ses idées, à chaque moment, en jouant le tout pour le tout tel un joueur de poker."

    Et c'était un spécialiste de la logique puisqu'il s'est intéressé aux mathématiques!

    @@@ je persiste et je signe ,le" vrai philosophe "et il y en a peu je te l'accorde, pousse son argument jusqu'au doute et le dépasse c'est comme ça qu'il évolue !

    Et c'est ce que signifie Alain, lui l'éducateur .Quoi d'aussi peu sur et établi que la philosophie enfantine .

    J'en profite pour re-signaler les erreurs monstrueuses que l'on fait en éducation à l'heure actuelle.

    timinet voit rouge!!!!

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • Anonyme
    il y a 9 ans

    Les philosophes m'énervent, me gavent. Si on suivait ce qu'ils disent, tout le monde vivrait de la même façon, aucun individualisme, aucun complexité. Ils espèrent trouver une réponse à toutes les questions, nous donner quelque chose de prémâché dans le bec pour éviter que nous, les petites gens, nous nous mettions à réfléchir. Eux ont tout compris, tout décortiqué, tout analysé, il n'y a plus aucun travail à faire pour le reste des mortels, tout est là, prédigéré.

    Ce n'est pas pour rien qu'au journal télévisé ou dans n'importe quelle émission où on discute un peu, on retrouve ces marchands de vérité unique et universelle. Ça évite au téléspectateur d'enclencher le cerveau, c'est tout ça d'économisé. A part ne pas se prendre pour la queue de la poire en étalant leurs connaissances pour mieux vendre leur bouquin ou faire grimper un politique dans les sondages, ils ne servent à rien. Ce sont les charlatans de notre société actuelle.

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • Anonyme
    il y a 9 ans

    .

    Personnellement ....j 'ai toujours raison....même quand j'ai tords.....

    il est d'ailleurs très rare que j'ai tord et je ne veux pas le savoir.

    Je me débrouille pour ne jamais reconnaître mes tords..........

    C 'est un exercice particulièrement ludique et qui énerve tout le monde.

    Toujours avoir raison est un art....un art exaspérant....!

    Et surtout ne venez pas me dire que j'ai raison....vous auriez tord.

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
Vous avez d’autres questions ? Pour obtenir des réponses, posez vos questions dès maintenant.