Anonyme
Anonyme a posé la question dans Arts et sciences humainesHistoire · il y a 10 ans

Combien de victimes a fait la guillotine durant la Révolution de 1789 ?

9 réponses

Évaluation
  • Anonyme
    il y a 10 ans
    Réponse favorite

    On ne le saura probablement jamais ! Personne ne sait avec certitude combien la Terreur a fait de victimes. Par contre, ce que l'on sait c'est que la terreur a créée une perversion populaire généralisée. Les bonnes âmes qui formaient le Tribunal Révolutionnaire, se plaignaient fréquemment que la guillotine ne pouvait couper qu'une seule tête par minute. Les joyeux terroristes de Bordeaux allèrent même jusqu'à ordonner que l'on construise une guillotine à quatre couperets.....une merveille du genre ! Quant au lugubre Robespierre qui exhortait les foules à purifier la Révolution de ses ennemis, il a fini par faire guillotiner des écoliers.

    Pendant quatorze mois, le Tribunal Révolutionnaire envoya non seulement des milliers de gens à l'échafaud (innocents ou pas), mais il condamna un nombre incalculable de français à la déportation à la Guyane où beaucoup finiront sur l'échafaud. Il y a aussi ceux qui furent exilés à l'île de Ré ou entassés sur les pontons de navires français ancrés dans les ports de La Rochelle et de Rochefort, lesquels périront en grand nombre faute d'air, de soins ou de nourriture.

    Pour augmenter le nombre des victimes, la Convention fit voter la sinistre loi des suspects (le 18 mars 1793) qui permettait d'envoyer à la mort tous ceux qu'on dénonçait comme hostiles à la Révolution. Il fut donc décrété que....."tout citoyen qui reconnaitrait un prêtre réfractaire serait autorisé à l'arrêter sur-le-champ et que, si ce prêtre était reconnu coupable, il serait mis à mort dans les vingt-quatre heures".

    En exécution de cette loi, Fouquier-Tinville fit arrêter à Paris des milliers de gens suspects d'attache à la religion catholique et les envoya par "fournées" à la guillotine. En messidor 1794, plus de 400.000 détenus remplissaient les prisons de la France.

    En province, des persécuteurs de bas étage, tels que Fouché à Nevers, Lebon à Arras, Carrier, l'organisateur des noyades de Nantes, Collot d'Herbois, le fusilleur de Lyon, rivalisèrent de cruauté avec les terroristes révolutionnaires de Paris. Ce fut partout une orgie de massacres entremêlés de scènes scandaleuses et révoltantes. Partout, la Révolution s'est ainsi déshonorée aux yeux du monde.

  • chaxay
    Lv 7
    il y a 10 ans

    Durant cette période, de 16 000 à 17 000 personnes furent guillotinées[101], 25 000 furent victimes d’exécutions sommaires et environ 500 000 emprisonnées[102] à un moment ou à un autre, depuis le début de 1793. Environ 2 500 personnes furent guillotinées rien qu’à Paris : 1 306 d’entre elles reposent dans la fosse commune du cimetière de Picpus[103]. Le Tribunal révolutionnaire de Paris n’a prononcé que 16 % des sentences de mort, malgré la loi du 16 avril qui ordonnait que tous les suspects soient désormais déférés devant lui. Géographiquement, c’est l’Ouest, à cause de la guerre de Vendée, et la vallée du Rhône, en raison de l’activisme fédéraliste, qui ont été les plus touchés, ainsi que les provinces frontalières, où se déroulaient les opérations militaires. Près de quatre condamnations sur cinq ont été rendues pour cause de rébellion ou de trahison, contre seulement 1 % pour des motifs économiques, accaparement ou faux assignats, et 9 % pour délit d’opinion.

    * La guerre de Vendée : d’après les estimations de l’historien Jean-Clément Martin, en 1802, un manque de 200 000 personnes est détectable, par rapport à 1790, si l’accroissement démographique n’avait pas été ébranlé par la guerre, dans les quatre départements concernés. Ce manque est dû pour une part aux pertes directes et indirectes de la guerre civile (hausse de la mortalité), pour une autre au déficit des naissances (baisse de la natalité) et aux mouvements de population (solde migratoire négatif), exacerbés par les violences.

    * Les massacres en province

    o À Nantes : entre 1793 et 1794, Jean-Baptiste Carrier, représentant de la Convention en mission à Nantes, ordonne un grand nombre d’exécutions sommaires, certaines par noyade dans la Loire depuis des bateaux munis de trappes : les condamnés, attachés deux par deux (un homme, une femme), se noient mutuellement ; Jean-Baptiste Carrier avait baptisé ces exécutions la « déportation verticale », elles sont restées célèbres sous le nom de « mariages républicains ». Il est rappelé à Paris pour être jugé, suite au rapport de l’agent du Comité de salut public, Jullien de Paris, fils du député Jullien de la Drôme et proche de Robespierre.

    o À Lyon : pendant la Révolution française, Lyon prit en 1793 le parti des Girondins et se souleva contre la Convention. La ville subit un siège de plus de deux mois avant de se rendre le 9 octobre 1793. La répression de la Convention fut féroce. Environ 2 000 Lyonnais furent fusillés ou guillotinés, et plusieurs riches hôtels particuliers autour de la place Bellecour détruits. Joseph Fouché, l’un des représentants en mission en charge de la répression, fut surnommé le « mitrailleur de Lyon ». Lyon fut renommée Ville-affranchie. Le 12 octobre 1793, parut un décret stipulant :

    Lyon fit la guerre à la liberté, Lyon n’est plus.

    (wiki )

    Néanmoins il ne faut pas oublier que la Révolution amena aussi:

    * la guerre contre l'Europe royaliste (qui dura de 1792 à 1815 et qui fit un million de morts),

    * la dictature (de Robespierre d'abord, puis de Napoléon),

    * La guillotine utilisée contre tous les ennemis de la révolution fit plus de 10.000 morts.

    * la guerre civile: Les paysans de Vendée et de Bretagne (les chouans) fidèles à leur traditions se révoltèrent sous les ordres des nobles royalistes. L'armée républicaine les écrasa et le massacre fit plus de 150.000 morts.

    http://www.mtholyoke.edu/courses/nvaget/dixhuitiem...

    Source(s) : ch
  • il y a 10 ans

    Un certain nombre. Noble ou pas. Coupable comme innocent.

  • Anonyme
    il y a 10 ans

    Elle n'a mise en place qu'en ...1792!

  • Que pensez-vous des réponses ? Vous pouvez vous connecter afin de voter pour la réponse.
  • ?
    Lv 6
    il y a 10 ans

    On a parlé d'une quinzaine de milliers de guillotinés mais les statistiques sont incertaines, car beaucoup d'archives ont été détruites en 1871. Donc, on ne saura jamais le chiffre exacte.

    Exemples de bilans dressés par des particuliers. Par le bourreau Charles Sanson dans ses " Mémoires " : pour la période du 14-7-1789 au 27-10-1795 : mis à la lanterne, tués dans les châteaux 400. Suites des guerres civiles 32 000. Massacres de Septembre. 3 400. Guillotinés 13 800. Exterminations en Vendée et chouannerie 180 000. Républicains tués par les chouans 87 000. Famine et peur 7 000. Émigrés morts à l'étranger ou guillotinés 14 000. Fusillés, mitraillés, noyés en province 18 500. Massacres aux colonies 50 000. Jacobins mis à mort dans le Midi 14 600. Famille royale (le roi la reine, la sœur du roi. Philippe Égalité, le dauphin) 5. Morts aux armées 290 000. Par Louis-Marie Prud-homme (1752-1830) dans " Histoire générale et impartiale de la Révolution " (1797) : guillotinés 18 613 dont nobles 1 278, femmes 750, femmes de laboureurs et d'artisans 1 467, religieuses 350, prêtres 1 135, hommes non nobles de divers états 13 663. Femmes mortes de frayeur ou par suite de couches prématurées 3 748. Morts de la Vendée 337 000 (dont femmes 15 000 : enfants 22 000). Victimes à Lyon 31 000, à Nantes de Jean-Baptiste Carrier (Yolet. 16-3-1756/Paris, 16-12-1794, guillotiné) 32 000 (dont enfants fusillés 500, noyés 1 500, femmes fusillées 264, noyées 500, prêtres fusillés ou noyés 760, nobles noyés 1 400, artisans noyés 5 300).

    Autres estimations. Nombre de guillotinés à Paris : du 21-1-1793 au 9-9-1795 : 2 794 dont 1 376 du 10-6 au 28-7-1794 (de la loi de prairial au 9 thermidor). Maximum quotidien : 7-7-1794 : 68 : 29-7-1794 (11 thermidor) : 70. [Selon René Sédillot (1987) : 2 639 dont 1 862 entre mars 1793 et juillet 1794.] Age : de 16 à 93 ans (Louis XVI : 39). En province : 42 000 dont 17 000 après un procès : par exemple : Orange : 332 [aussi par fusillade, le rendement de la guillotine étant insuffisant (le 28-5-1793 : 16 guillotinés pour 45 fusillés)] ; Bayonne (1794) : 62 : Bordeaux : 298 ; Arras : 391 ; Rennes : 267. 25 000 par décision administrative (rebelles, émigrés ou déportés rentrés clandestinement). Dans 6 départements : aucune exécution, dans 31 : moins de 10. Répartition en % : condamnés à mort : Ouest 52, Sud-Est 19. Victimes : aristocrates 2, adversaires politiques 8 à 18, roturiers, affairistes, escroc 80 à 90.

    Exécutions hors guillotine. A Paris, pendant la dictature de la Commune (tribunal criminel du 17-8-1792) et dans les départements insurgés. Armes blanches et massues : Paris (août-sept. 1792) : 1 395 † dont 420 ne purent être identifiés (cadavres mutilés ou brûlés). Bois de Beaurepaire en Vendée (déc. 1793) : 300 femmes, etc. (le 17-1-1794 Turreau prescrit les exécutions à la baïonnette pour épargner les munitions). Canonnade (les canons sont chargés à la mitraille) : Lyon (plaine des Brotteaux, du 4-12 au 27-12-1793) : 1 876 exécutions. Fusillade : Toulon (du 20-12 au 25-12-1793) : 800 exécutions. Noirmoutier (mai 1794) : 1 200 prisonniers exécutés avec d'Elbée. Angers (1794) : environ 3 000 [dont 800 à Ponts-de-Cé (corps jetés à la Loire)]. Nieuport (Belgique, 17-6-1794) : 1 200 émigrés exécutés par Pichegru (encore républicain). Auray (1795) : 952, etc. Noyade : Nantes (du 3-10 au 31-12-1793) : 4 800, dont 2 000 la semaine de Noël [maximum le 23-12 : 800 (" mariages républicains " : noyades par couples nus. 1 homme lié à 1 femme)]. Voir ci-contre le bilan de Louis-Marie Prudhomme.

    Lieux d'exécution à Paris. 1792-25-4 place de Grève : Nicolas Jacques Pelletier, voleur. 1er exécuté ; -21-8 place du Carrousel/ Louis David Collonot d'Angremont (1re exécution politique) ; -11-11 Champ-de-Mars Jean-Sylvain Bailly. 1793-21-1 place de la Révolution (aujourd'hui place de la Concorde) : le transfert de Louis XVI, à cet endroit ouvert, semblait moins risqué qu'au Carrousel, place plus étroite et fermée ; jusqu'au 8-5 place du Carrousel ; -8-5 (ou 17-5 ?) au 9-6-1794 place de la Révolution, puis déplacée en raison de l'installation des députés dans la salle des machines du château des Tuileries ; -9-6 au 13-6-1794 place St-Antoine (actuellement place de la Bastille) ; -14-6-1794 barrière du Trône renversé (aujourd'hui place de la Nation) : 1 306 condamnés politiques exécutés jusqu'au 29-7-1794 (9 thermidor), enterrés dans les 2 fosses du jardin de Picpus, dont 1 109 hommes (dont 579 gens du peuple, 178 gens d'épée. 136 gens de robe, 108 gens d'église, 108 ex-nobles), 197 femmes (123 femmes du peuple, 51 ex-nobles, 23 religieuses).

    @insolent, tu croyais tout de même pas que ces statistiques sortent de ma tête, hein ? Je n'ai jamais eue cette prétention en introduisant aux QRistes quelques sujets à réflexion. Ça te plait d'interpeller les personnes du sexe opposé pour du menu fretin ? Pas étonnant que tu sois toujours puceau ! Les athées, ils n'ont tué personne peut-être ?

  • il y a 10 ans

    Une quinzaine de milliers de morts guillotinés

  • Anonyme
    il y a 10 ans

    104587

  • Anonyme
    il y a 10 ans

    pas assez, mais dans la limite de sa techniquee

  • il y a 10 ans

    Bien moins que les cathos lors des guerre de religion et la croisade contre la Albigeois, si l'on tient compte que la prise de Beziers seule a fait 30,000 morts parmi les habitants de la ville hommes femmes enfant vieillard bébés dans les bras de leurs mère, alors le catho un peu de pudeur s"il te plaît

    @Jennifer - Pas trop fatiguée par ton copié collé ?

    http://les.guillotines.free.fr/victimes.htm

    Quand on se contente de ça l'honnêteté voudrait qu'on l'indique tu n'a donc pas besoin de la vérité ? Ou alors c'est juste quand ça t'arrange et si elle est bien arrangée bien sur

    @Jennifer bis - Il est clair que tu cela ne pouvait pas sortir de ton pauvre cerveau, quant à savoir si tu est mâle ou femelle la question se pose sérieusement

    En ce qui concerne mon pucelage rassure toi il m'a quitté il y a fort longtemps

Vous avez d’autres questions ? Pour obtenir des réponses, posez vos questions dès maintenant.