Têtaclic a posé la question dans Arts et sciences humainesPhilosophie · il y a 10 ans

Sans relations " l' être en soi " peut-il se suffire à lui même...?

Ou faut-il admettre que même au travers et en raison même des relations il n'y a pas d' "être en soi"...que nous sommes fait d'emprunts et d'influences le plus souvent involontaires et qu'il n'y a pas lieu de s'accorder de mérite, si n'est celui du hasard..mais serais-ce bien raisonnable...?

Le questionneur peut-il se passer de ceux qu'il interroge ...si oui je retourne ermiter dans ma grotte..( mais la je sens que je vais avoir du mal..!..:-)

Mise à jour:

@ Heue ..si vous pouviez y penser par vous même ...je ne demande qu'à pas vous croire..!

Mise à jour 2:

à moins que vous les philosophes n'ayez une parcelle divine...à vous, rien qu'à vous ,qui vous rende auto suffisant...?..:-)

Mise à jour 3:

@si je lm'a

Mise à jour 4:

@ >>l<<..si je m'attendais à une pareille anchoîade..( qui n'est pas la femelle de l'anchois pas plus qu'une anchois..!..:-)

on dit pas une bande d'anchois mais un banc..preuve que l'anchois n'existe pas anchois mais en banc...à part quelque uns qui se pêche non pas au filet mais à la queue de Mickey...:-)

11 réponses

Évaluation
  • dodo
    Lv 5
    il y a 10 ans
    Meilleure réponse

    l'être en soi fait partie d'un tout

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • Anonyme
    il y a 10 ans

    Je pense effectivement qu'on ne peut pas se suffire à soi même. Je crois que très peu d'êtres vivants sont faits pour se suffire à eux mêmes. L'espèce humaine est, je crois, génétiquement constituée pour vivre en meute. D'ailleurs, il me semble que de plus en plus de gens pètent un plomb parce qu'ils sont seuls dans nos sociétés, parce qu'on leur dit qu'il faut qu'il ne dépendent de personne et qu'ils se retrouvent isolés.

    Le lien est un des principes vitaux du fonctionnement de l'univers, c'est une des croyances profondes que j'ai. La vie n'existe que parce que des organismes sont liés les uns aux autres. La vie C'EST le lien entre plusieurs particules organiques à petite ou grande échelle. Et nous n'échappons pas à la règle. Tout conscients que nous sommes, nous dépendons les uns des autres. C'est un fait.

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • live
    Lv 4
    il y a 3 ans

    Je l'avoue tout internet, los angeles philosophie n'était pas ma matière distinctiveness et si je réfléchis trop j'ai les neurones qui jouent aux boules de flipper (qui roulent lalalalala) Allez je vais faire un attempt tout de même. En tout cas je trouve los angeles question excellente (oui je sais je tourne autour du pot). pfff c'est dur. En fait je pense que sans doute oui, se suffire à soi même est une forme de liberté. Moi je me demande maintenant si los angeles liberté est los angeles valeur suprème... celle vers laquelle nous tendons tous ?

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • Anonyme
    il y a 10 ans

    Pour le "décrocher la queue du Mickey", j'connais les règles ; mais là : est-ce la "tête à Clic", ou sur la "Tête a clic" qu'on doit cliquer?

    Voilà que me remonte le souvenir insoutenable de mon pote, le pêcheur d'en-soi, lorsqu'il me mena à la pêche à l'anchois, pour m'y confondre en choix.

    Après m'avoir balancé à la face quelques appâts pour hameçonner mon attention.

    _Tiens, là, refoulée par les flots, une boite d'(en)an(soi)chois, vide d'anchois, me fit-il remarquer en pointant l'une de ses nageoires comme pour appuyer sur l'être.

    Pour ajouter : Mais vide, en soi, d'anchois? -Avec, ou sans anchois, n'est-ce pas la même boite d'anchois? Et là dessus, d'un air décidé : Emplissons à nouveau d'anchois cette boite d'anchois, voir un peu. ...Mais ma parole! -Ce ne sont pas là les mêmes anchois d'alors, celles qui ont jadis glorieusement fait de c'te boite d'anchois une boite d'anchois pleine d'anchois! Mais cela reste des anchois tout de même et une boite d'anchois en soi farcie d'anchois... De 1er ou de second choix : une anchois reste une anchois toute sa vie d'anchois! "

    Il avait si l'air sérieux en m'racontant ça... c'est pour ça que je m'en souviens encore de toutes ses conneries!

    S'en suit une question à la con : qu'est mon pote le pêcheur, indépendamment de l'accidentel, par ex: "pêcheur"?

    Que pêcherait un pêcheur d'anchois, si une anchois n'était pas en permanence une anchois? De Tout, dans un Tout? -Alors que l'moussaillon amorcerait en mer pour pêcher quelque anchois, il sortirait un crocodile d'un évier! ou se sortirait lui-même la tête des %^£@! (clin d'oeil à l'impermanence, chère à TTC).

    Question/réponse envoyées par Mickey ; mouse, sur un bâteau d'pêche, autrement reconnu par ses fans sous le nom décrocheur de : "Mickey et sa queue", ou la "Queue d'mickey", chaipu.

    Nous vl'à en rade... t'as d'quoi raquer pour l'essence?

    Moi non plus >>>

    Source(s) : ,)-
    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • Que pensez-vous des réponses ? Vous pouvez vous connecter afin de voter pour la réponse.
  • il y a 10 ans

    Je ne conçois que 2 "choses" susceptibles de relever de l'absolu, dont l' "existence" serait indépendante [...] ,disons, du reste.

    -Dieu : par définition, si il existe.

    -La mort (ou le néant) : qui "est", à proprement parler, non-être en soi (ou non-existence), et qui donc, du point de vue logique, n'existe absolument pas.

    Source(s) : "L'absolu, s'il existe, n'est pas du ressort de nos connaissances; nous ne jugeons et nous ne pouvons juger des choses que par les rapports qu'elles ont entre elles"
    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • Georgy
    Lv 7
    il y a 10 ans

    Au sein d'un ordre social donné, l'être en soi est voué à tomber, l'être pour soi est voué à rebondir car il a compris qu'il n'est pas seul au monde et qu'il a besoin des autres. Marx estimait que l'homme est un noeu de rapports sociaux déterminé par les circonstances et qui agit à son tour sur les mêmes circonstances. Un exemple : Je suis dans la rue et j'ai envie d'un café, je rentre dans une brasserie et je demande au serveur de m'apporter un café et il s'exécute. En fait j'ai établi un rapport marchand avec le sommelier et ce rapport m'a permis d'obtenir un café.... Les rapports sociaux de type capitaliste sont faussés car basés sur l'argent mais historiquement, ils obligent les hommes et les femmes à entrer en rapport entre eux et c'est un pas à quand le prochain dans la perspective de la république sociale.?

    Source(s) : Introduction à l'économie politique de Karl Marx.
    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • Anonyme
    il y a 10 ans

    Dans l'ordre de progression... (!)

    juste 1 ou une ami(e)

    les voisins, les commerçants

    un chat ou un chien

    un poisson rouge

    Dieu

    les souvenirs

    l'alcool, la clope

    la maladie

    la vieillesse prématurée

    la fatigue, l'ennui, l'habitude

    et puis, l'espérance du mort tranquillous...

    Arrivé à ce stade, t'es paisible... enfin!

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • ?
    Lv 4
    il y a 10 ans

    La raison d'être du ''moi'' c'est les autres.

    Même si j'arriverai à me suffire, ce n'est qu'un moyen pour pouvoir servir les autres.

    L'autre est un amour ou un ami qui me réconforte ou un être dans le besoin que j'assiste ou un être désagréable qui cultive ma patience.

    Je suis un morceau d'un puzzle infinie appelé humanité.

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • Odette
    Lv 7
    il y a 10 ans

    Retournons aux sources de nos savoirs ,,,,, "Pour Sénèque, peu d'hommes savent l'atteindre(le bonheur) en fait ; les hommes savent surtout faire leur propre malheur. Ce qui peut se formaliser par le raisonnement suivant :

    Si le bonheur est un état de satisfaction durable et entier,

    et si l'homme est un être doué de raison et affecté sensiblement,

    alors le bonheur n'est qu'un rêve de l'imagination". ,,,,,,,,,,,,,,,,,,?

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • il y a 10 ans

    je ne vais pas philosopher trop longtemps mais je pense que sans relation, l'être en soi ne peut pas se suffire à lui même. on a besoin d'échanges avec autrui.....pour apprendre, pour rire...

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
Vous avez d’autres questions ? Pour obtenir des réponses, posez vos questions dès maintenant.