Peut-on envisager que le Coran fusse synthétisé a posteriori tout comme les règles de la grammaire arabe ?

Jusqu'à très tard dans la vie de la civilisation arabo-musulmane, la langue arabe était parlée et correctement sans que son locuteur n'en sache les règles de grammaire. Les poètes de l'ére pré-islamique faisaient des poèmes dont la rythmique est très rigoureuse et très régulière, mais ne connaissaient... afficher plus Jusqu'à très tard dans la vie de la civilisation arabo-musulmane, la langue arabe était parlée et correctement sans que son locuteur n'en sache les règles de grammaire. Les poètes de l'ére pré-islamique faisaient des poèmes dont la rythmique est très rigoureuse et très régulière, mais ne connaissaient aucune des 15 schémas poétiques qui ont été établis par la suite.

En fait, c'est à la suite des conquêtes arabes que les conquérants, se heurtant au besoin de répandre leur culture, leur langue, leur règles de poésie, leur règles de la rhétorique, qu'ils se sont mis à ajouter des points pour distinguer les lettres de leurs alphabet, d'établir les règles de grammaire que, à leur surprise, se sont avérés très uniformes et ne souffrant que de très rares exceptions, qu'ils ont fixé 15 schémas de rythmique poétique, etc.

Se peut-il qu'il en fusse de même pour leur croyances ? Le scénario qui suit est-il plausible ?

Les arabes pratiquaient un monothéisme sans le savoir. Ou plus précisément, certains arabes, qui adoraient un dieu comme d'autres tribus vouaient un culte à d'autres divinités, sont devenus la tribu la plus puissante ; ils avaient conquis d'autres territoires, imposé leur divinité, etc. Le dieu païen Allah était devenu le dieu de tous les Arabes, tout au moins de la majorité d'entre eux.

Parallèlement, les arabes avaient leurs proverbes, leur prières, des proto-versets qu'ils avaient tiré des lieux où ils campaient (le mot Arab dérive de 'araba, qui veut dire charette _ les Arabes étaient nomades, leurs mèmes était très influencé par ceux des peuplades autochtone), ils prenaient des Juifs, des chrétiens, des Mazdéen, des Zarathustriens, des Egyptiens, des païens et mélangeaient leurs sagesses, leurs proverbes, les assaisonnaient à la sauce du dieu païen Allah ... Et le jour où ils ont conquis un vaste territoire très cosmopolite, ils se devaient de fixer, tout comme ils ont fixé les règles de leur langue, la structure de leur religion. Les historiettes sont rassemblées, les proverbes sont regroupés, un prophète fut imaginé, son histoire fut inventée et une gloire au dieu païen Allah fut érigée.

On comprend alors pourquoi le Coran n'a pas d'ordre mis à part celui de la longueur des sourates, pourquoi les schismes sont apparus très tôt dans l'histoire officielle de la religion. On comprend même pourquoi la langue du Coran est si bien éloquente et d'une qualité littéraire exceptionnelle : tout proverbe par définition est éloquent et bien dit. Les historiettes ont pris leur temps pour être peaufinées, sans parler de la propension de l'arabe à se soucier de la poésie de sa littérature alors qu'il n'en maîtrisait même pas les règles. Tout cela conjugué au temps fait qu'une fois rassemblés, les futurs versets en deviennent une littérature d'exception.


Cette hypothèse est-elle plausible ?
Mettre à jour: @Fady : après tout, c'est une religion d'un peuple qui a beaucoup voyagé et a vu beaucoup d'autres cultures. Il n'y là rien de méprisable.
Mise à jour 2: @ça : Je ne dis aucune énormité : Il a bien existé un dieu païen en Arabie qui s'appelait "Allah". Par ailleurs, tu devrais te renseigner plus ce qu'on appelle "hypothèse".
Mise à jour 3: @Manuel : Jusqu'ici je parlais avec beaucoup de respect dans ma question. Au vu de ta réponse, qui a commencé si bien et fini si mal, je te suggère d'aller te faire mettre.
Mise à jour 4: @Muhadhib : Pour la ponctuation, c'est possible. Il n'empêche que les règles de la grammaire (nhw), de la conjugaison (sarf) et de l'orthographe (rasm), de la poésie (aroudh) et de la rhétorique (al-balagha) ont été formalisées à la suite des conquêtes arabes. Et de ça j'en suis certain : je... afficher plus @Muhadhib : Pour la ponctuation, c'est possible. Il n'empêche que les règles de la grammaire (nhw), de la conjugaison (sarf) et de l'orthographe (rasm), de la poésie (aroudh) et de la rhétorique (al-balagha) ont été formalisées à la suite des conquêtes arabes. Et de ça j'en suis certain : je l'ai appris au lycée d'un pays musulman.

Pour Allah, je persiste et signe. Pour info, le père de Mahomet s'appelait Abdallah. Ca devrait dissiper tout doute.

Quant à la troisième réfutation. Je crois que tu n'as pas très bien compris et je crois que je me suis mal fait comprendre : quand un peuple finit par adorer qu'un seul totem, on peut appeler ça monothéisme.
Mise à jour 5: @Djebali : 1- Je n'ai jamais lu Huntington. 2- On peut parler de civilisation arabo-musulmane, au moins, jusqu'au Califat abbasside. Tout comme on parle de culture occidentale alors qu'il y a DES pays occidentaux. Ca frise la mauvaise foi. 3- Il y a une différence entre un Arabe qui parle sa langue... afficher plus @Djebali :
1- Je n'ai jamais lu Huntington.
2- On peut parler de civilisation arabo-musulmane, au moins, jusqu'au Califat abbasside. Tout comme on parle de culture occidentale alors qu'il y a DES pays occidentaux. Ca frise la mauvaise foi.
3- Il y a une différence entre un Arabe qui parle sa langue a peu près correctement sans qu'il ne connaisse les règles de la grammaire et un indigène qui doive l'apprendre avec eux sans savoir par quel bout commencer.
4- Il faut prouver qu'il y eut des règles empiriques. Pour ma part, je les vois mal dire oralement : un poème doit être établi sur un schéma فعول مفاعيل فعول مفاعيل en autorisant des zihafet à tel endroit et ilal à d'autres. Surtout que tout le monde les respecte sans le savoir.
5- Je ne vois pas où est le problème avec le conditionnel passé deuxième forme.
8 réponses 8