Martin Scriblerus a posé la question dans Politique et gouvernementImmigration · il y a 1 décennie

Pourquoi, lorsque l'Algérie devait être "Française", ne fallait-il pas que les algériens le soient eux aussi?

Je pose cette question dans cette rubrique, puisqu'aujourd'hui encore, leurs petits-enfants français ne le sont toujours pas aux yeux de tout le monde dans ce pays.

Mise à jour:

@acsalp

c'est à croire que vous ne m'avez pas lu jusqu'au bout...

Mise à jour 2:

@Zulich et à tous

en effet, ma question visait le rapport que l'on peut établir entre le refus de donner la nationalité française aux algériens lorsque l'algérie était colonie française,

et le refus de reconnaître aux enfants et petits enfants français d'immigrés leur pleine et entière nationalité française (on nous joue encore la scie de l' "intégration").

Mise à jour 3:

@Ibrahimi

merci pour ces précisions - ce sont exactement les arguments que j'attendais de voir exposés ici.

18 réponses

Évaluation
  • il y a 1 décennie
    Réponse favorite

    Beaucoup d'occasions manquées, beaucoup de quiproquos sur le sens des mots, quiproquos entretenus par certains colons, par des politiciens aussi.

    Ainsi le mot "intégration" mot avec lequel on continue à jouer encore aujourd'hui avait été inventé durant la guerre d'Algérie et chacun l'interprétait à sa façon. Alors que l'Algérie était déjà départements français, pour les extrémistes pieds noirs, le mot était traduit par intégration de l'Algérie à la Métropole, d'où le fameux "Algérie française", mais par intégration de l'Algérie à la Métropole ces pieds noirs comprenaient être associés au niveau de la Métropole à toute décision concernant l'Algérie et que rien ne se fasse sans eux. Pour la Métropole, les Autorités la représentant en Algérie, l'armée, le mot voulait dire intégrer les Algériens (on disait Musulmans en ce temps) en tant que Français et leur donner au même titre que les pieds noirs le droit d'être représentés dans un collège unique constitué d'élus pieds noirs et d'élus algériens légiférant et décidant ensemble pour le pays, les pieds noirs disposant tout de même d'une majorité de sièges. Ce que les Algériens étaient prêts d'accepter mais que les pieds noirs refusaient préférant une séparation avec chacun son propre collège de représentants, celui des Algériens devant être à prérogative limitée avec droit de primauté au profit du collège des pieds noirs. Mise à part une toute petite minorité de français d'Algérie mené par le maire d'Alger Jacques Chevallier, il n'était pas question pour les "petits blancs" d'être mis au même niveau que les Algériens.

    Le mot "assimilation" aussi avait été utilisé et avait été combattu par les pieds noirs, sauf pour eux-mêmes, une partie importante d'entre eux étant d'origine espagnole, italienne et portugaise.

    L'Algérien avait été trop discrédité, parfois calomnié, toujours avili aux yeux de ceux qu'on appelait les "petits blancs" qui le méprisaient pour que ceux-ci puissent accepter d'être considérés à égalité avec lui, d'où le ressentiment tenace des Algériens vis-à-vis des Français, ressentiment qu'ils appellent "Hogra". Plus que pour les morts et les torturés, c'est ce mépris où on les a longtemps tenus qui fait que l'Algérien n'arrive pas à tourner la page si l'Etat français ne fait pas un geste symbolique de réconciliation en reconnaissant les torts qui lui ont été infligés.

    Au sujet des harkis sur lesquels des mensonges sont dits aussi bien du côté français qu'algérien, les faits sont plus terre à terre que ce que l'on prétend. Soit leurs chefs étaient des mercenaires agissant pour de l'argent et embrigadant des volontaires poussés par la misère et la faim à accepter de se battre en contrepartie du gîte et du couvert, soit c'était des gens désirant se venger du FLN suite à des exactions de certains de ses combattants, soit des gens tenus par la menace ou le chantage par les Services secrets français. Des harkis par conviction du côté de la France est un très gros mensonge, mensonge misérable et ridicule d'autant plus que ces harkis étaient ouvertement méprisés par ces mêmes officiers français qui les utilisaient et qui ne leur accordaient aucune confiance, plusieurs d'entre eux étant souvent passés du côté du FLN avec armes et bagages. Le mépris ne peut emporter la conviction. L'histoire des harkis est une très grande tragédie pour eux, coincés qu'ils étaient entre deux feux, méprisés qu'ils étaient de part et d'autre.

    Yves Courrière était un journaliste qui avait suivi les "événements" d'Algérie dès novembre 1954. Il a écrit sur cette guerre en quatre tomes publiés en 1970,

    - "les Fils de la Toussaint",

    - "Le temps des léopards", (prix d'histoire de l'Académie française)

    - "L'heure des colonels",

    - "Les feux du désespoir" (La fin d'un empire).

    Yves Courrière a l'avantage d'écrire sans passion et sans parti pris, en ne présentant que les faits rien que les faits, sans commentaire de sa part. Il présente en toute honnêteté tous les personnages qu'ils soient du FLN, de l'armée, des Autorités civiles, des colons, des "petits blancs", des étudiants d'Alger, de l'OAS.

    Source(s) : - - Ajout: Les règles de la langue sont claires. Quand on met un mot entre guillemets, cela veut dire qu'on cite d'autres personnes et qu'on refuse de faire du terme un terme à soi et qu'ainsi on prend ses distances. Citer ce mot montre que le mépris était multidirectionnel, "petits blancs" méprisant les Algériens d'une part et métropolitains, gros colons et bourgeoisie française d'Algérie méprisant ces "petits blancs" qu'ils manipulaient d'autre part. Le mot "pied noir" lui aussi n'était pas innocent dans la bouche d'un Métropolitain. - - @Pion, Long débat en effet que j'ai toujours évité, que je n'aurais pas abordé ici si je ne connaissais pas assez l'esprit d'ouverture et l'intelligence de@Martin. Sujet trop sensible, charriant trop de passions aussi d'où les difficultés à l'aborder dans des rubriques où les intervenants ne se connaissent pas, ne se portent pas une confiance mutuelle. Pour les Algériens désirant rester attachés à la France, jusqu'en 1955/56, on peut les citer nommément sans se tromper, mais à partir de cette date, c'est plus difficile. Certains en effet se mirent en attente hors du "jeu", d'autres rejoignirent le FLN, quelques uns migrèrent vers la France, le Maroc et la Tunisie pour ne pas avoir à prendre parti. Les Algériens pro-France avaient perdu toute crédibilité aux yeux de la jeunesse algérienne, n'étant arrivés à aucun résultat politique permettant aux Algériens de vivre dans la dignité avec les mêmes droits que les Français d'Algérie. Ils avaient contre eux et les jeunes du FLN et les "notables" français d'Algérie qui ne rataient aucune occasion pour les décrédibiliser. Tout était encore possible un an après le 1er novembre 1954 si les Français d'Algérie avaient écouté ces Algériens attachés à un compromis avec la France. J'ai commencé mon intervention par Beaucoup d'occasions manquées. En 1954, j'avais huit ans et bien que j'étais géographiquement loin des événements, j'entendais ce qui se disait autour de moi. Puis, par curiosité intellectuelle, je me suis intéressé à l'histoire de cette guerre d'Algérie dès 1966. J'ai écouté des témoignages de part et d'autre, lu une multitude de livres, même des livres écrits pas des soldats de rang, soldats des contingents français. Histoire tragique ou l'embrouille est à chaque trame d'événement. Livre à fermer car le rabâcher ne mène à rien sinon aux haines, haines inutiles. - - @Zulich Où lisez-vous que j'affirme que l'Algérie est française ? Où voyez-vous que je cautionne le colonialisme ou quoi que ce soit d'autre ? Où lisez-vous que je nie le massacre du plus d'un million d'Algériens et la torture de milliers d'autres ? Je narre une évolution depuis le 1er novembre 1954, un point c'est tout. Et je ne suis pas à l'extérieur de mon pays que je n'ai jamais quitté. Comme mes aïeux, j'y suis né, j'y vis, j'y mourrai bientôt. Je n'ai aucun lien ni de près ni de loin avec aucun des pays d'Europe. Et je ne représente personne à part moi-même, ne parle au nom de personne sinon en mon nom, tout comme je ne reconnais le droit à personne de me représenter, de parler en mon nom ou de m'inclure dans un quelconque groupe ou communauté. Bien que je n'en ai pas parlé, car le cas serait hors sujet, des membres de ma propre famille établis dans la région de Sig ont perdu plusieurs des leurs lors de cette guerre, des jeunes qui avaient rejoint le maquis. Ils sont des cousins maternels de mon père. Vous devez être trop jeune pour savoir que la guerre d'Algérie concernait toute l'Afrique du Nord et que même Bizerte en Tunisie avait été bombardée par l'armée française. - - Ajout@Zulich, je pense, et c'est un avis personnel, que les choses auraient pu évoluer autrement, un peu à la manière de l'Afrique du Sud si les Français d'Algérie avaient été plus sages avant 1954. Vous savez certainement que Jacques Chevallier, l'ancien maire d'Alger n'a jamais quitté l'Algérie et y est mort de sa mort naturelle longtemps après l'indépendance. Les Algériens l'ont adopté parce qu'il avait été sage et était pour une entente entre Musulmans et pieds noirs. Nommé directeur du port autonome d'Alger par la nouvelle République algérienne, il fut en 1964 l'un des premiers pieds noirs à acquérir la nationalité algérienne après l'indépendance du pays. - - @Martin Pour répondre à votre question. - Dans un protectorat, le pays "protégé" est un Etat à souveraineté limitée et ses habitants ont la nationalité de ce pays. - Dans une colonie, il y a un occupant se considérant et considéré comme un étranger et des autochtones considérés être les seuls ressortissants de leur pays. - En faisant de l'Algérie des Départements français (4 et non 3, encore une entourloupe de Paris due au pétrole découvert au Sahara, le 4 ème Département dépendant d'un Ministère différent dans le but de soustraire le Sahara de l'ensemble algérien), en faisant donc de l'Algérie des Départements, et partant un territoire français tout en ne considérant pas les habitants autochtones comme des Français, on les laisse sans statut, des étrangers apatrides dans leur propre pays. L'Algérie est le seul pays occupé par la France qui a connu cette situation absurde où l'on fait du territoire un territoire français tout en niant à ses habitants les droits que procure la citoyenneté. Les Algériens qui avaient acquis la nationalité française étaient une infime minorité constituée de quelques citadins et des migrants en France. La quasi totalité des Algériens n'avaient aucune nationalité officiellement reconnue. Le statut de Département les a exclu de toute existence formelle. De tous les pays colonisés, l'Algérie a connu la pire des situations quant au statut des habitants, situation absurde. L'aveuglement des politiciens mène à des tourmentes terribles dont ce sont des hommes et des femmes lambdas qui paient le prix, un prix en milliers d'hectolitres de sangs et de larmes. Leurs descendants ? Quand on a osé ce qui avait été osé avec les ascendants, quoi attendre de celui qui avait osé (si une remise en question n'est pas entamée (ajout))?
    • Commenter avatarConnectez-vous pour commenter des réponses
  • Anonyme
    il y a 1 décennie

    Ce sont des erreurs du passé, des choses qui ne devraient jamais se reproduire mais les algériens de France n'ont rien retenu de l'histoire, ils n'ont pas compris la leçon puisqu'ils font pareils avec leurs t-shirts en forme de France aux couleurs de l'algérie, leurs "la France est a nous" etc

    • Commenter avatarConnectez-vous pour commenter des réponses
  • il y a 1 décennie

    Je pense souvent a ceux des nôtres que la France a envoyé a Balaklava en Crimée(9 escadrons de cavalerie des Ouleds Sidi Cheikh de geryville et de 4 compagnie de Zouaves a majorité Kabyles=se faire massacrer par les Russes.Je pense a ceux qui on fait Solferino pendant que Napoleon 3 s'extasier sur leur bravoure et je n'oublie pas ceux qui ont fait Mexico avec Maximilien d'autriche alors que leur General volait le tresor mexicain en abondonnant des escadrons de Spahis a la férule de Santa Anna le general Mexicain.Mais comme l'a si bien dit notre très cher colonel BENDAOUD "arbi arbi même si c'est le colonel Ben Daoud Qui s'est suicidé par amour propre car le fameux général Francais a omis sciement de lui serrer la main avant celle d'un capitaine.La france est bien chez elle et nous sommes bien chez nous.Un geste de pardon de votre part et nous sommes en mesure d'oublier vos misères .Surtout ne dites plus que votre système nous a civilisé alors que vos propres officiers attestent qu'a l'epoque de votre invasion,95% d"algérien été instruit et qu' votre départ ,il n'y avait même pas un garde champêtre qui savait ecrire son nom

    Source(s) : Vos pieds noirs qui se vantent qu'ils nous ont civillisés alors qu'ils ont faient de nous "des bougnoules
    • Commenter avatarConnectez-vous pour commenter des réponses
  • Anonyme
    il y a 1 décennie

    Ce fut la grande faute de la IVème République et de de Gaulle d'une certaine manière.

    Dans un régime d'assemblées les représentants de la Nation sont élus à la proportionnelles intégrale, sous la IVème République il y avait 40 millions de Français pour 10 millions d'autochtones vivant dans les trois départements d'Algérie (donc en France), ce qui signifie que les deux assemblées auraient eu 25% de représentants maghrébins.

    Or au début de la Vème le système d'élection changea, il fut instauré un scrutin majoritaire à deux tours à l'Assemblée Nationale qui a le dernier mot sur le Sénat.

    Là on aurait pu accorder la citoyenneté pleine aux autochtones, leur représentativité aurait été considérablement atténuée tout en ayant le sentiment d'appartenir pleinement à la communauté nationale.

    Ajoutons qu'en 1960 le FLN avait été vaincu militairement et meme politiquement.

    De Gaulle manqua de lucidité, il avait déjà à l'esprit de brader l'Algérie!

    On aurait pu imaginer que les autochtones seraient restés chez eux pour participer à l'essor de la France d'au delà de la Méditéranée et ce malgré les fortes réticences des pieds-noirs qu'il aurait fallu convaincre.

    Peut-etre qu'en 1960 le mal était fait...?

    Source(s) : @Tat Yoyo Non car après avoir vomi les Français d'Algérie, nos gouvernements n'auraient jamais du les autoriser à venir en France et c'est le monde à l'envers, on a laissé crever les courageux Harkis! @au crétin du haut, l'Algérie française était composée de 3 DEPARTEMENTS @Ibrahimi, certes mais vous oubliez que le FLN exécutait tout partisan musulman favorable a un compromis avec les autorités françaises, il y avait beaucoup d'autochtones favorables à l'Algérie française dont certains voulaient l'égalité des droits... Long débat à traiter sur la rubrique histoire.
    • Commenter avatarConnectez-vous pour commenter des réponses
  • Que pensez-vous des réponses ? Vous pouvez vous connecter afin de voter pour la réponse.
  • !Bong
    Lv 4
    il y a 1 décennie

    Vous parlez bien des 150 000 arrière petits enfants qui viennent vivre chez nous chaque année je suppose. Alors la réponse est simple : le manque de logement, de travail et de ressources qui leurs sont affectés est scandaleux : après tout l'Algérie est un département comme les autres.. bien que ce soit le plus pauvre et arriéré..

    • Commenter avatarConnectez-vous pour commenter des réponses
  • Anonyme
    il y a 1 décennie

    Ce sont bien les premières revendications des "nationalistes", y compris encore le 8 mai 1945 à Sétif, le premier tract et la première revendication des 6 leaders internes du FLN (Aït Ahmed Hocine, Abane Ramdan, Karim Belkacen ...) n'était pas l'indépendance de l'algérie, mais bien l'acquisition de la citoyenneté française.

    A ce sujet, je vous conseille la lecture des "Archives de la révolution algérien" de Mohamed Harby !

    Dans les mois qui ont suivi le 1er novembre 1954, leurs demandes se sont durcies vers l'obtention de l'indépendance, en réaction au durcissement des réactions françaises.

    • Commenter avatarConnectez-vous pour commenter des réponses
  • il y a 1 décennie

    il y a que les Algériens ont combattu la France coloniale pour se libérer du joug de la France et rester Algériens je ne parle pas de ces immigrés partis faire le travail des Français les métiers les plus durs parce que dans leur pays la France coloniale a spolié leurs terres et leurs richesses ils avaient plus la chance de trouver du travail en France pour sortir de leur misère la misère où les a mené la France coloniale et n'oublie jamais que beaucoup se sont retrouvés français malgré eux ils étaient enrôlés de force pour faire la sale guerre des français ils servaient de chaire à canon aux soldats français.

    Dont tous ces Algériens qui se sont retrouvés français malgré eux et on ne peut refaire l'histoire

    (beaucoup d'Algériens après avoir libéré la france du joug des nazis ont libéré leurs frères du joug des Français les Algériens toujours épris de justice et de liberté sont de vrais héros de toutes les guerres )

    la France coloniale a commis le plus grand génocide en Algérie et la grande majorité des Algériens ne souhaite jamais revoir la France en Algérie l'Algérie aux Algériens les harkis ont choisi la France et nos combattants pour une Algérie libre à chacun son choix et seule l'Algérie reconnaîtra ses vrais enfants quand à ceux qui ont fait le jeu de la terre brûlée et qui ose se proclamer "fils d'Algérie" ils se trompent l'Algérie les reniera à jamais sauf certains pieds noirs amis qui n'ont jamais fait de mal aux Algériens et beaucoup reviennent en amis et ils sont toujours les bienvenus et nous remercions tous ceux "étrangers" qui ont aidé les Algériens à retrouver leur liberté et ils sont de toute religion confondue merci

    • Commenter avatarConnectez-vous pour commenter des réponses
  • .
    Lv 7
    il y a 1 décennie

    No comment !

    Merci Martin

    @@@@plus bas: Ah bon !? L'Algérie est un "département" ?

    Pourquoi ? La France est toujours sous occupation Allemande ?

    Ajout :

    @IBRAHIMI: Serais-tu en train de cautionner le colonialisme et dire que les Algériens voulaient et étaient intéressés à ce que leur pays soit occupé/pris par la France ?

    Serais tu en train de nier l'Histoire et le génocide commis par les colons contre le Peuple Algérien et que ce dernier n'avait aucune dignité ?

    Je crois que, en tant que personne qui comme tu le soulignes si bien ne vivait pas en Algérie, n'était pas sur le terrain, et donc bénéficiait du privilège de ne pas avoir connu la guerre, l'oppression, et l'usurpation de ses biens, de son identité, de sa culture et de sa dignité d'être humain, les livres d'histoire et les témoignages que tu as "lus" n'ont fait que te conforter dans la position bien prise que tu sembles affirmes/avoir, c'est à dire: " L'Algérie est Française et devait en tous cas le rester !"

    C'est cracher sur ses origines et les nier; mais surtout déformer l'Histoire ! Je te conseille de la revoir...

    Le colonialisme est un concept barbare et criminel; je ne comprends pas ni personne d'autre d'ailleurs, qu'un ancien colonisé vienne vanter les mérites du colonialisme jusqu'à le regretter(!?).

    Parle pour toi et pour ceux qui ont voulu vendre leur Patrie.

    La France appelle ses propres vendus lors de l'occupation Allemande "les collabos", l'Algérie appelle les siens "les Harkis".

    Les Algériens, les vrais, n'ont rien à voir ni avec tes pseudo-historiens ni avec ta façon de voir ton propre pays comme : "Une Terre à vendre".

    Désolée mais je ne pouvais laisser passer tes dires car tu parles au nom de ceux qu'en aucun cas tu ne peux représenter et encore moins de l'extérieur de ton Pays....

    Merci.

    @Martin: Je crois que nous sommes sortis du sujet, ta question avait un autre thème il me semble(Non ?); toi tu parles des Algériens qui vivent en France et sont Français, c'est cela ?

    Mais un autre débat a été lancé.

    Peux tu nous en excuser ?

    Je ne pouvais pas laisser dire certaines énormités.

    @IBRAHIMI:

    Merci pour tes ajouts; ça permet de mieux comprendre ton commentaire.

    Et oui, comme tu le disais au début : "C'est une rubrique(le forum d'ailleurs entièrement aussi)où les intervenants ne se connaissent pas, ne se portent pas une confiance mutuelle"

    Merci

    @Martin: Merci pour les précisions et pour la question

    • Commenter avatarConnectez-vous pour commenter des réponses
  • Selena
    Lv 5
    il y a 1 décennie

    Leur petits enfants français le seraient sans doute aux yeux de tout le monde si certains parmi eux ne se disaient fiers d'être algériens et ne brûlaient plus les drapeaux français.

    P.S. je ne veux pas généraliser :je parle d'une minorité que j'espère n'est pas représentative.

    • Commenter avatarConnectez-vous pour commenter des réponses
  • samir
    Lv 6
    il y a 1 décennie

    Ca n'arrangeait pas les affaires de certains.

    • Commenter avatarConnectez-vous pour commenter des réponses
Vous avez d’autres questions ? Pour obtenir des réponses, posez vos questions dès maintenant.