Mais pourquoi les discours de nos gentils amis racistes et xénophobes sur un prétendu "racisme anti-blanc" qui?

excuserait le leur sont-ils une grossière propagande raciste de plus?

" Une sorte de symétrie avec le racisme anti-arabe/anti-noir pourrait être établie. On pourrait ainsi comparer le jeune issu de la colonisation qui se trompe d’ennemi en s’en prenant aux lycéens qui manifestent et le chômeur « blanc » raciste qui se trompe d’ennemi en s’en prenant aux immigrés. Les similitudes ? Une situation sociale difficile, pas de perspective d’avenir, et la recherche de responsables ou de boucs-émissaires. « Je suis dans la galère alors que les blancs, eux, s’en sortent » d’un côté, « je suis au chômage alors que des étrangers ont du boulot » de l’autre.

Mais la comparaison s’arrête là. Car deux différences majeures existent.

1) « Notre » chômeur veut retrouver un boulot et une vie. Et les discours racistes, que ce soient ceux de Le Pen, de la droite ou de la gauche de gouvernement (qui tous ont affirmé un jour qu’il y avait un « problème » avec l’immigration), l’ont amené à penser qu’il avait plus le droit de s’en sortir que les étrangers. Les jeunes issus de la colonisation partent d’un constat bien réel (ils sont discriminés) et estiment qu’ils ont autant le droit de s’en sortir que les « blancs ». Sur le fond, les racines sont donc très différentes : conséquence de l’idée de « préférence nationale » d’un côté, aspiration à l’égalité des droits de l’autre.

Les milieux populaires « blancs » et les milieux issus de la colonisation sont victimes des politiques anti-sociales. Mais il est indispensable de comprendre que les jeunes issus de la colonisation sont en plus victimes de politiques racistes. Dire cela, ce n’est pas dire que « le chômeur blanc a tort » et « le jeune de banlieue a raison ». C’est comprendre que même si les racines sont les mêmes (la misère et l’absence de perspectives de « s’en sortir »), il y a dans la révolte des jeunes issus de la colonisation une aspiration à l’égalité qui nous interdit toute fausse symétrie du type « racisme anti-blanc ».

2) Le racisme fait partie de l’identité de la république française. La prétendue communauté d’intérêts entre les « blancs » n’est pas une invention des victimes des politiques anti-sociales. Elle a toujours été mise en avant par ceux qui les mettaient en place. Elle est un outil aux mains de nos dirigeants pour diviser artificiellement les opprimés en désignant des boucs-émissaires. En revanche l’idée d’une communauté d’intérêts chez les populations issues de la colonisation est une conséquence de l’oppression dont elles sont victimes : ghettoïsation, discriminations, humiliations quotidiennes...

Mettre sur un pied d’égalité « deux racismes » serait amalgamer une cause et une conséquence. Car la solidarité liée à la couleur de peau est, dans le cas des « jeunes de banlieue », un pur produit du racisme institutionnel qui existe en France et de la stigmatisation collective dont sont victimes les populations issues de la colonisation. On imagine les dangers et les conséquences possibles d’un tel amalgame : « ensemble battons-nous contre tous les racismes ! » C’est la même chose que ceux qui disent « battons-nous contre toutes les violences en Palestine ! », en amalgamant les comportements de l’Etat oppresseur et de la population opprimée."

Analyse percutante trouvée ici:

http://lmsi.net/spip.php?article358

Mise à jour:

@Andréa

C'est gentil à vous d'être venue récolter des pouces en bas et des inimitiés avec moi sur cette question.

Le "mais", c'était seulement pour accentuer le questionnement.

Mise à jour 2:

@Tinou 70

Question emmerdes, difficultés, etc; j'ai le privilège d'être actuellement équipé bien au- delà de celles que tu me proposes ici - qui ne sont déjà pas rien, j'en conviens volontiers (il n'y a guère que l'ado à la maison que je n'ai pas encore essayé, mais d'ici 4 ou 5 ans, ça devrait pouvoir se faire). Si je cause ici souvent du racisme, c'est non seulement parce qu'il pourrit la vie de nombre de mes semblables qui aimeraient bien ne jamais avoir à en parler non plus, mais aussi bien parce qu'il fait partie, selon moi au moins, et quelques autres, des moyens qu'emploie l'organisation sociale qui nous vaut tant d'emmerdes pour durer.

Mise à jour 3:

@Kitsuné

Je trouve abusive l'accusation de naïveté que vous portez contre moi-même et l'auteur du texte.

Permettez que j'en répète ici un passage, en réponse à votre argument:

"Les milieux populaires « blancs » et les milieux issus de la colonisation sont victimes des politiques anti-sociales. Mais il est indispensable de comprendre que les jeunes issus de la colonisation sont en plus victimes de politiques racistes. Dire cela, ce n’est pas dire que « le chômeur blanc a tort » et « le jeune de banlieue a raison ». C’est comprendre que même si les racines sont les mêmes (la misère et l’absence de perspectives de « s’en sortir »), il y a dans la révolte des jeunes issus de la colonisation une aspiration à l’égalité qui nous interdit toute fausse symétrie du type « racisme anti-blanc »."

Autrement dit, il ne s'agit pas de nier les communautarismes et stigmatisations en retour.

Mise à jour 4:

Il s'agit de refuser de les mettre sur le même plan que le racisme - la prétendue communauté d'intérêts entre "blancs" - qui fait partie de l'identité de la république française.

Ce qui est tout de même un tout petit peu moins grossier, et permet de critiquer l'un comme l'autre séparément, parce qu'ils ne relèvent pas des mêmes phénomènes.

Mise à jour 5:

@Tare Schlague

C'est un texte qui manque de haine, en effet.

Je conçois votre déception.

Vous devriez aller chercher votre pitance et vos petits loups ailleurs que chez moi.

11 réponses

Évaluation
  • Anonyme
    il y a 10 ans
    Meilleure réponse

    http://www.youtube.com/watch?v=gAPI2HHqe5s

    Youtube thumbnail

    &feature=related... sur votre question.

    Source(s) : C martin qui a dit que je peux.
    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • Argo
    Lv 7
    il y a 10 ans
    Source(s) : C Chlodion qui a dit que je peux.
    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • Anonyme
    il y a 10 ans

    C'est possible mais je vais vous le dire de but-en-blanc(lol ouais):

    Prof en banlieue craignos, j'ai bien subi du racisme anti-blanc de la part d'élèves et d'adultes noirs et beurs. Avec en premier la sempiternelle excuse du "vous nous embêtez parce qu'on est noirs/arabes". Bien sûr ça n'avait rien à voir avec le fait que je ne réprimandais jamais les marocains/kabyles de la classe au comportement exemplaire (dit jusqu'en conseil de classe, qu'ils avaient bien du mérite vu le contexte de la classe).

    Alors je veux bien croire que les racistes de cette rubrique, de grands paranos haineux, se réfugient derrière cette excuse facile, mais le racisme anti-blanc existe bien. Je peux même vous dire l'avoir occasionnellement subi à l'époque où j'étais élève en ZEP. C'est avec cette perspective que je vous répond. Il est aussi délétère d'être naïf que d'être paranoïaque, vous en conviendrez?

    @ Oh mais ce n'était pas mon intention. J'ai abordé le milieu social en question en sachant qu'il y aurait des préjugés. Mais je sais simplement faire la différence entre la réaction au racisme et le racisme en lui même. Il existe bien des (jeunes ou moins) gens qui manipulent la culpabilité de gens comme vous et moi, soucieux d'égaliser les chances de réussir et de détruire les préjugés, et ils le font en espérant en tirer un ascendant. C'est le nier qui est naïf. Je me garde bien d'en faire une généralité, mais j'ai déjà été insulté parce que je suis blanc, et ce de façon gratuite, ou à quelques rares occasions afin de tenter de prendre l'ascendant sur la "figure d'autorité".

    Catégoriser une personne par sa fonction et sa couleur de peau... Comment qualifier celà? Une négation de l'individualité? C'est là le point de convergence avec le racisme. Ces personnes ne se sont jamais interrogées sur ma bienveillance envers elles, elles ont juste décidé que du fait que j'étais blanc j'étais un sale raciste. Cette généralisation-là n'est-elle pas précisément du racisme?

    Je précise que la majorité de mes accusateurs n'avait aucunement l'expérience ni la réflexion nécessaire à une différentiation des chances. Ils avaient toujours été protégés par l'école de la république, n'avaient jamais été jetés d'un emploi pour raison de couleur de peau ou autre avatar de la stupidité humaine. Non, ils avaient entendu qu'on pouvait jouer là-dessus pour défier une figure d'autorité blanche et reproduisaient un schéma sans avoir jamais subi de provocation autre que l'exacte même autorité que subit tout mineur Français. Quant au mépris du Français, je n'ai pas analysé en profondeur sa provenance "coloniale". Ils étaient nés en France et leurs grands frères aussi, parfois même leurs jeunes parents. ce que j'ai pu voir, c'était le sarcasme et le sourires mesquins d'avoir cru trouver là un refuge pour échapper à l'autorité, et ce même sourire envers des professeurs noirs, arabes, kabyles etc...

    EDIT: si l'article en lien fourmille de diagnostics justes, il demeure très évasif sur les moyens précis à mettre en place pour encourager une décommunautarisation. Qui plus est, être outré par l'emploi de mots comme "tribus" ou "clans" (alors que ce vocable est récurrent chez des jeunes issus de l'immigration) mais prôner une destruction de la fermeture communautaire, c'est un peu se focaliser sur la manière de le dire tout en disant la même chose... Un peu d'hypocrisie marquée LCR à mon sens... Ce serait intéressant d'en discuter avec la personne, car elle saute parfois un peu vite aux conclusions et utilise presque autant d'indignation et d'artifices rhétoriques de défense par anticipation que de raisonnements purs. Chez un étudiant en philo il est peu probable que ce soit un hasard.

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • TOTO
    Lv 7
    il y a 10 ans

    Très bonne analyse.

    Le racisme est politique, ce n'est pas une histoire de comportement individuel, le racisme individuel n'existe pas, il faut qu'il y ait un socle idéologique, une organisation et une volonté de pouvoir derrière celui-ci pour que le racisme existe.

    Autrement il ne tiendrait pas longtemps face à la nécessité de chacun de vivre en paix dans une société.

    Les peuples isolés des autres peuvent faire preuve de méfiance envers les étrangers, comme celà peut se produire dans n'importe quel village où les habitants se connaissent tous, ou encore dans une tribu qui a peu de contacts avec le monde extérieur, mais celà n'en fait pas du racisme, et il suffit de quelques échanges pour construire des relations amicales comme l’humain le porte à le faire en chacun de nous.

    Non, le racisme, c'est la volonté d'écarter ceux que l'on désigne comme inférieurs pour en faire des boucs émissaires. Et cette volonté là est entretenue par les racistes dans l'optique d'accéder au pouvoir. Ce n’est que politique.

    Et l'on sait quels sont les partis poitiques qui poussent au racisme, aucun d'entre-eux, que je sache ne prône la préférence aux noirs et au arabes tout en remettant en question l'identité nationale des prétendus "Français de souche".

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • Que pensez-vous des réponses ? Vous pouvez vous connecter afin de voter pour la réponse.
  • il y a 3 ans

    Mon ennemi "l. a. grisaille et l. a. pluie" motor vehicle tout le monde fait une tête d'enterrement, mon meilleur ami "le soleil"motor vehicle là tout le monde a le sourire et ils nous ouvrent un peu leur cœur...Salutations..

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • il y a 10 ans

    T'as oublié "homophobe" et "islamophobe" pour que la panoplie du type normal et sympa soit complète, mon petit loup !

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • il y a 10 ans

    une solution pour que les français ne soit plus emmerder par les arabes et autres sectes décadente comme les mu su lement stous les virer dans leur sahara degueu

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • batbym
    Lv 5
    il y a 10 ans
    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • il y a 10 ans

    Brillante analyse qu'à la lecture je vous avais attribuée.

    En conséquence, merci pour le lien.

    J'ai une question : pourquoi "mais" avant pourquoi dans l'intitulé de votre question ?

    @ mais Martin je vous taquinais... mais pourquoi me prendre au sérieux ?

    mais z'avez vu les pouces en haut que je me ramasse ?

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • Anonyme
    il y a 10 ans

    A force d'évoquer le racisme, l'anti racisme, le racisme anti-blanc, noir, métis, jaune, c'est marrant j'ai bien l'impression que c'est seulement ceux qui en parlent qui sont le plus génés...

    Après tout c'est vous qui faites des différences en évoquant un soi-disant problème..

    Vous n'avez pas assez d'e**erdes ??? Pas de factures à régler ? Pas de banquier poursuiveur ? Pas de patron à la noix qui veulent expurger ? Pas d'ado à la maison ?

    Si rien de tout ça, vous avez du pot !!!!

    @Les ados restent à faire ?? Courage !!!

    Je ne voulais pas vous contrarier mais juste vous signaler que désigner continuellement n'était pas obligatoire, un con de n'importe quelle couleur restera un con !! C'est valable pour les ordures, les délinquants, les exploiteurs, les affreux, etc.... Même pour les gens biens, les rassurants, les réconfortants, les référents.. J'ai fait le tour, là ? La couleur, l'origine de la 4ème génération ne change rien, un con reste un con, une belle personne reste intacte ./

    ...

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
Vous avez d’autres questions ? Pour obtenir des réponses, posez vos questions dès maintenant.