Graine de Lune a posé la question dans Societé et cultureReligions et spiritualité · il y a 1 décennie

Pensez vous qu'il soit facile "d'être" et comment peut on y arriver?

Puisque nous sommes en Rubrique RS, voilà une petite histoire à méditer

pour le week end :

Une femme était dans le coma et se mourrait.

Elle eût soudain l'impression qu'on l'amenait au ciel

et qu'elle se trouvait au lieu du jugement.

" Qui êtes-vous?" demanda une voix.

"Je suis la femme du maire" répondit-elle.

" Je ne vous ai pas demandé de qui vous êtes la femme,

mais bien qui vous êtes."

"Je suis la mère de quatre enfants."

" Je ne vous ai pas demandé de qui vous êtes la mère,

mais bien qui vous êtes."

"Je suis maîtresse d'école."

" Je ne vous ai pas demandé qu'elle est votre profession,

mais bien qui vous êtes."

Et cela continua ainsi, quelque fût sa réplique,

elle ne sembla pas fournir de réponse satisfaisante à la question .

" Qui êtes-vous?" "Je suis chrétienne."

" Je ne vous ai pas demandé votre religion,

j'ai demandé qui vous êtes."

"Je suis celle qui est allée tous les jours à l'église

et qui a toujours aidé les pauvres et les miséreux."

" J' ai demandé non ce que vous avez fait,

mais qui vous êtes."

Elle a manifestement échoué à l'examen, puisqu'on l'a renvoyée sur terre.

Quand elle se remit de sa maladie, elle décida de découvrir qui elle était.

Et cela fit toute la différence.

Voilà le sujet de la méditation :

Votre tâche consiste à être. Pas à être quelqu'un, pas à n'être personne,

parce que cela implique avidité et ambition ; pas à être ceci ou cela et ainsi devenir conditionné(e),

mais juste à "être".

Pensez vous qu'il soit facile "d'être" et comment peut on y arriver ?

Merci par avance de votre participation.

Mise à jour:

Désolée pour les pouces en bas.... qui ne sont pas de moi bien entendu, mais que je regrette....

22 réponses

Évaluation
  • toulek
    Lv 7
    il y a 1 décennie
    Réponse favorite

    La conscience de soi me permet de penser d'abord ce que je suis et ce que je dois faire.... je suis, j'existe. Mon être c'est ce que je suis, ce n'est pas une essence qui précéderait l'existence mais une existence, une liberté, une possibilité de se choisir en choisissant. Encore faut-il être conséquent avec son choix, faire son devoir.

    Je pense, donc je suis ! La formule est restée célèbre, mais son sens est aussi obscur qu’elle est connue. Elle nous dit : la pensée est la grande chose en l’homme qui peut l’assurer de son existence. Ce qui atteste vraiment que je suis quelque chose, et non pas un songe, c’est le fait que je pense. Que signifie cette mystérieuse idée, mais la pensée ne peut rien faire avec je suis. Si elle tente de le comprendre, elle est arrêtée au seuil d’un mystère. Ce n’est rien pour elle. Et comme elle a besoin de se donner un quelque chose, elle cherche une qualification.

    Dans le sentiment d’être demeure un parfum d’identité qui est indistinctement l’êtreté. L’âme a toujours été reliée à cette êtreté et c’est ce lien qui s’appelle la Vie. Si je dis « je suis l’Être », le langage distingue entre « je » et « Être » ce qui est précisément le contraire de ce qu’il faudrait comprendre. Il n’y a jamais eu que l’Être et l’Être s’expérimentant infiniment lui-même en soi.

    La Pensée de l’Être chez Heidegger est une tentative remarquable, mais qui laisse dans l’implicite la dimension spirituelle, elle reste psychologiquement trop limitée et se perd dans des obscurités impénétrables. Hannah Arendt raille Heidegger en disant qu’il s’est enfermé comme un renard dans son terrier, mais qu’il y est tout seul.

    Lorsque nous nous exprimons avec des mots, des pensées ou des sentiments, nous sommes sous l'impression que c'est notre esprit et l'intellect qui génèrent nos pensées. Il est vrai que nous avons «pensées» et l'utilisation de notre "intelligence" projeter autour de nous "formes-pensées» et des expressions psychiques de toutes sortes ...

    Il n'y a donc point de doute que je suis, s'il me trompe ; et qu'il me trompe tant qu'il voudra, il ne saura jamais faire que je ne sois rien tant que je penserai être quelque chose. De sorte qu'après y avoir bien pensé et avoir soigneusement examiné toutes choses, enfin il faut conclure, et tenir pour constant que cette proposition : Je suis, j'existe, est nécessairement vraie, toutes les fois que je la prononce ou que je la conçois en mon esprit.

    DESCARTES Méditations métaphysiques,

    Le fondement du devoir c'est la liberté: une personne est une fin en soi parce qu'elle a la capacité de poser ses projets ( elle en est l'origine) comme existence ayant conscience qu'elle existe.

    Mais comment nier que cette capacité qu'à la conscience de soi de se fixer une loi conforme à sa dignité (noblesse oblige) et d'obéir à cette loi n'est rien d'autre que le fondement de la liberté

    • Commenter avatarConnectez-vous pour commenter des réponses
  • il y a 1 décennie

    La Grande Loi de l'Être veut que nous récoltions ce que nous avons

    semé et que les circonstances de notre vie dépendent des pensées que

    nous entretenons et de ce que nous croyons. C'est une loi cosmique.

    Elle s'avère juste sur tous les plans et dans tous les temps. Comme

    la toute loi, elle est immuable, inflexible, impersonnelle. Lui obéir,

    c'est prendre la voie de l'harmonie.

    Les mouvements métaphysique ont précisément pour objet l'enseignement

    de cette Loi, et nous progressons dans la mesure où nous la comprenons

    et nous y conformons.

    Tous ceux qui s'initient à la métaphysique savent dans leur coeur

    combien tout cela est vrai. Malheureusement, ils n'agissent pas

    toujours conformément à leurs connaissances.

    Que cela nous plaise ou non, nous devons vivre sous la Loi Réelle et

    toutes les prétentions enfantines et les excuses fallacieuses n'y

    changeront rien.

    Ce qu'un homme aura semé (en pensée), il le moissonnera aussi

    (en fait précis.)

    (E. Fox)

    • Commenter avatarConnectez-vous pour commenter des réponses
  • il y a 1 décennie

    On pense souvent être suivant l'idée qu'on se fait de soi ou selon ce que l'on voudrait artificiellement qu'on perçoive de soi. Bien sûr tout cela est illusoire et relatif. Est-ce aussi important que de savoir comment mon chien me perçoit ?

    En fait on est qu'illusion. Il faut ouvrir son être à la Conscience Universelle pour ne pas se limiter à l'étroitesse de notre personne, de notre perception et de notre compréhension.

    • Commenter avatarConnectez-vous pour commenter des réponses
  • il y a 1 décennie

    Li être ou ne pas li etre, ci li question.

    • Commenter avatarConnectez-vous pour commenter des réponses
  • Que pensez-vous des réponses ? Vous pouvez vous connecter afin de voter pour la réponse.
  • il y a 1 décennie

    Cela me rappelle une histoire dans les très anciens upanishads

    "lorsque les gens meurent ils vont dans la lune , et la lune leur demande

    "qui êtes vous"

    alors il faut répondre

    "je suis toi"

    Sans la bonne réponse , la lune les renvoie sur terre .

    • Commenter avatarConnectez-vous pour commenter des réponses
  • il y a 1 décennie

    "Être ou ne pas être : là est la question" comme le disait magnifiquement William Shakespeare dans sa célébrissime pièce de théâtre Hamlet. Cette belle phrase, m'émerveillant à chaque fois que je la lis, est la maturation d'un homme qui est à la fois un génie et un humaniste.

    Hamlet est un personnage indécis, tanguant entre la sagesse et la folie, comme cette femme entre la conscience et le coma. Il nous emporte avec lui dans un univers où rien n'est établi, tout est volatile et changeant au gré des humeurs médiévales. Hamlet est une leçon de vie et d'amour, un amour certes mêlé de folie ; mais quand on aime passionnément, cet amour ne devient-il pas folie ? Question shakespearienne fondamentale !

    • Commenter avatarConnectez-vous pour commenter des réponses
  • il y a 1 décennie

    "Être" implique une connaissance de soi même que je suis loin d'avoir. Ou alors, je ne me connais pas parce que ce que je vois de moi ne me satisfait pas ? J'aimerais être meilleure...mais je en le suis pas. J'aimerais avoir telle ou telle qualité...mais je suis loin de les atteindre...

    Alors, je pense que je serais bien en difficulté pour répondre si l'on me pose la question à la porte du Paradis. Que dirais-je à part : " Je suis juste le petit mouton de mon avatar, qui a essayé, tant bien que mal, de suivre les traces de Jésus...je suis juste un petit animal sans importance mais qui n'a demandé qu'à aimer...."

    Source(s) : Bisous , mon petit clair de lune....
    • Commenter avatarConnectez-vous pour commenter des réponses
  • Anael
    Lv 7
    il y a 1 décennie

    Facile d'être et pas facile d'Être, ma Graine...

    Retrouver toutes les dimensions d'Être c'est parfois un travail de toute la vie, ...retrouver toutes les harmoniques qui font la levée, la verticale vers le Ciel.

    Bisou ma belle, bonne fin de semaine

    • Commenter avatarConnectez-vous pour commenter des réponses
  • Pascal
    Lv 4
    il y a 1 décennie

    Si on accepte d'être ce qu'on est, on approche de la connaissance de soi-même. Si on arrive enfin à s'aimer soit même tel que l'on est, on atteint le résultat et devient à même d'aimer les autres.

    Source(s) : Un idéal que je suis bien loin d'avoir encore atteint.
    • Commenter avatarConnectez-vous pour commenter des réponses
  • il y a 1 décennie

    Bonsoir Graine de lune,

    Qui suis je ? Qu'est ce que je fais ? Qu'est ce que je vais devenir ?

    Ainsi, nous posons des questions sans cesse dans notre existence en cherchant à comprendre notre état actuel dans nos actes, dans nos comportements !

    Etre dans notre état et quelque soit notre condition de vie implique en nous un certain état d'esprit et nous voulons toujours progresser et obtenir ce que nous désirons en se donnant beaucoup d'effort et parfois sans y parvenir à atteindre le but fixé en nous !

    Qui nous sommes ? Je cherche dans mon existence à m'identifier dans le Seigneur !

    Merci à toi cette belle question et l'histoire qui nous résume !

    Bénie sois tu ainsi que vous tous, bises, bonne soirée et bonne fin de semaine

    • Commenter avatarConnectez-vous pour commenter des réponses
  • il y a 1 décennie

    "Être", pour moi, signifie "devenir".

    Plus précisemment je crois qu´on "accouche de soi-même", de sa naissance à sa mort.

    Les femmes qui sont ou ont été enceintes comprendront plus facilement ce que je veux dire.

    Nous sommes en état de gestation, à notre plus haut niveau, c´est à dire, spirituel.

    Chaque fois que les sujets deviennent par trop matériels, notre esprit "compose".

    J´aime la vision de Victor Hugo quand il nous dit que notre esprit - intangible - est prisonnier de notre corps. Notre esprit se "fraye un chemin" au milieu du tangible.

    • Commenter avatarConnectez-vous pour commenter des réponses
Vous avez d’autres questions ? Pour obtenir des réponses, posez vos questions dès maintenant.