Georges M a posé la question dans Beauté et modeBeauté et mode - Divers · il y a 1 décennie

La grossesse instrumentalisée pour générer du profit?

Actuellement, je me trouve dans l’obligation d’écrire sous un nom d’emprunt, sous peine de représailles. J’ose espérer que l’indignation qui me pousse à révéler des informations encore méconnues du grand public nourrira bientôt une action collective, et permettra de soulever d’autres voix que la mienne contre la gravité du dessein qui se joue.

L’histoire commence en novembre 2008, et depuis, l’hystérie se répand à la vitesse d’un poison au sein du star-système américain. A l’origine, une poignée d’égéries. Ces femmes de rêve qui enchantent le quotidien de nos presses people, et qui s’imposent au lecteur comme des modèles de gloire.

Or, ce sont ces mêmes ’modèles’ qui exercent aujourd’hui leur pouvoir de fascination pour défendre un discours extrémiste. Aujourd’hui, certaines stars s’élèvent contre l’échographie de grossesse, invoquant l’atteinte à la pudeur infantile, et préfèrent jeter l’opprobre sur une procédure médicale indispensable, au profit de cette périlleuse extravagance.

Mais le pire reste à venir. Suite à leurs déclarations, certains magnats de l’industrie du luxe n’ont pas hésité à s’emparer de ce dernier délire pour développer un nouveau marché dont les stars seront à la fois victimes et figures de proue. Des grands noms de la mode sont en effet entrés en collusion avec un grand laboratoire de recherche, et depuis plusieurs semaines, une révolution technique est en germe dans la communauté scientifique. L’invention d’une nouvelle combinaison moléculaire est imminente.

Des injections intra-utérines d’un produit - développé sur le modèle moléculaire de la soie sauvage - permettront aux stars de compléter la panoplie du luxe jusqu’à l’intérieur même de leur anatomie...

Oui, bientôt quelques fœtus privilégiés seront les proies de ce dernier syndrome progressiste : des tissus quasi-organiques - griffés Di**, Vuit***, ou encore Jean-Paul G****** - voileront absurdement les corps échographiés.

Mais la mode aussi avance masquée, et c’est en professant leur soutien à la ‘cause infantile’ que les grandes marques parviendront à alimenter l’hystérie des clientes potentielles.

Un roman d’anticipation même n’aurait pu estimer l’impact de la fashion-mania à l’aube du XXIe siècle. De même, qui aurait pu prévoir qu’un jour, dans une société pourtant informée et consciente des dérives qui la guettent, certains mondes cloisonnés agiraient en coulisse pour la ruine morale de l’humanité ?

Jusqu’où iront les « grands » pour nourrir les fantasmes de nos égéries du capitalisme ? Des égéries dévorées par l’ambition de transcender les foules, par le désir d’incarner une nouvelle perfection culturelle, de ressembler à un avenir imaginaire, de régner sur l’olympe de l’avant-gardisme débridé.

En 2010, le monde va bien mal.

Georges Miconet

3 réponses

Évaluation
  • Anonyme
    il y a 1 décennie
    Réponse favorite

    Je n'en sais rien, mais ce que je sais, c'est que la défense de la "cause infantile" peut donner lieu à beaucoup de dérives et à de hauts niveaux d'hystérie. Comme la "cause animale", et on retrouve souvent les mêmes personnes.

    Dans certains cas, la défense de leur "cause" va jusqu'au meurtre, meurtre de Pim Fortuyn aux Pays-Bas pour la défense de la "cause animale", meurtres de la part des commandos anti-avortement etc.

  • il y a 1 décennie

    Mon médecin m'a parlé de cette pratique honteuse il y a déjà 6 mois. A ma grande surprise l'information n'a pas été relayé par les médias. Votre démarche, bien que courageuse, aura donc du mal à trouver un écho dans ce monde dominé par de grands magnas avides de profits.

  • Maya
    Lv 7
    il y a 1 décennie

    ça ressemble à du grand n'importe quoi (je doute de la faisabilité technique des procédures quetu décris) mais si c'est vrai, avec les stars et l'importance qu'elles attachent à leur image (y compris celles de leur progéniture en gestation), je m'attends à toutes les dérives et à toutes les âneries possibles.

    si ces femmes refusent l'échographie au nom de la pudeur d'un être vivant qui n'est pas en mesure de comprendre ce que c'est, je conseille de les renvoyer au siècle dernier où cette invention n'existait pas et ne permettrait pas, en autres, de détecter des malformations.

    à croire que figurer dans les magazines oblige à laisser tout son bon sens au vestiaire...

    pauvre monde !

Vous avez d’autres questions ? Pour obtenir des réponses, posez vos questions dès maintenant.