Sur la liberté d'expression et de pensée, comment sommes-nous passés du pays de Voltaire à un pays totalitaire?

110 panglossien !

On attribue, peut-être à tort, cette célèbre formule à François Marie Arouet : "Je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites mais je me battrai jusqu'à la mort pour que vous ayez le droit de le dire"...

Force est de constater que cette formule n'a plus aucun sens aujourd'hui, dans le pays des droits de l'homme malgré l'article 19 de sa Déclaration ; je cite : "Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit".

On pourrait même dire que la philosophie actuelle se résumerait plutôt à l'abomination suivante : "Je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites DONC je me battrai jusqu'à la mort pour que vous n'ayez plus le droit de le dire".

Une illustration, parce qu'il en faut toujours une... L'acharnement contre M. Zemmour : le MRAP, la LICRA et le Club Averroès se sont empressés de saisir le CSA et / ou de porter plainte et les commentateurs officiels n'ont pas attendu longtemps avant de montrer leur indignation face au propos tenus par ce coquefredouile de Zemmour ! Que n'avait-il pas dit, le faquin : oser parler d'assimilation et quelques minutes après énoncer une vérité qui dérange* - "les trafiquants de drogue sont en majorité des Noirs et des Arabes" !

Vite, censurons le paltoquet ! Bannissons cette charogne ! Que dis-je pendons l'hérétique ! On en est à louer le seigneur que Mitterrand ait au moins fait une chose de bien, l'abolition de la peine de mort... Un peu plus et ce brave Zemmour, que dis-je ce foutriquet, y avait droit. Et en place publique s'il-vous-plaît, à l'ancienne, à la guillotine comme il doit la regretter ce salaud de réac' ; sous les applaudissement des gardiens auto-proclamés de la tolérance bien sûr, garants du vivre-ensemble et serviteur de la République - du moins l'idée qu'ils s'en font ; sycophantes sur les bords aussi mais taisons-le, au risque d'y avoir droit, nous aussi.

Bref, comment en sommes-nous arrivés au point de ne plus pouvoir donner son opinion sur certains sujets sensibles ?

* Sources :

- http://www.senat.fr/rap/r01-340-1/r01-340-117.html

- http://www.lemonde.fr/societe/article/2008/04/29/e...

- http://www.dailymotion.com/video/xaxtlc_85-d-arabe...

20 réponses

Évaluation
  • Geri
    Lv 6
    il y a 10 ans
    Meilleure réponse

    Vot' monarchie totalitaire, chers amis, vous pouvez la ravaler. Point de mépris de ma part à l'égard du roi justicier. En revanche j'ai une aversion pour les valets qui ont marqué de leur turpitude la Vè république. Laissons-nous aller à la frivolité un instant:

    - en 1303, Philippe le Bel envoie Guillaume de Nogaret gifler le pape à Rome

    - au 17ème siècle, Louis XIV rit de bon coeur aux pièces de Molière s'attaquant avec grâce et impertinence à l'Eglise

    - en 1789, les biens de l'Eglise sont confisqués afin d'épancher les caisses vides de l'Etat

    - en 1830, parait "L'antéchrist" de Nietzsche où l'on peut lire les pages les plus virulentes jamais écrites sur l'Eglise. Il est toujours publié à ce jour

    - en 1905, séparation de l'Eglise et de l'Etat, sans pour autant restituer les biens appartenant à cette dernière

    - aujourd'hui, en 2010, il ne faut surtout pas stigmatiser l'islam au nom de la raie-pue-blique

    Pour moi nous sommes dans la quatrième et dernière ère:

    1/ La tribu: pourvoir exercé selon la force, par le mâle dominant, comme chez les groupes d'animaux.

    2/ Les empires et les royaumes: pouvoir héréditaire, naissance de la notion de l'état.

    3/ Les états-nations: ère ouverte par la monarchie parlementaire en GB en 1689, et en France en 1789 par la Révolution française. Epoque de Voltaire donc. Dans un état-nation, le pouvoir n'est plus héréditaire mais exercé par des dirigeants censés représenter le peuple, et désignés par des élections (état-nation démocratique), ou par un système de cooptation au sein d'un parti unique (état-nation totalitaire).

    4/ Les conglomérats économiques: époque de déconstruction nationale. D'ailleurs les propos du mercenaire Besson viennent corroborer cette hypothèse: "La France n'est ni un peuple, ni une langue, ni un territoire, ni une religion, c'est un conglomérat de peuples qui veulent vivre ensemble". Cette ère initiée au milieu des années 50, fut mise en place dans les années 70 et 80 et devint pleinement opérationnelle à partir des années 90. On appelle ça aussi l'union européenne.

    Le pouvoir n'y est plus de type représentatif ou électif, et il n'est plus localisé géographiquement (contrairement aux tribus, aux royaumes, et aux états-nations). Il est exercé directement par ceux qui contrôlent le système financier et la production des marchandises. Les instruments de ce pouvoir sont le contrôle de la technologie, de l'énergie, de la monnaie, et de l'information.

    Comme tout nouveau pouvoir, il s'érige en remplacement du pouvoir précédent, voué à disparaître.

    Enfin, ce nouveau pouvoir est global, planétaire. Il n'a donc ni alternative, ni échappatoire. Il constitue un nouveau niveau d'organisation de la civilisation, une sorte de super-organisme.

    Le pouvoir n'appartenant plus aux nations, ou disons n'étant plus contenu dans les mains des représentants traditionnels, il faut bien compenser et c'est là qu'intervient le totalitarisme idéologique pourfendeur des valeurs nationales. Et moi de rire de ces pauvres diables qui combattent vainement les extrêmes. Enfin... les extrêmes, que dis-je ? L'extrême-droite ! Les Français ne se rendent même pas compte qu'ils vivent dans l'illusion d'un système démocratique. Nous y sommes déjà dans l'extrêmisme !!

    Je termine sur cette phrase d'Hugo que tu connais désormais: "L'intolérance des tolérants existe, de même que la rage des modérés".

  • il y a 10 ans

    Comme quoi l'intolérance et le racisme intellectuel ne sont pas toujours dans le camps que l'on croit. Il y a 42 ans (1968) fleurissait sur les murs cette citation " il est interdit d'interdire " . Qu'en est il aujourd'hui de ces bons sentiments qui ont rempli la bouche de nos intellectuels de gauche depuis ces décennies ?. Quid de cette liberté d'expression tant revendiquée et acquise à la lutte ?

    Aujourd'hui l'intelligentsia de gauche montre son vrai visage, celui de l'intolérance et du totalitarisme intellectuel. L'heure de la pensée unique est pour bientôt camarades !

  • il y a 10 ans

    C’est ce qu’on appelle mettre les deux pieds dans le plat ^^ Rien qu’en cela je t’apprécie

    L’article 19 que tu cites à été bâillonné par les lois Gayssot et Taubira , le totalitarisme de gauche à réussi l’exploit d’encadrer cette liberté de pensée dans une liberté de conscience, le tout bien emballé avec un joli nœud rouge que l’on appelle le politiquement correct (fort quand même) ! Oui, je confirme que la démocratie telle qu’elle se prétend être, n’existe pas en Europe, j’en suis même l’exemple vivant, puisque, selon les textes, je n’ai pas la possibilité, ne serait-ce que d’émettre mes idées (! ). Je ne demande qu’a débattre et à en découdre idéologiquement, mais on me rabat les arguments législatifs qui sont censés de me faire taire. Piètre manœuvre, car mon engagement est sans retour, et ces gesticulations administratives (JUST si tu m’entends) ne font que me renforcer dans mes convictions. Je crois, réellement, que le terrorisme « intellectuel » de gauche vit ses dernières heures, le système s’étant autodétruit de part sa sur exploitation (A trop crier aux loups…).

    C’est un débat qui eut été plus intéressant que celui sur l’identité nationale (mon point de vue) car il est l’essence même d’une société

    Je rajouterai que je constate ici, que ceux qui se prétendent de gauche et antiraciste (comme si ces notions allaient de paire…) passent leur temps à se cacher derrière cette bien pensance, plutôt que d’argumenter.

    Chez nous les NS, on a un principe: « Ce qui ne nous détruit pas nous rend plus fort »

    @Jean Peace : T'es con ou tu le fais exprès ? Il n'a pas dit que la majorité des noirs et arabes étaient trafiquants, mais comme tu le dis, que la majorité des trafiquants étaient noirs et arabes ! C'est pas possible, t'es une caricature à toi tout seul ^^

  • Anonyme
    il y a 10 ans

    Mais mon cher ami, il suffit de critiquer une certaine gauche pour être traité de nazi.

    Il suffit de défendre un concept comme l'abstention citoyenne pour être un sous citoyen!

    Le racisme de pensée d'une certaine gauche n,a plus de limites, et c'est la même chose pour leur abrutissement total, l'un n'allant pas sans l'autre.

    Ils ne me feront pas taire.

  • Que pensez-vous des réponses ? Vous pouvez vous connecter afin de voter pour la réponse.
  • Anonyme
    il y a 10 ans

    François, je te le dis...c'est le début de la fin...

    Mais heureusement, il nous reste Yahoo QR lol!!!!!

    Comment nous en sommes arrivés là? on a trop laissé faire....

    @leonore: et le juste milieu, tu connais?

    @Gwydion; plus fort....je crois que @just n'a pas entendu:):)

    @Citi: à force de m'abuser, je vais en avoir envie:):) Arrête tes conneries:)

    Je te promet de parler de toi quand il mangera mes roulés au citron....:):)

    Et Jean Peace est à MOIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII.... pas touche!!!

    @Mais Franck est moche...t'as cru que je faisais dans le thon?

  • Micdal
    Lv 7
    il y a 10 ans

    Voltaire a été contraint de s'exiler loin de Paris, pour publier il fallait passer par la censure préalable, comme ses contemporains il étouffait sous la censure de la Sorbonne, de l'Eglise et de la monarchie absolue. La Bastille n'était jamais loin pour les rebelles et pour sortir leur encyclopédie il faut savoir les obstacles rencontrés par Diderot et d'Alembert en dépit de la protection de la marquise de Pompadour.

    Dans ce qu'il est convenu au fait par qui ? Et à partir de quoi ? Le pays des droits de l'Homme et du Citoyen, "la liberté s'exerce dans le cadre des lois", jamais les procès de presse n'ont été aussi féroces qu'au début de la période révolutionnaire, Marat par exemple l'a su à ses dépens

    Il y a eu une période de libéralisation au XIXe siècle lorsque les affaires de presse étaient jugées aux assises, les jurés indulgents acquittaient généralement, alors qu'en correctionnelle la condamnation était de règle

    Actuellement le MRAP, la LICRA et le Club Averroès et cie, veulent instaurer un ordre totalitaire, marxiste-léniniste, fasciste, nazi ou religieux intégriste, peu importe le nom que l'on donne.

    Le but est d'obliger tout le monde à marcher au pas derrière un chef, pas une tête qui dépasse au nom de l'antirascisme comme d'autre ont brandi le communisme pour massacrer tout un peuple comme Pol Pot.

    Ils sont de la même espèce, sous couvert de nobles sentiments comme il se doit. Hitler ne se proclamait-il pas socialiste ?

    Un léger sourire en ayant lu celui qu'on ne fera pas taire, mais qui à force d'insultes et de calomnies s'efforce de faire partir du site tous ceux qui ne lui plaisent pas.

    J'ai beau être une foldingue des faubourgs avec un QI d'huître, je l'ai tout de même vu

    Pour le respect de la liberté aussi sur le site

    http://www.petitionduweb.com/Pour_le_res…

  • il y a 10 ans

    L'Islam est une religion liberticide ,plus il se repend plus nos libertés sont menacées !

  • il y a 10 ans

    @Leonore si nous ne nous étions pas battus nous aurions longtemps vécu dans une monarchie totalitaire.

    La liberté d'expression a laissé la place à la démagogie. Nous sommes des nantis, nous devons donc nous taire et laisser la parole à ceux qui le sont moins, pour qu'ils le deviennent à leur tour. Quoi que dans l'absolu cela ne signifie rien puisque la France d'en bas va devenir uniforme. C'est a dire qu'on va tirer vers le bas les classes moyennes donc payantes pour ne plus faire qu'une classe très très moyenne.

    @Plus 1 pour Eric VII qui parle du racisme d'une certaine gauche qui est flagrante. Dire certaines vérités s'apparente à du racisme. 68 distille toujours son interdit d'interdire, et quiconque déroge à cette règle est un facho !

    @Destinée abus signalé pour contact avec l'homme de ma vie ;-)) (je ne parle pas de Jean Peace, ne nous méprenons pas )

    @Destinée tu connais Franck ? Bah tu vas connaitre il va te faire une offre que tu ne sauras pas refuser.

    http://af11.files.wordpress.com/2009/12/nitti.jpg

  • il y a 10 ans

    J'ai eu ce midi le privilège d'en discuter avec un A-mi et nous sommes arrivés à cette conclusion: "Est ce à dire que la minorité a toujours tort ? Non si elle parvient à convaincre de la justesse de ses vues au plus grand nombre pour peu que cette majorité lui laisse un droit suffisant à s'exprimer... "

    Et comme ce n'est pas le cas aujourd'hui encore, je laisse la conclusion à Gwydion...

    Source(s) : NC - Ami
  • Anonyme
    il y a 10 ans

    1) Ta citation est inexacte.

    2) A l'époque de Voltaire, la France était une monarchie absolue.

    3) Je te souhaite d'aller passer quelque temps dans une dictature totalitaire, pour savoir de quoi tu parles.

    @ CITI : le milieu est bien rarement juste !

Vous avez d’autres questions ? Pour obtenir des réponses, posez vos questions dès maintenant.