*******Fantaisie*******?

C'est un curé qui téléphone à son évêque et qui lui dit : - Écoutez, Monseigneur, il n'y a pas de raison que les ecclésiastiques ne prennent pas de vacances. Alors j'ai décidé de partir en thalassothérapie, je prends huit jours. Dimanche prochain, je pars, je prends l'autocar et hop ! et je ne... afficher plus C'est un curé qui téléphone à son évêque et qui lui dit :
- Écoutez, Monseigneur, il n'y a pas de raison que les
ecclésiastiques ne prennent pas de vacances. Alors
j'ai décidé de partir en thalassothérapie, je prends huit
jours. Dimanche prochain, je pars, je prends l'autocar
et hop ! et je ne rentre que le dimanche prochain avant
la messe de onze heures.
- Mais vous êtes fou, ça ne va pas, quand on tient une
église, faut être là, s'il y a des sacrements à donner...
- Je les remets à huit jours, les baptêmes, les communions,
les morts, on les mettra au réfrigérateur et ils m'attendront.
Pour les confessions, j'ai tout prévu, j'ai un très bon bedeau
et il prendra ma place, d'ailleurs les fidèles sont d'accord et
puis pour les punitions il y a une liste : trois avé, trois pater,
deux tours d'église...
Et puis le curé s'en va. Les gens viennent se confesser :
- Mon père, je m'accuse d'avoir volé des pommes...
Petit vol, le bedeau cherche...
- Deux tours d'église.
- Mon père, je m'accuse d'avoir flirté avec Monsieur Martineau.
Petit flirt, péché véniel, six pater, sept avé, quatre tours d'église.
Et puis, il y a une bonne femme qui arrive :
- Voilà, je m'accuse d'avoir eu des rapports sexuels
avec le pharmacien.
Alors :
- Rapports sexuels, péché mortel, douze pater, douze avé,
onze tours d'église.
Et puis il y a une jeune fille qui arrive :
- Mon père, je m'accuse...
- Parlez plus fort, ma fille...
- Je m'accuse d'avoir fait une petite fantaisie au charcutier.
- Petite fantaisie, petite fantaisie, mais je n'ai pas ça,
on ne pourrait pas dire ça autrement ?
- Non, j'ai juste fait une petite fantaisie...
- Eh ! bien, sur mon papier, je n'ai pas de réponse du curé,
petite fantaisie, mais ça n'a pas été plus loin ?
- Non, non.
Là, il y a un enfant de chœur qui passe devant
le confessionnal, le bedeau fait :
- Dis donc, petit, viens ici, le curé, pour une pipe,
qu'est-ce qu'il donne ?
Et le petit répond :
- Un Bounty.
Mettre à jour: J'aime bien les * !
5 réponses 5