Anonyme
Anonyme a posé la question dans Arts et sciences humainesPhilosophie · il y a 1 décennie

Droit de disposer de son corps?

Êtes-vous d'accord avec ces définitions et ces remarques concernant le droit de disposer de son corps ?

http://www.trazibule.fr/disposer-de-son-corps-2.ph...

J'admets qu'il y a a là matière à plusieurs questions distinctes, mais il est toujours possible de commencer le débat ici et de créer les questions dérivées par la suite.

6 réponses

Évaluation
  • Anonyme
    il y a 1 décennie
    Réponse favorite

    Ce droit n'a jamais existé et n'existera probablement jamais, dans le sens où il est présenté par le trazibule (Thrasibule ?). La liberté totale ne peut tout simplement pas exister, pour des raisons tout bêtement physiques, psychologiques et sociales...

    Relis La critique de la raison pure...

  • Odette
    Lv 7
    il y a 1 décennie

    Libre de ma vie libre de ma mort,,,,,

    Membre de l'association "LE DROIT DE MOURIR DIGNEMENT " pas devenir un légume, ni hurler à la mort en phase terminale d'un cancer,,,,,,

    Source(s) : Pas d'accord sur tout ,,,,,mais,,,,,,
  • Anonyme
    il y a 1 décennie

    "En conclusion, cette libre disposition du corps n’est plus qu’un lointain souvenir, elle existe de moins en moins par l’évolution de nos sociétés. Il en résulte un sentiment de perte de liberté de plus en plus accru. Nous avons vendu notre liberté et celle des autres contre une recherche de sécurité maximale.

    Cette notion de libre disposition de son corps doit être réfléchie en tenant compte de ces constats...

    qui est propriétaire de notre corps ?

    La liberté est-elle un acquis individuel ou une règle collective ?

    N’est ce pas la collectivité qui doit permettre les libertés au lieu de les restreindre et l’individu qui doit restreindre sa liberté u lieu de les revendiquer ?"

    ça fait beaucoup de questions à l'intérieur de ta question en fait...

    je voudrais juste réagir par rapport à un reportage que j'ai vu sur les vendeurs de rein aux philippines... pour 3000 ou 4000 euros tous ces gens qui vendent leur Rein pour nourrir leur famille... et c'était une volonté politique du Pays pour attirer le tourisme "Santé"... mais je crois que maintenant ils n'en sont plus si fiers...

    il y a aussi le sujet du suicide... et un autre qui n'a pas été évoqué... l'euthanasie... je pense que chacun pourrait choisir de mourir dignement... j'ai vu des patients en fin de vie... mourir dans des conditions... ça me donne la chair de poule rien que d'y songer... pourquoi ne pas calmer la douleur sous prétexte que ce qui calmerait la douleur pourrait mettre fin à la vie ? pourtant dans le cadre des cancers, on calme bien la douleur non ? et pourquoi pas pour les personnes âgée en fin de vie ?

    un autre sujet qui me tient à cœur, l'acharnement thérapeutique dans le cadre d'une réanimation ? à quel moment peut-on dire que l'on s'arrête de réanimer ?

    un autre point, jusqu'à quel point l'état pourrait-il contraindre l'individu à se soigner dans le cadre des maladies contagieuses comme la tuberculose par exemple ? bien que le traitement soit pris en charge à 100% certaines personnes refusent de se soigner... et continuent de contaminer d'autres...

    Peut-on contraindre les séropositifs à se protéger et à protéger leurs partenaires ??

    et le projet de loi qui est soumis... une petite révolution en vue ? lol

    Source(s) : un poucenbas ? ma réponse ne plait pas ??
  • il y a 1 décennie

    ok je comprends tout a fait, il y a la morale, l'ordre, la loi, la foi qui limite certaines choses dans le but de limiter les risques, les consequences negatives et les comportements sauvages!!!!

    Maintenant, la liberte de chacun s'arrete ou celle de l'autre commence...je pense que cette phrase resume le depend sans fin auquel certains sont encore enclins a nourrir...

    pas besoin de ce debat pour me dire ce que je peux, dois ou veux faire!!!

  • Que pensez-vous des réponses ? Vous pouvez vous connecter afin de voter pour la réponse.
  • il y a 1 décennie

    La liberté de chacun s'arrête là ou commence celle d'autrui .

    Disposer de son corps est-ce rouler à 172 km / h sur une nationale à 5h de l'après-midi , prendre le risque et le droit de blesser ou tuer une autre personne ?

    Vivre en société inclue la considération de ses concitoyens

    Tout ce qui dans mes actes peut avoir une répercussion néfaste sur l'autre doit être éviter ou répréhensible . Si l'individu n'en a pas lui même prit la mesure c'est le rôle de la société de poser des règles de conduites .

    Par contre qu'est ce qui justifie qu'un gouvernement décide d'envoyer des civils faire la guerre (tuer et se faire tuer) , là il ne s'agit plus de respect et de considération de la société , mais de mettre la vie de citoyens au service de convictions et de certitudes politiques .

    Je ne renie pas tous ceux qui se sont battus pour que la France reste libre, tout serait tellement pire s'il n'avaient pas combattus .

    Mais on ne leur a pas laisser le choix.

    Dans qu'elle mesure la société peut elle disposer de la vie et du corps du citoyen et dans qu'elle mesure se doit elle de lui accordée la mort?

    Aujourd'hui les politiques repoussent le débat de l'euthanasie , alors que c'est une question essentielle ; ils se déchargent sur les médecins et les familles . Cela n'est pas rassurant . Il ni a rien d'officiel pour encadrer la mort et permettre qu'elle se fasse dans les meilleures conditions possibles ...

    Pourquoi cette fuite ?

    ...

  • il y a 1 décennie

    tous les hommes naissent libres et égaux en droit et tous les êtres humains ont le droit au respect de leur dignité.

    Par conséquent la propriété du corps ne peut être définie.

    L'être humain n'est pas un objet. Et je condamne le fait que l'on veuille vendre une partie de son corps ou acheter la partie d'un autre corps, je ne sais même pas si je réussirais à accepter une greffe, pour ce qui est la transfusion de sang, on ne m'a même pas demandé mon avis, j'étais sans connaissance suite à une hémorragie et j'ai subi la transfusion d'office. On n'a pas le droit de laisser mourir autrui, mais cela ne signifie pas qu'on dispose de la "propriété" de son corps.

    c'est HUMAIN de vouloir sauver une vie humaine ou non.

    Et ce qui est pour le clone, c'est une personne à part entière et selon les droits de l'homme on ne peut pas voter une loi en faveur du clonage pour pièces de rechange et si on a un minimum de respect pour la vie et l'éthique on n'envisage même pas d'acheter des parties de corps humain.

    Les droits de l'homme existent, tous les hommes naissent libre et égaux en droits et ces droits visent à l'épanouissement de l'être humain et à lui donner tous les droits nécessaires pour vivre et exister, la santé, les ressources nécessaires pour vivre au quotidien dans la société. Les limites sont là , où ces droits risquent d'enfreindre les droits d'autrui, donc par exemple le droit à la vie d'un clone. Le clonage n'est pas compatible avec les droits de l'homme.

    Et pour ceux qui croient en Dieu, la vie est sacrée et les êtres humains appartiennent à Dieu le Créateur et ne disposent pas librement de leur corps, le corps étant le temple de l'esprit saint et on doit de se fait le maintenir en bon état et pur si possible. C'est pour cela que les Témoins de Jehova refusent même les transfusions de sang.

    1Corinthiens 6:19 Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint Esprit qui est en vous, que vous avez reçu de Dieu, et que vous ne vous appartenez point à vous-mêmes ?

    donc tout dépend des croyances des uns et des autres

    la vie étant sacrée, elle ne peut pas être vendue, ni les parties du corps

    et les droits des libertés concernant le corps humain ne permettent pas non plus de vendre les parties du corps humain, c'est donc un crime que de le faire.

    Quant à la femme enceinte qui veut avorter, je crois que c'est un cas de conscience, notamment après un viol, mais ne nous autorisons pas de tuer juste par non-respect pour le bébé à naître qu'il soit handicapé ou pas. La surpopulation n'est pas non plus une raison pour tuer, on a inventé la contraception et la nature produit aussi des personnes stériles.

Vous avez d’autres questions ? Pour obtenir des réponses, posez vos questions dès maintenant.