Pour « être moral » suffit-il d'effectuer des actions ayant de bonnes conséquences?

Inutile de posséder de caractéristique personnelle spécifique ou de suivre un modèle de vie particulier, philosophique, religieux, éthique. Il suffit d'observer quelques règles : - rester neutre à l'égard des conceptions personnelles de la "vie bonne" nées de désaccords irréductibles sur les... afficher plus Inutile de posséder de caractéristique personnelle spécifique ou de suivre un modèle de vie particulier, philosophique, religieux, éthique.

Il suffit d'observer quelques règles :
- rester neutre à l'égard des conceptions personnelles de la "vie bonne" nées de désaccords irréductibles sur les conceptions du bien.
- éviter de causer des dommages à autrui. Dommages physiques et psychologiques, sur des personnes particulières, lorsqu'ils peuvent être raisonnablement jugés évidents et importants.
- accorder la même valeur aux voix ou aux intérêts de chacun.
Mettre à jour: @youssef doudou Que tu es péremptoire et ignorant. Tout le monde ne se croit pas moral et juste envers les autres, comme tu le prétends. Tout le monde ne croit pas à la justesse de ses actions, non plus. Lorsque tu affirmes "Dans un conflit chaque soldat crois a la justesse de sa mission." alors là je... afficher plus @youssef doudou
Que tu es péremptoire et ignorant. Tout le monde ne se croit pas moral et juste envers les autres, comme tu le prétends.
Tout le monde ne croit pas à la justesse de ses actions, non plus.
Lorsque tu affirmes "Dans un conflit chaque soldat crois a la justesse de sa mission." alors là je me demande d'où tu sors !
Des dizaines de milliers de livres ont été écrits par des soldats qui condamnaient les actions auquel ils ont participé. Des centaines de milliers, de par l'histoire ont été massacré pour avoir "refusé" de participer à un conflit.
Quelques exemples :
René Paquet, Georges Alziari, Jean Brugié ont condamnés sans appel les guerres d'Indochine et d'Algérie auxquelles ils ont participé et témoigné dans un ouvrage

Le capitaine Léon Horard, a écrit alors qu'il était en activité au Président de la République en mai 1958 ce qui a suscité de nombreux articles.

La découverte de crimes de guerre est souvent le fait de soldats impliqués, à leur corps défendant.
Mise à jour 2: @Angélus Lorsque j'entendais sonner l'angélus le son m'en paraissait plus harmonieux que ta réponse. Tu mets le doigt sur un point faible de ce que je dis. Mais peu vont le sentir. la conséquence de ces deux actes : acheter un vote ; donner, sans contre-partie directe, à manger à un pauvre peuvent... afficher plus @Angélus
Lorsque j'entendais sonner l'angélus le son m'en paraissait plus harmonieux que ta réponse.

Tu mets le doigt sur un point faible de ce que je dis. Mais peu vont le sentir.
la conséquence de ces deux actes : acheter un vote ; donner, sans contre-partie directe, à manger à un pauvre peuvent sembler identiques dans leur conséquences, le pauvre n'a plus faim. En fait il n'en est rien, dans le 1er cas d'autres conséquences existent : le vote conforme ou non à l'opinion du pauvre, l'atteinte à sa probité.
En Thaïlande il est courant que les politiciens achètent les votes. Mais ce qu'on ignore souvent c'est que seuls (à de très rares exceptions) ceux qui sont d'accord avec eux leur vendent... dans ce cas il s'agit plutôt d'une forme de clientélisme profitable aux populations, la plupart du temps, rurales qui en profitent.
Mise à jour 3: @bourremi... C'est quoi ce ramassis de lieux communs sans rapport avec la question ? T'es pas d'accord, pour toi les notions de bien et de mal fondent la morale et les conséquences sont secondaires. Je te remercie pour les vestige de morale chrétiennes qui sont à l'origine de la morale dans... afficher plus @bourremi...
C'est quoi ce ramassis de lieux communs sans rapport avec la question ?

T'es pas d'accord, pour toi les notions de bien et de mal fondent la morale et les conséquences sont secondaires.
Je te remercie pour les vestige de morale chrétiennes qui sont à l'origine de la morale dans mon pays la Thaïlande. Une vraie révélation !

Pas besoin de cette logorrhée
Mise à jour 4: @Kiff (slight return) dit : "Le philosophe Hans Jonas a écrit son grand livre "Le principe responsabilité" là dessus, livre qui remet quelques pendules à l'heure et propose notamment un nouvel énoncé de l'impératif catégorique mettant en avant non plus l'intention mais les conséquences... afficher plus @Kiff (slight return) dit :
"Le philosophe Hans Jonas a écrit son grand livre "Le principe responsabilité" là dessus, livre qui remet quelques pendules à l'heure et propose notamment un nouvel énoncé de l'impératif catégorique mettant en avant non plus l'intention mais les conséquences de l'acte et la responsabilité de l'auteur qui en découle comme critère."
Cette pensée est une pensée commune à celles des utilitaristes (Jeremy Bentham, John Stuart Mill, Moore...)

"... retenir les conséquences de ses actes comme critère d'évaluation de ceux ci rend impossibles toute action puisqu'il est impossible de savoir exactement quelles seront les conséquences ..."
Jonas pas plus que les utilitaristes ne parle de "savoir exactement quelles seront les conséquences ". Ils parlent de probabilité et de prévision, une notion maitrisée aujourd'hui mieux qu'hier ( Voir la météo).
Jonas précise que "Parmi les prévisions, il faut toujours accorder la préférence à la prévision pessimiste"

La probabilité
6 réponses