Anonyme
Anonyme a posé la question dans Societé et cultureReligions et spiritualité · il y a 1 décennie

Quelle est la différence entre une religion et une philosophie?

On dit souvent que le bouddhisme ou d'autres "religions" asiatiques ne sont justement pas des religions mais des philosophies. Moi je veux bien, mais alors une religion c'est quoi ?

Les gens qui disent ça semblent ne considérer comme "religion" que celles qui se réfèrent explicitement à la bible (judaïsme, christianisme, islam, sectes diverses comme TDJ, mormons, druzes, etc.). Dans leur esprit, ne confondent-ils pas la notion universelle de "religion" avec la notion spécifiquement musulmane de "religion du Livre" ?

24 réponses

Évaluation
  • Anonyme
    il y a 1 décennie
    Meilleure réponse

    C'est un peu plus compliqué que ça…

    Pour savoir quelle différence il y a entre philosophie et religion, n'importe quel dictionnaire fait l'affaire. ta question porte plutôt sur savoir si le bouddhisme est ou n'est pas une religion.

    En fait, le bouddhisme originel, celui institué par Çakiamuni est bien une philosophie, ou plus exactement un art de vivre et de penser. Il n'est bien entendu absolument pas question de rites, cultes ou superstitions.

    C'est en contact avec l'hindouisme, et pour se faire accepter par la société indienne que le bouddhisme a été dévoyé, corrompu, et que de philosophie il est progressivement devenu religion, en incorporant le panthéon hindouiste.

    C'est l'exemple du bouddhisme tibétain, qui est envahi par une palanquée de rites, fétiches, superstitions…

    Néanmoins, le bouddhisme original existe toujours (sans culte ni prière ni rite) comme par exemple le bouddhisme zen.

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • Anonyme
    il y a 1 décennie

    Une philosophie cherche la vérité.

    Une religion pense la détenir et voudrait l'imposer au monde.

    D'un côté on raisonne, de l'autre on a des révélations.

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • Une philosophie n'a pas "d'église", au sens où elle n'a pas de structure institutionnel !

    Une religion a une structure, des dogmes, des règles de vie.

    Justement le bouddhisme est un peu hybride en cela !

    Il est à la foi religion par certains côté et philosophie par d'autre! Ainsi les Koan sont des méthode de réflexion profonde plus proche de l'analyse philosophique !

    Mais en effet le bouddhisme tibétain se rapproche plus d'une religion "traditionnel" avec ses rites, ses dogmes, son clergé.

    @Pharisien...mouais...c'est l'école du portique....mais je Paris pas d'Eglise au sens d'institution avec un clergé .institué...

    Concernant les pythagoricien...ils étaient plus proche d'une religion à mystère que d'une réel philosophie....d'ailleurs n'ont-ils pas été interdit finalement par le pouvoir romain ?

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • il y a 1 décennie

    Je commencçais de trouver la rubrique ennuyeuse. Merci d'être revenu.

    Ne serait-ce pas la partie exotérique d'une philosophie ? Dans ce cas, le fondamentalisme intervient quand cette partie exotérique et visible s'autonomise de la philosophie qui la fonde pour devenir une identité ?

    Les musulmans ont une conception exclusiviste du dialogue inter-religieux.

    *Dans un premier temps, ils disent : "si tu n'es pas musulman, tu es un kafir, tu vas en enfer"

    * Dans un deuxième temps, qund ils sotn "itne-religieux", ils disent "si tu es gens du livre, ça va, ssans quoi tu es païen et tu vas en enfer"

    Par comparaison avec le catholicisme des années 1950-1960, je me demande si cette difficulté à penser le pluralisme religieux chez le musulman de base ne tient pas au fait qu'il est tenu à l'écart de la recherche historico-critique sur le Coran ? De même le catholique des années 1950-60 (reflet du catholicisme d'entre deux guerres et des débats sur la liberté de penser entre Maurice Blondel et Léon Bloy) ignorait tout de la recheche historico-critique et ne faisait pas la différence entre "le croire et le savoir" ou entre "la doctrine et la vérité"

    @Néné

    une philosophie n'a pas d'église ?

    Maizalors ? pourquoi les Pythagoriciens étaient-il végétariens et se rencontraient-ils dans le Jardin ?

    Et les existencialistes sartriens entre les bistrot de Saint-Germain à Montparnasse dotn Beauvoir a raconté les rites dans ses nombreux volumes de mémoires ?

    Et qu'est-ce que l'école de Paris en psychanalyse ? et ses rites du temps de Lacan ?

    @Almire

    Avant le 20ème siècle, les philosophies sont dogmatiques. Vois Nietszche, par exemple !

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • Que pensez-vous des réponses ? Vous pouvez vous connecter afin de voter pour la réponse.
  • il y a 1 décennie

    Ma définition personnelle

    Une religion fait intervenir "dieu"

    Pour le bouddhisme, je pense personnellement que c'est une religion. Mais en Europe on a pris que le coté philosophique de cette religion

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • Anonyme
    il y a 1 décennie

    Salut HaCa !

    Cela faisait un bail, dis !

    Nous avons tendance à idéaliser les systèmes religieux asiatiques. Je ne pense pas qu'ils soient des philosophies ou de simples "Weltanschauungen". Le bouddhisme, par exemple, a ses dogmes, ses préceptes, ses mythes fondateurs, ses superstitions, son clergé, etc dont nous ne sommes pas toujours conscients avec sa version "édulcorée" véhiculée en Occident.

    Le mythe de l'exotisme et du "retour à des valeurs fondamentales en harmonie avec la nature" n'en rend pas la dimension profondément fataliste et trop souvent injuste

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • il y a 1 décennie

    la philosophie n'est pas basée sur une révélation .

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • Kiff
    Lv 7
    il y a 1 décennie

    Une religion se fonde généralement sur une révélation.

    Un système philosophique, du moins dans l'Antiquité, se base sur une "physique", cad une tentative d'appréhender rationnellement le monde, de l'expliquer et le décrire et d'en tirer les conséquences pour décrire un comportement adequat pour l'Homme afin de trouver le bonheur.

    Car dans l'Antiquité le philosophe n'était pas seulement un intellectuel, c'était surtout celui qui vivait en tant que tel, en suivant les prescriptions d'une école.

    Le Bouddhisme est un peu à part, car il y a révélation d'une "physique", on pourrait sans doute parler de philosophie de vie ou de démarche spirituelle.

    Bien sur par la suite un coté "exotérique", une religion avec ses rites(...) s'est greffé sur les dits de Siddartha, parfois en syncrétisme direct avec la religion traditionnelle du pays où les nouvelles idées arrivaient. L'exemple le plus flagrant de ça, c'est le bouddhisme tibetain, résultat d'un syncrétisme avec la religion "Bon" .

    @ Almire : J'aurais plutôt tendance à décrire la philosophie comme la recherche du bonheur que comme celle de la vérité, du moins à l'origine...;o)

    Par ailleurs le fait que le philosophe "raisonne" n'empêche aucunement les dogmes, mais le pousse justement à les former.

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • il y a 1 décennie

    La philosophie est née Grecque,

    l' islam n' a jamais aimé les philosophes

    Ibn Rochd Averrooes des Eurpoéens est mort banni

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • .
    Lv 5
    il y a 1 décennie

    la philosophie peut atteindre ce que la religion classe comme limites.

    @Mimi: salut

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • il y a 1 décennie

    Chacun fait ce qu'il veut avec les mots, d'ou l'incompréhension

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
Vous avez d’autres questions ? Pour obtenir des réponses, posez vos questions dès maintenant.