Bébés sur-vaccinés à l'insu de leurs parents?

De la folie pure, mais malheureusement bien réelle : des bébés vaccinés à l'insu de leurs parents.... L'industrie pharmaceutique n'a pas peur de grand chose quand il s'agit de vendre à tout prix des vaccins. Et comme le vaccin anti-hépatite B est en chute libre depuis le scandale qui l'a... afficher plus De la folie pure, mais malheureusement bien réelle : des bébés vaccinés à l'insu de leurs parents.... L'industrie pharmaceutique n'a pas peur de grand chose quand il s'agit de vendre à tout prix des vaccins. Et comme le vaccin anti-hépatite B est en chute libre depuis le scandale qui l'a entouré, il fallait bien trouver une astuce pour y remédier... Inclure incognito le vaccin dans une seringue déjà polyvaccinale, fallait y penser (un de plus ou de moins, on n'y voit que du feu) !
Il s'agit du vaccin hexavalent, "infanrix hexa" ("hexa" signifie 6). Les nourrissons vont être vaccinés contre l'hépatite B, bien souvent sans que leurs parents ne le sachent. L'inclusion du vaccin anti-hépatite B dans un "kit polyvaccinal" le fera passer ni vu ni connu, sans risquer d'affronter les réticences des parents. Le médecin prescripteur n'aura même plus besoin de prononcer le mot qui fâche, il prescrira "Infanrixhexa", et le tour sera joué. Technique astucieuse (mais les laboratoires sont toujours très malins quand il s'agit de faire du chiffre), mais surtout déloyale et malhonnête.

Des enfants risquent en outre de recevoir deux fois le vaccin anti-hépatite B, une fois avec ce vaccin hexavalent, et une autre fois de façon séparée si les parents vont voir un autre médecin, qui se contente de voir que la case "hépatite B" est vide dans le carnet de santé sans s'attarder sur les autres. Cela arrive bien plus fréquemment qu'on ne le pense, car rares sont les médecins qui s'attardent sur le carnet de santé. Bien souvent ils voient la case vide et ne se posent pas plus de questions.

De plus, le calendrier vaccinal recommande de réaliser le même jour un autre vaccin (non-obligatoire mais tout de même bien lucratif) : le vaccin "Prevenar", comportant sept valences de pneumocoques.

C'est donc 6 (infanrix hexa) + 7 (prevenar) = 13 vaccins que l'on réussit à injecter à un nourrisson d'à peine 2 mois . Qui dit mieux ?!...
Rappel : seulement TROIS vaccins sont obligatoires.

Nb : l'infanrix hexa est dirigé contre 6 maladies (diphtérie, polio, tétanos, hépatite B, haemophilus et coqueluche), mais il y a au moins 11 antigènes différents : 1 pour diphtérie, 1 pour tétanos, 3 pour coqueluche, 1 pour hépatite B, 3 pour polio et 2 pour haemophilus. Si on rajoute le Prevenar, on arrive à 25 antigènes au total.


Face à cette dictature médicale, il devient impératif de savoir reprendre ses droits. Déjà être très vigilant sur le nom commercial des vaccins prescrits, et en cas de doute, demander ouvertement au médecin de dire très précisément ce que contient la seringue prescrite. Tout vaccin non obligatoire peut être purement et simplement refusé, malgré toutes les pressions faites à travers les fameuses "recommandations vaccinales".
L'article L 1111-4 du code de la santé publique dispose qu "aucun acte médical ni aucun traitement ne peut être pratiqué sans le consentement libre et éclairé de la personne et ce consentement peut être retiré à tout moment". Chaque parent, chaque patient peut donc mettre en avant cette loi et demander aux vaccinateurs de faire par écrit un engagement solennel, dûment daté et signé, affirmant que l'enfant vacciné n'aura aucun effet secondaire grave des suites de la vaccination. C'est votre droit le plus absolu de le demander, alors que bien souvent, les patients se taisent gentiment et acceptent tout et n'importe quoi de la part de leur médecin sans se poser de questions ; ça arrange d'ailleurs bien ce dernier, et ça lui fait gagner du temps.
Les patients n'ont pas à avoir une attitude passive face à leur médecin ; ils doivent redevenir les principaux acteurs de leur santé, et personne d'autre. N'ayez pas peur d' "embêter" votre médecin avec vos questions : vous le payez pour ça. Il refuse le dialogue, se montre énervé par votre attitude ? Fuyez et allez voir un autre médecin plus respectueux. Un médecin n'est pas seulement celui qui vous fait des injections et vous fait avaler toutes sortes de pilules ; c'est aussi quelqu'un qui sait vous écouter et vous respecter. C'est même primordial.
Bref n'hésitez pas à être exigeant, pour ne pas dire carrément chiant, avec votre médecin !

Intéressant de voir sur les forums le nombre de mères qui ne sont absolument pas informées de ce qu'on injecte réellement à leur bébé ; et encore celles-ci se posent quand même des questions. Combien ne s'en posent aucune ? un paquet !
http://forum.doctissimo.fr/grossesse-bebe/bebes_annee/Bebes-de-juillet-2008/infanrix-vaccin-quinta-sujet_512086_1.htm


Simple curiosité pour tous ceux qui voudraient être des patients avertis, que contient précisément l'infanrix hexa :
Anatoxine diphtérique
Anatoxine tétanique
Antigènes de Bordetella pertussis, dont :
- Anatoxine de Bordetella pertussis
- Hemagglutinine filamenteuse de Bordella pertussis
- Pertactine
Antigène de surface recombinant du virus de l'hépatite B
Virus poliomyélitique i
12 réponses 12