Têtaclic a posé la question dans Arts et sciences humainesPhilosophie · il y a 1 décennie

Quelle est la différence entre "être" et "exister"..ou existe t'il vraiment une différence...?

ce qui n'existe pas encore, ce qui n'existe plus, ce qui n'a jamais existé...ce potentiel ou cette absence, ce vide total, cette négation en toute logique doit -on dire cela existe ou cela est...?

Mise à jour:

@ comment te dire Herculine...je reste sur ma faim... ou alors il conviendrait que tu développes plus d' un chouia ..neuronnes exigeants obligent..!..lol

Mise à jour 2:

@M’ sieu le professeur Noo..depuis le temps que vous jouez avec nos nerfs avec votre « deviens ce que tu es » il serait temps de nous expliquer clairement comment vous faites VOUS pour devenir ce que vous êtes la tout de suite…(car devenir et être me semble incompatibles ) et pas selon d’honorables Tartampions ….soit votre propsition est un hochet , un pétard mouillé sans conséquence …ou alors c’est une bombe susceptible de déclencher un véritable cataclysme mental et émotionnel.. un regard complètement différent que vous devrez assumer jusqu’au bout et tenter de nous faire partager…comme vous le faite jusqu’à présent avec votre regard et votre bonne volonté actuelle...

( j'ai beaucoup aimé votre final de rockeur et louange à Yahvé qui résume si bien votre intervention...Ô yéhaaa ) vous déchirez à mort..!!..lol

Mise à jour 3:

@ Decrolier merci, repassez quand vous voulez...!

Mise à jour 4:

Comment on fait pour à la fois tendre vers un "mieux être" et en même temps "s'accepter tel que l'on est" n'est ce pas déchirant pour un philosophe léger est aérien... ploum ploum tralalère...?

11 réponses

Évaluation
  • x
    Lv 7
    il y a 1 décennie
    Meilleure réponse

    une difference notable sourcier ...

    On peut exister sans jamais realiser son "être"

    Je repasserai ...( à la bourre désolée )

    @ sourcier Mdr ..Toutes mes excuses:-) Alors rapidement ( je lirai les autres reponses plus tard)

    L'existence est un fait. Et assurément c'est le fait premier.:-)

    L'homme ( contrairement aux animaux) sait qu'il existe car il en a conscience. Son existence lui permet de" faire" ..( manger, parler etc)

    Exister c'est la contingence ( celle là même décrite dans "La Nausée "de Sartre ; celle qui angoisse Roquentin et lui donne la nausée)

    Mais l’homme cherche son être ( la realisation de son Moi) car il est en devenir vers l’être, (le moi en devenir vers le moi absolu…) ( ref: Kierkegaard)

    C'est la quête de son identité.

    L'essence de l'être-là réside dans son existence .( Heidegger)

    .@ noocratie : ?? cher ami, je ne traduis pas de l'allemand tu sais , langue que je ne connais pas hélas ..Et j'ai omis un morceau? mdr ..Merci d'avoir peaufiné alors.:-)

    Source(s) : Heidegger Kierkegaard. Sartre
    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • il y a 1 décennie

    Etre et exister... bien que des mots ayant des significations très semblables, ces mots renferment en leur sein des symbolismes pouvant être très différents.

    Au premier jet ... c' est la même chose.

    Avec un reguard ésothérique ... une chose peut exister sans avoir aucune existence ... comme la marche, le fait de manger, existent...

    Ces choses existent sans avoir d'existence propre...sans donc être.

    Avec un autre regard... ETRE ... est une expression existentielle, qui sous sa forme Absolue... elle ne peut ëtre exprimée que par le Divin... qui seul peut exprimer totalement le sens de ces mots: "JE SUIS CELUI QUI EST".

    Autrement l' Univers existe... mais ne peut-être sans lui...

    Maintenant dans ta question... ce qui n' a jamais existe, existera, ou n' existera jamais... là votre question se raccorde aux conceptions des nouvelles philosophies mathématiques...(qui commence a remplacer celles de la relativité) et porte le nom de "Quanta"..

    Dans les Quantas ... Espace et temps (passé, présent, futur) ne sont que des dimentions présentes ensemble dans une même instantanéïté (dimension).

    Dans ce cas Tout existerait en même temps...

    Un peu comme nous jouons à des jeux... et pourtant personne ne sait si l' on va gagner ou perdre...

    Pourtant... tout est là... sur le disque dur... le programme a tout prévu... de notre défaite ou victoire...

    Passé... Présent... Futur... sont là sur le disque dur... sous une certaine forme pourait-on dire...

    Ce disque ne peut pas prévoir comment nous allons jouer...

    Mais notre façon de jouer est prévue dans le programme... et tout se réorganise par notre façon de jouer... autour du programme initial de base...

    Donc des choses peuvent exister... sans que jamais un jour elles ne puissent exister...

    Cela dépend de notre façon de jouer...

    :-) :-) :-)

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • il y a 1 décennie

    Bonjour sourcier,

    Si l'on prend "être" comme verbe il n'y a, au sens cartésien, nulle différence, je "suis" signifie j'existe.

    Cependant je suis un Etre (substantif) en perpétuel devenir vers un mieux-être. Je suis aussi un être-là (Dasein) "jeté dans le monde", un monde qui existe au même titre que j'existe.

    Finalement vous m'emmerdez, jonglez avec le Sein (être) le Dasein (être-là), l'Eksistenz (existence) le Wesen (essence) "das Wesen des Daseins liegt auf die Ekistenz", il sortira bien de tout ce brouet quelque vague coktail ontologique.

    Vous pouvez dire cela existe, vous pouvez dire aussi cela est, vous pouvez encore dire l'être est, le non être n'est pas, n'est-il pas? On peut retraduire Heidegger ensemble si vous le désirez, refaire le coup du cogito cartésien ou celui de Sartre dans l'Etre et le Néant.

    Je suis, j'existe,

    j'ai conscience d'exister,

    autrui existe pareillement et pareillement le monde dans lequel je suis jeté. Tout cela est, ô Yéaahh.

    @@ L'existant est un être toujours en devenir vers un "mieux-être", Spinoza dixit et devenir ce que nous sommes c'est et partir à notre recherche, nous accepter, nous accomplir et par là révéler et créer l'essence même de ce qu'est le projet de notre existence. Il y a une nécéssité, une fatalité du devenir qui, en même temps, se conjugue à la liberté de ce que nous devenons............tagada tsoin tsoin.

    @@@ Herculine vient de traduire la phrase d'Heidegger, tout en omettant l'Ek-sistenz, qui traduit la rupture ontico-ontologique poil à la chique.

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • il y a 1 décennie

    Bonjour.

    Exister, c'est être manifesté dans une région de la Création (quelque soit la dimension, la région, la densité) : on existe, ce qui signifie que nous pouvons être localisé quelque part, même si ce quelque part est subtil, voire invisible depuis le monde physique. Exister c'est être matérialisé, c'est être palpable, c'est être soumis au poids, à la mesure, etc., même si la "matière" qui compose notre corps est subtile, invisible depuis le monde physique. Un électron est-il visible depuis le monde physique ? Non, pourtant il existe (et encore, c'est plus compliqué que cela, car en réalité son état est transcendantal), il est MANIFESTÉ.

    Être, c'est avoir incarné l'Être, cela ne demande pas d'être manifesté.

    Être, c'est résider dans la non-manifestation (appelée Absolu en Ésotérisme ou Ain dans la Kabbale Hébraïque).

    Dans l'Absolu, on EST mais on n'existe pas. C'est une notion incompréhensible pour le mental, car c'est une notion transcendantale, accessible seulement au coeur et à la conscience.

    Être, c'est être RÉEL, contrairement à la manifestation qui n'est qu'une illusion, la matrice pour prendre une analogie compréhensible.

    La conscience n'a pas besoin d'exister pour être.

    Les corps ne sont là que pour manifester la conscience dans les mondes et dimensions, afin de pouvoir agir, opérer sur eux.

    En espérant vous avoir été utile,

    Bonne journée.

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • Que pensez-vous des réponses ? Vous pouvez vous connecter afin de voter pour la réponse.
  • il y a 1 décennie

    je vais essayer d'expliquer ma façon inculte de se que je perçois et je n'aurais certainement pas raison ne te moque pas

    être c'est tout , on peut tout être

    exister ne représente qu'une infime partie de être dans l'action immédiate

    mais comment comprendre

    être, étant hors du temps

    exister , est dans le temps , donc limitatif

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • Anonyme
    il y a 1 décennie

    Excellente question, je vous remercie de l'avoir posée.

    être c'est être sans avoir la possibilité de ne pas être

    exister c'est exister en ayant la possibilité de ne plus exister.

    donc ce qui n'existe pas, n'est pas et ce qui existe n'est pas, non plus.

    mais soit une chose existe soit elle n'existe pas ... l'essence n'est donc pas l'attribut d'une chose hors du sujet mais du sujet lui même, sujet que nous ne pouvons concevoir comme n'étant pas (pour autant les autres existent et meurent) ...

    ex-ister : se manifester hors de (sous entendu : soi même)

    Elle EST bonne par ex. ne veut dire que JE pense qu'elle est bonne

    pour faire une image : si nous étions enfants et pouvions parler avant le stade du miroir on dirait que notre caca c'est (nous). puis on découvre que le caca ça existe (hors de nous).

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • il y a 1 décennie

    Entendre – écouter

    Voir – regarder

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • Anonyme
    il y a 1 décennie

    ..ou est'il vraiment une différence?

    Il y a l'être humain, et l'existence humaine.

    être c'est se manifester, faire présence (pour ne pas dire être présent.-Ce qui est l'est maintenant) ; l'existence est la façon qu'a d'être l'être. lol (au sens que j'ai l'air d'affirmer quelque chose, parce qu'il n'y a rien de marrant! Surtout que je ne suis déjà plus d'accord avec tout ce que je viens de dire! lol -je verrais mieux "être" comme la façon d'être de l'existant, en fait.).

    être grand ou petit implique l'existence des grandeurs,de la mesure et du mesurable ; non, ça ont s'en fout un peu ; mais peut-on mesurer ce qui n'existe pas?

    On mesure bien un manque, et pourtant s'il en manque c'est que, non pas qu'il n'en existe pas assez, mais qu'il n'y en a pas assez. De être on passe à avoir -va comprendre!

    "J'existe!" -oui ; mais "Je suis!" -quoi, comment, où?

    On existe simplement ; mais on est pas simple, rien de ce qui existe l'est.

    Etre : qui, quoi, comment?

    Exister : comment? Mais exister : qui, quoi? -non...

    On est quelque chose et/ou quelqu'un dans tel ou tel état, mais nous n'existons pas quelqu'un ou quelque chose, c'est indicible.

    T'en fais pas trop si j'effectue des sorties de routes, que j'me mange des trottoirs et quelque passants au passage -c'est que je n'ai toujours pas mon permis pour conduire des philomobiles!

    On peut exister sans être, suffit d'être là lool On est vivant ou mort mais jusqu'à un certain point de pourrissement on existe dans les deux cas, tant qu'ont est maintenant là. Ce qui a été, qui n'est plus, peut toujours exister sous une autre forme, jusqu'à un certain point : transformer un châteaux fort fait pour la guerre en musée ; l'humour de Jacquot, en faire recueil de blagues -on change la nature du château fort qui est fait pour la guerre en musée fait pour le maintien du passé, et pourtant le château fort existe toujours tout en n'étant plus un château fort. L'humour de Jaquot, une de ses propriété, existe là où Jacquot n'est pas ou plus -mais son humour (ré)existant, qui dur, sera t-il toujours drôle demain?

    -j'hasarde que l'existence est constante (enfant, adulte, mort ou vivant, j'existe -dans le temps qui m'est imparti) et que l'être est changeant, comme un support pour l'existence. Cette musique existe, elle est: sur un cd, un vinyle, en tête >>>

    Source(s) : . @cool, ta "réponse" jeu-vidéo-ludique sur le Principe d'immanence, Décrolier lol j'ai vraiment apprécié ; mais, je me demande " sur le disque dur... le programme a tout prévu... de notre défaite ou victoire " si ce n'est pas oublier la présence des "bugs", les bugs sont des imprévus -ce sont à la limite des erreurs de programmations ; mais sont exploitables par le joueur, donne de nouvelles possibilités via la technique de jouer, de jeux -ils sont prisés par les joueurs avisés -parfois ils changent la dimension du jeu, comme le straf-jump dans Quake III. Il est des façons de jouer qui ne sont en aucun cas prévues dans le programme, du moins dans sa gestions des événements, ses réponses, comme tu le dits, bien que celui-ci les produises, et que lui même ne s'attendant pas se faire gruger, ne sait plus où il en est -on peut faire la barbe à un programme, je n'ai jamais vu de jeu dans lequel on ne peut pas tromper le jeux. Juste deux exemples: passer au travers d'un murs, ne pas perdre de vie en tombant dans la lave, alors que ce qui est programmé c'est : Tomber/dans/lave = GAME OVER. @c'est clair que pour chercher à mieux être il ne faut pas être à l'aise dans son string qui tend entre l'homme et l'surhomme lol -Un mieux être implique un moins bien être. Si l'être tend nécessairement vers le mieux être, alors tout va bien! ,)
    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • il y a 1 décennie

    Etre c'est investir tout ce que je suis dans le plus profond,l'être est ouverture,accueil,amour inconditionnel,altruisme.

    Je peux exister sans jamais m'investir .

    Mais on pourrait dire aussi mon Être s'investit dans mon existence,et la je vais exister vraiment,Mes actes et ma vie vont apporter une étincelle.Probablement que si chacun d'entre nous vivait ainsi les choses changeraient vraiment.Mais il est sûre que nous ne vivrons que par séquence cette harmonie,mais en être conscient n'est ce pas deja le début d'un changement?

    Source(s) : mon credo
    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • il y a 1 décennie

    pour être il faut avoir la conscience d'exister

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
Vous avez d’autres questions ? Pour obtenir des réponses, posez vos questions dès maintenant.