Feuilleabc a posé la question dans Musique, ciné, tv, loisirsMusiqueClassique · il y a 1 décennie

Quel a été votre plus grand choc esthétique / musical ...?

Bonjour,

En réponse à la question sur la musique classique (comme détente, sic) et ayant noté que beaucoup en étaient heureusement offusqués, je vous pose la question suivante : quel a été votre plus beau moment de concert, récital, ballet, opéra ?

Quel a été ce moment où vous vous êtes sentis transpercés, envahis, emportés ?

Merci pour vos réponses.

Bises.

Mise à jour:

Malka : qui chantait dans Lakmé ?

Bises. Merci pour cette sublime réponse.

Mise à jour 2:

Martin : je ne vais pas te dire le contraire. Vive DADA. :) Oui le Manifeste... Que de vivacité d'esprit, tout de même. Ah, nous sommes bien peu de choses, c'est mon amie la rose qui l'a dit ce matin... Bises.

Mise à jour 3:

Ouh... Que cela va être dur de choisir...

Vous me donnez envie d'aller de ce pas à l'opéra et de demander une place en urgence !

13 réponses

Évaluation
  • il y a 1 décennie
    Réponse favorite

    Bonjour,

    Bigre! Ca y va les questions difficiles en ce moment!!!

    Je dirais la représentation de Porgy and Bess, à Bordeaux, au grand-théâtre. Il doit y avoir presque trente ans. Oeuvre que je pensais ne jamais pouvoir voir sur scène.

    Sinon, dans mes souvenirs, quelques émotions fortes aussi.

    Pour moi ça a été, entre autres, le Sacre du Printemps.

    Indéniablement. Il y a eu un avant et il y a eu un après.

    Et dans la foulée je dirais Amériques, de VARESE.

    Sinon, comment être insensible au Prélude à l'après-midi d'un faune de DEBUSSY?

    J'arrête, car je ne pourrais plus m'arrêter. Bises.

    Source(s) : My man is gone now, Porgy and Bess, George GERSHWIN, Leontyne PRICE soprano: http://www.youtube.com/watch?v=fwh0Urj9HDI&feature... Le Sacre du printemps, Igor STRAVINSKY, direction Pierre BOULEZ: http://www.youtube.com/watch?v=XrOUYtDpKCc Amériques, Edgard VARESE: http://www.youtube.com/watch?v=69rOgWg_-ck&feature... http://www.youtube.com/watch?v=rUMdpQsK-Jw&feature... http://www.youtube.com/watch?v=KkYcx9Cs72Q&feature... Prélude à l'après-midi d'un faune, Claude DEBUSSY: http://www.youtube.com/watch?v=Ncz-D1Vf13M
    • Commenter avatarConnectez-vous pour commenter des réponses
  • il y a 1 décennie

    Chère Feuille

    Ma réponse ne sera peut-être pas de celles que vous attendez.

    Je ne me souviens même pas du morceau de musique en question.

    J'avais cru, aux sommes vertigineuses qu'atteignaient les stradivarius sur le marché, qu'il entrait une part de snobisme dans la réputation de leur incomparable sonorité.

    Or j'eus le privilège d'entendre un virtuose qui jouait sur un authentique stradivarius.

    Je ne me souviens de rien, hormis un son...

    Je me sentis mal et compris que je ne respirais plus depuis un temps que je ne saurais évaluer.

    Je me sentis incommodée par quelque chose qui glissait et s'enroulait autour de mon cou. J'y portai la main et identifiai l'invasion d'un flot de larmes.

    Je dus faire des efforts pour contrôler régulièrement ma respiration et réfréner des sanglots. Pour écouter.

    J'applaudis debout alors que sortaient déjà des auditeurs qui semblaient pressés de rejoindre champagne, buffet et impératifs de mondanités.

    Je n'osai pas croiser le regard du violoncelliste qui, un peu à l'écart, m'observait avec un intérêt manifeste.

    Me cacher, m'enliser dans la foule des amateurs qui écoutent moins la musique qu'ils ne viennent se faire voir, dans "la haute" ?

    ( pardonnez moi le terme.)

    Désolée de ne pas me souvenir du morceau en question.

    • Commenter avatarConnectez-vous pour commenter des réponses
  • il y a 1 décennie

    Le plus grand choc esthétique a sans aucun doute été le premier contact avec les manifestes dada. Soudain, tout le reste de ce mouvement a pris du sens.

    Incidemment, pas mal de choses qui l'ont suivi se sont trouvées irrémédiablement dépréciées.

    Par contre, musicalement, j'ai besoin d'autre chose que de musique classique pour être transpersé jusqu'à Ispahan. Mon enculturation ne m'y pousse guère.

    Source(s) : En fait, quelques paroles assez improbables me transportent et m'envahissent. Parmi elles, celles-ci: Sur un signe du tyran chauve, Les flics gueulent : "Vive Caligula ah ah !" On ouvre la porte des fauves. C'qu'ils ont l'air vaches ces lions-là ! Voici Justin de Numidie, Augustin de Chandernagor, Brutus, rempart de l'Arabie Et Julot le lion de Belfort ! Tout éblouis par la lumière, Ils trébuchent comme s'ils étaient soûls. Ils ont le trac, c'est une première, La presse est là, c'est un gros coup ! (Les frères Jacques, "La vierge éponine".) Quand j'entend "Et Julot, le lion de Belfort", ma gorge se noue. Je ressens la même émotion irrépressible à l'écoute du dernier vers de cette strophe du "Tango interminable des perceurs de coffres forts" de Vian: Les poulets grouillaient comme à Houdan un jour de foire L'Amnésique ému s'est mis à pleurer comme un veau Il ne manquait plus à la basse-cour que les canards Et voilà l'Aurore qu'arrive avec le Figaro
    • Commenter avatarConnectez-vous pour commenter des réponses
  • il y a 1 décennie

    C'est le jour où j'ai entendu pour la première fois le duo "au fond du temple saint" tiré des Pêcheurs de Perles de Georges Bizet. Des frissons jusqu'au sommet de la tête... A mon avis, un des plus beaux duos du répertoire classique.

    www.dailymotion.com/video/x3z8sf_les-pecheurs-de-perles-georges-bize_music

    • Commenter avatarConnectez-vous pour commenter des réponses
  • Que pensez-vous des réponses ? Vous pouvez vous connecter afin de voter pour la réponse.
  • Malka
    Lv 7
    il y a 1 décennie

    "Le Sacre du printemps", chorégraphié par Pina Baush et vu dans la cour du Palais des Papes au festival d'Avignon... c'était magique : la beauté de la musique, de la danse, du décors, du cadre se rencontraient pour un moment de grâce unique.

    Gros choc esthétique et émotionnel !

    Le film de Zeffirelli "La Traviata", vu au cinéma (et une vingtaine de fois depuis) alors que j'étais adolescente.

    Ce film magnifique et magnifiquement chanté a totalement bouleversé les idées préconçues que j'avais de l'opéra et m'a amenée à faire du chant... je lui dois donc beaucoup.

    ... et un petit 3ème pour la route : je dansais dans un spectacle à l'Opéra comique, et j'avais notamment une danse d'inspiration indienne sur le duo des fleurs de Lakmé. Tous les soirs, cette musique me transportait et j'adorais respirer avec cette musique et tenter de donner l'impression que mes gestes en jaillissaient ou flottaient dessus. Quand j'y arrivais, c'était aussi une grosse émotion.

    Source(s) : C'était chanté par Victoria Manso (géniale et sympathique jeune soprano espagnole) et Michèle Lagrange (vieille vache odieuse qui a eu son heure de gloire et qui ne s'en est jamais remise). Leurs deux voix étaient splendides ensemble. Mais le spectacle n'était pas Lakmé dans son intégralité, c'était un montage de plein d'extraits, qui retraçait l'histoire de la salle Favart.
    • Commenter avatarConnectez-vous pour commenter des réponses
  • ...
    Lv 5
    il y a 1 décennie

    Trop dur à cibler...Ca forme un tout, un magma, quelque chose comme ça depuis trop longtemps...

    Je dirai que j'ai eu plus d'une fois la sensation d'un éclatement total du monde, à 15 ans avec "La mort d'Isolde". J'ai découvert Wagner que j'écoutais le matin à l'âge où l'après-midi je demandais encore la permission à mes parents d'aller dire bonjour aux cochons de la ferme voisine (ceci dit je n'ai réellement réussi à écouter et comprendre ses opéras en intégrales que la trentaine venue).

    Connais-tu "Le survivant de Varsovie" de Schoenberg. Je peux le mettre si tu veux...

    Le texte final est emprunté au Deuteronome.

    http://www.youtube.com/watch?v=VH6JyI9DUvo

    Youtube thumbnail

    La seule fois où j'ai vraiment senti comme Dieu au-dessus de moi c'était, vers 23 ans, en écoutant "A Paganini" de Schnittke

    http://www.youtube.com/watch?v=PoBzDVVJnj8

    Youtube thumbnail

    Ce titre du groupe norvégien Satyricon comporte en son milieu une ascension vers la souffrance rarement égalée.

    http://www.youtube.com/watch?v=BkbI4fau7QU

    Youtube thumbnail

    Ma dernière découverte essentielle, c'est le Free Jazz. Albert Ayler, Peter Brotzmann. J'appelle ça la trigonométrie du manque.

    http://www.youtube.com/watch?v=_fZKty2w-eU

    Youtube thumbnail

    • Commenter avatarConnectez-vous pour commenter des réponses
  • Anonyme
    il y a 1 décennie

    Le Dies Irae du Requiem de Mozart chanté par plusieurs chorales locales dans une petite église près de chez moi. C'était loin d'être parfait, mais il y avait une telle passion dans la façon dont ils y mettaient toutes leurs tripes que ça touchait au sublime.

    L'entrée en scène du haute-contre dans la représentation du Carmina Burana à l'abbatiale de Fécamps il y a... longtemps. Perché dans les hauteurs de l'église, sa voix nous arrosait littéralement, comme une fontaine sous laquelle nous nous serions assis... C'était sublime.

    Et dans un tout autre genre, Mr Paganini, chanté par Ella Fitzgerald lors de son dernier concert au Palais des Congrès de Paris (ce devait être en 1991, si mon souvenir est juste...). Relevant tout juste d'une opération cardiaque, elle avait passé tout le concert assise, en faisant des pauses toutes les demie-heures, et pourtant sa voix si pure, si riche, s'élevait identique à l'enregistrement qui me suit depuis que je suis toute gamine, fait dans les années 1960... Une splendeur.

    • Commenter avatarConnectez-vous pour commenter des réponses
  • il y a 1 décennie

    ça va être compliqué mais je pense à un groupede musique vocale qui se nomme "la rose et le laurier". ils sont 3 et à ce jour je n'ai pas trouvé de lien les montrant en live.

    leur truc , c'est le chant des troubadours et la langue d'occitanie, les chants sont merveilleux et joués en plus.

    • Commenter avatarConnectez-vous pour commenter des réponses
  • Georgy
    Lv 7
    il y a 1 décennie

    Le lied de Gustav Mahler " Urlicht " ( Lumière originelle ) Tiré du cycle des Knabenwunderhornlieder. Ce chant est également intégré dans la symphonie no 2 dite la résurrection de Mahler. Ce chant exprime un détachement mystique d'une telle émotion qu'il est impossible de résister. Nous pourrions aussi évoquer la Mort de Boris tiré de l'opéra de Modeste Moussorskys " Boris Goudonov " Expression du délire face à la mort, l'universalité de la condition humaine.

    • Commenter avatarConnectez-vous pour commenter des réponses
  • il y a 1 décennie

    Mes parents étaient mélomanes, mais pour eux la musique s'arrêtait à Wagner…

    (Je suis même allé à Bayreuth à 14 ans).

    Puis un jour , j’avais alors 20 ans, j’ai réussi à les convaincre d’aller voir le Sacre du Printemps à l’opéra, chorégraphié par Béjart.

    Pour un choc, ce fût un choc !

    Il est vrai que le ballet aidait à « faire passer » la musique, mais j’ai rapidement découvert la richesse de celle-ci et c’est grâce à elle que je me suis ouvert progressivement à la musique post-romantique ; pour n’en citer que quelques uns :

    Debussy, Schönberg, Bartok, Messiaen, Berio, Scelsi….

    • Commenter avatarConnectez-vous pour commenter des réponses
Vous avez d’autres questions ? Pour obtenir des réponses, posez vos questions dès maintenant.