Si l'islam avait été une religion pacifique, y aurait-il encore des musulmans ?

Il y a eu en Orient 200 ans après Jésus et 400 ans avant l'islam un "prophète" qui s'appelait Mani. Il est né en Irak en 214 et a été élevé par son père dans une communauté d'elkasaïtes (des judéo-chrétiens très pieux). Quand il était adolescent, il a reçu la visite de l'ange al Tawm... afficher plus Il y a eu en Orient 200 ans après Jésus et 400 ans avant l'islam un "prophète" qui s'appelait Mani.

Il est né en Irak en 214 et a été élevé par son père dans une communauté d'elkasaïtes (des judéo-chrétiens très pieux). Quand il était adolescent, il a reçu la visite de l'ange al Tawm (son ange-jumeau, "ce sublime miroir de moi-même" comme il l'a décrit), qui lui a révélé sa mission. Plus tard, retour de l'ange, et Mani accepte cette mission. Il quitte la communauté et part enseigner vers le Pakistan, où il commence à convertir des gens, jusqu'au roi de Touran. Puis il revient en Irak où il convertit un des frères du roi perse Shapour. Intéressé, Shapour le convoque et Mani lui expose sa mission, plus tard il mettra tout par écrit dans un livre, le "Shapurakan" (littéralement "lettre à Shapour").

Le roi ne se convertit pas (il est lui même zoroastrien) mais lui accorde sa protection, l'autorise à enseigner sa religion dans son empire et créer des communautés manichéennes. Mani passera sa vie à organiser ainsi son Eglise, sur le modèle des Eglises chrétiennes.

Il se présente lui-même comme de dernier prophète, celui qui vient compléter la révélation de Moïse, de Zarathushtra, de Bouddha et de Jésus. Il écrit : "Celui qui a fondé son église en Occident (= Jésus) n'a pas atteint l'Orient, celui qui a fondé son église en Orient (= Bouddha) n'a pas atteint l'Occident, moi je viens annoncer la Révélation pour toute l'humanité." Sa religion croit en Dieu qui est le Bien, et au Mal contre lequel Dieu lutte et finira par triompher. Les hommes doivent se rapprocher de Dieu par la sagesse et la perfection morale.

Les prêtres mazdéens n'aimaient pas ce concurrent. Tant que Mani a eu la protection de Shapour, il a pu enseigner tranquille. Après la mort de Shapour le Grand Mobedh Kartir a convaincu le nouveau roi de faire aqrrêter Mani, qui fut condamné et exécuté. Mais son église a un temps prospéré. Elle s'est répandue en Iran, en Asie, en Chine, mais aussi dans l'empire romain, où elle rivalisa avec le christianisme. En Afrique du nord Saint Augustin, avant de devenir chrétien, fut 10 ans manichéen.

Le manichéisme resta toujours pacifique et non violent. Pas d'armées, pas de conquêtes sanglantes, pas d'extermination ou de soumission d' "infidèles" par le fer et le feu. Résultat : il disparut d'Europe, d'Afrique et du Moyen Orient en quelques siècles, persécuté par les chrétiens et les mazdéens. Il réussit à se maintenir en Chine jusqu'au XIIe siècle. Aujourd'hui, il a disparu...

Finalement, Mani a-t-il eu tort de vouloir rester pacifique et non-violent ? Si Shapour l'avait banni, l'obligeant à s'exiler et à fonder une communauté vivant de pillages dans une oasis retirée, et gagnant en puissance au point de devenir une armée redoutable, la face du monde actuel aurait-elle été changée ?
Mettre à jour: J'ai mal orthographié le nom de son livre principal : c'est le Shaburagan.
14 réponses 14