Anonyme
Anonyme a posé la question dans Politique et gouvernementImmigration · il y a 1 décennie

Antisionisme, contester la politique actuelle d'Israël ou nier aux juifs le droit d'avoir une terre d'accueil?

Mise à jour:

masavapa... ce qui signife pour l'antisionisme ?

17 réponses

Évaluation
  • il y a 1 décennie
    Réponse favorite

    Je pense que chacun se fait sa propre définition, mais pour moi, c'est refuser que les juifs aient un terre.

    Après, si je suis catalogué du coup comme sioniste, je n'en désapprouve pas moins la très mauvaise politique d'Israel.

    • Commenter avatarConnectez-vous pour commenter des réponses
  • il y a 1 décennie

    ne pas nier non plus le droit aux palestiniens d'avoir eux aussi une terre

    • Commenter avatarConnectez-vous pour commenter des réponses
  • Anonyme
    il y a 1 décennie

    etre antisioniste ne veut rien dire en tant que tel..

    par contre etre antifasciste a tout son sens dans un pays qui applique une politique d'expansion (de fait) , c'est à dire que n'importe quel sioniste plante un drapeau en cisjordanie et par la volonté "divine" cela devient une terre israelienne...

    sa un nom et sa s'appelle "l'espace vital" non...

    théorisé par on sait qui et reprit par le gouvernement et les fascistes israeliens...

    ensuite j'invite tout le monde à constater cette état de fait dans la ville d'hébron..

    a cause d'une minoritée d' extremistes, la majorité palestienne vit sous couvre feu, na pas le droit d' acceder à certaine partie de leur propre ville, car une lois israelienne dit qu'il faut proteger tout juif ou qu'il soit...

    donc prennons le probléme à l'envers..

    paris quartier du sentier la population se déclare en terre israelienne, supportierz vous que l'armée israelienne debarque encercle le quartier et ne laisse personne y accéder, oui nous les français .....

    et bien ceci est imaginaire mais ce serait exactement le même cas de figure...

    ensuite on nous fait croire que israel est un pays pacique qui fait que se defendre ...

    excusez moi mais ce raisonnement ne peut atteindre que les esprits simples..

    http://boulesteix.blog.lemonde.fr/files/2009/01/jp...

    http://images.google.fr/imgres?imgurl=http://pac.r...

    donc voila la politique du fait accompli du gouvernement israelien, sachant que cette colonisation est de fait un frein à la creation d'un état palestinien car il faut savoir que chaque colonie est lié aux autres par des routes qui dit route dit chekpoint qui dit chekpoint dit armée qui dit armée dit destruction et mort...

    voila ensuite je vous parlerai de la bataille des mots que les israeliens menent en cachette...

    les israeliens depuis 20 ans joue sur les mots et c'est comme cela qu'alors on ne parlait que de palestiniens avant 1992 1993, aujourd'hui ils parlent des "arabes" palestiniens..

    suivez bien car là est surement une de leurs plus horribles création..

    un palestinien on le rattache à une terre "la palestine"

    mais un arabe palestinien on le rattache à quoi ....

    aux pays arabes d'abord.. donc dans les esprits simples un arabe palestinien pourrait etre aussi bien dans un pays arabe qu'en palestine non vu que pour eux ils sont arabes avant d'etre palestinien .....

    ce qu'ils oublient de dire c'est qu'il faut voir la situation des refugies palestiniens au liban ou en egypte ou en jordanie...

    ils vivent dans des camps ou la population locales les acceptent très difficilement..

    ensuite nous ne sommes pas dupe de leurs sois disant envie de faire la paix ..

    comment vopuloir faire la paix alos qu'ils sont entrain de detruire l'identité palestinienne, comment vouloir faire la paix lorsqu' ils morcellent le territoire de cisjordanie, comment faire la paix lorsqu'ils tuent des femmes et des enfants innocents, comment faire la paix lorsqu'ils baffouent les conventions internationales, les resolutions de l'ONU etc...........

    alors messieurs les tyrans sionistes nous ne sommes pluent dupe et ceux qui soutiennent israel inconditionnellement (usa europe ) sont complices de crime contre l'humanité...

    examinez les politiques rascistes du 3éme reich et celles d'israel et vous y trouverez des points communs ..

    Source(s) : J' ATTEND TA REPONSE A MOINS QUE .......
    • Commenter avatarConnectez-vous pour commenter des réponses
  • il y a 1 décennie

    il n'y a pas besoin d'être en anti quoique ce soit

    pour comprendre qu'il n'y a pas de terre réservé à une religion

    Les gens vivent dans un pays et ils sont citoyen de ce pays

    pourquoi donner une terre pour une religion, c'est du n'importe quoi.

    C'est prendre les gens pour des cons.

    • Commenter avatarConnectez-vous pour commenter des réponses
  • Que pensez-vous des réponses ? Vous pouvez vous connecter afin de voter pour la réponse.
  • il y a 1 décennie

    ...quelque soit le gentil ou le méchant, obtenir quelquechose par la violence est lâche !

    • Commenter avatarConnectez-vous pour commenter des réponses
  • Anonyme
    il y a 1 décennie

    Sionisme, fermer avec aveuglément les yeux sur la politique d'oppression d'Israël ou nier aux Palestiniens le droit à vivre librement et en paix sur LEURS terres ?

    • Commenter avatarConnectez-vous pour commenter des réponses
  • il y a 1 décennie

    non je pense que antisionisme ce n'est pas refuser aux israëliens d'avoir une terre car chaque peuple à le droit d'avoir une terre c'est surtout ne pas accepter que les droits des peuples à l'indépendance ne soient pas bafoués et aussi trouver inacceptable l'expansion territoriale d'Israël et les traitements concernant les populations

    Après c'est difficile c'est assez brouillé j'avoue ne pas comprendre vraiment en profondeur

    • Commenter avatarConnectez-vous pour commenter des réponses
  • Anonyme
    il y a 1 décennie

    SIONISME, subst. masc.

    Mouvement politique et religieux né de la nostalgie de Sion, permanente dans les consciences juives depuis l'exil et la dispersion, provoqué au XIXe s. par l'antisémitisme russe et polonais, activé par l'affaire Dreyfus, et qui, visant à l'instauration d'un Foyer national juif sur la terre ancestrale, aboutit en 1948 à la création de l'État d'Israël. Sionisme religieux, socialiste. Il est (...) plus d'une sorte de sionisme: sionisme sentimental et philanthropique, sionisme « culturel », sionisme politique, d'accord seulement sur la renaissance de l'« ethnos » d'Israël et sur ses possibilités d'avenir (WEILL, Judaïsme, 1931, p. 68). Ce petit livre [l'État juif] est comme le faire-part de naissance du sionisme politique, celui pour lequel Herzl luttera sans trêve, pendant les huit années qui lui restent à vivre (R. NEHER-BERNHEIM, Hist. juive de la Renaissance à nos jours, Paris, Durlacher, t. 2, 1965, p. 372).

    REM. 1. Antisionisme, subst. masc. L'antisémitisme est l'expression consacrée pour désigner exclusivement la haine des juifs à travers les siècles. Les années 60 ont forgé un autre mot pour désigner une forme déguisée de cette haine gratuite: l'antisionisme (L'Arche, oct. 1986, p. 66, col. 1). 2. Antisioniste, adj. et subst. Comité soviétique antisioniste (Agence télégraphique juive, 10 oct. 1986, p. 2, col. 2-3).

    Prononc. et Orth.: []. Att. ds Ac. 1935. Étymol. et Hist. [1886 (d'apr. ROB., s. réf.)] 1897 (DRUMONT ds La Croix, Suppl., n o 4405, 31 août, p. 1 c: la question du Sionisme ou le rétablissement d'un État juif); 1898 (Le Figaro, 10 juin ds Studier i modern Språkvetenskap, t. 1, 1898, p. 19: rabbin Mohilever, le fondateur du sionisme); ca 1899 (Gde Encyclop. t. 25, p. 871a). Empr. à l'all. Zionismus, mot créé par l'écrivain Nathan Birnbaum (1864-1937, pseudonyme: Mathias Acher) en 1886 dans sa revue Selbstemancipation (KLEIN Etymol., s.v. Zionism et Lexikon des Judentums, s.v. Zionismus); dér., au moyen du suff. -ismus (-isme*), de Zion « Sion, nom d'une des collines de Jérusalem, puis, p. ext., de la ville elle-même » (hébr. biblique ).

    DÉR. Sioniste, adj. et subst. a) Adj. Qui est relatif, qui est propre au sionisme. Mouvement, programme sioniste; congrès, exécutif sioniste. L'idée sioniste a ses lointaines origines dans les antiques prophéties messianiques (Ezéchiel, Isaïe II, etc.) qui associaient à l'espoir du retour à Sion des tribus dispersées, la vision de la paix universelle (E. FLEG, Anthologie juive, Paris, Flammarion, 1951, p. 639). L'organisation sioniste mondiale a été fondée à Bâle en 1897 sous l'impulsion directe de Theodor Herzl (MEYNAUD, Groupes pression Fr., 1958, p. 334). b) Adj. et subst. (Celui) qui adhère à ce mouvement. Délégué, dirigeant sioniste; penseur sioniste. Le premier geste des sionistes sur la terre des ancêtres fut d'attester par un symbole cette résurrection de l'esprit et de la langue juive. Là-haut, sur le Mont des Oliviers (...), ils ont posé douze pierres autant que de tribus d'Israël les douze pierres de fondation de l'université hébraïque (THARAUD, An prochain, 1924, p. 232). Il y a des pays sur lesquels on a une foule d'opinions avant d'y avoir mis les pieds; et qui, les pieds mis, vous désarçonnent et chamboulent vos a priori. C'est ce qui s'est passé entre Israël et moi qui ne suis pas juive, et pour qui le mot sioniste rimait avec expansionniste (Femme pratique, mars 1980, n o 199, p. 4). []. Att. ds Ac. 1935. 1res attest. [1886 (d'apr. ROB., s. réf.)] 1898 subst. (C. WAHLUND ds Studier i modern Språkvetenskap, t. 1, 1898, p. 19: en 1897 a eu lieu, à Bâle, un Congrès des sionistes); 1898 adj. et subst. (La Libre Parole, 31 août ds Hist. de France à travers les journaux du temps passé, La Belle époque, 1898-1914, éd. A. Rossel, p. 35: le deuxième congrès sioniste [...] les sionistes); de sionisme par substitution de suff. (-iste*), cf. l'angl. Zionist (1896 ds NED). Fréq. abs. littér.: 13.

    l'imbécile qui m'a collé un pouce en bas devrait se présenter à l'académie française afin de réécrire la définition des mots puisque les définitions ne lui conviennent pas . bon courage à lui ou elle .

    Source(s) : l'Académie française .
    • Commenter avatarConnectez-vous pour commenter des réponses
  • il y a 1 décennie

    Ta question n'est que la reprise de la maniplulation sioniste la plus courante.

    • Commenter avatarConnectez-vous pour commenter des réponses
  • il y a 1 décennie

    Alors pourquoi appeler "terroristes" ceux qui se battent contre l'occupant qui leur vole leur terre et pourquoi les Palestiniens qui vivent là depuis des siècles et des siècles n'auraient-ils pas droit à un état libre et indépendant ? Ce n'est malheureusement pas qu'une question de "mots" à employer mais d'une réalité COLONIALE qui se fait devant le monde entier dans un silence assourdissant !!!. Honte à nous tous !

    • Commenter avatarConnectez-vous pour commenter des réponses
Vous avez d’autres questions ? Pour obtenir des réponses, posez vos questions dès maintenant.