Qui connait Eric BESSON (qui a grandi au Maroc) ? «Monsieur Expulsion» ou «Ministre des Relations Nord-Sud»?

Le jour du premier tour de la présidentielle, il annonce officiellement son ralliement à Nicolas Sarkozy, un «homme d’action», qu’il juge «le mieux préparé, le plus qualifié et le plus cohérent» de tous les candidats. Chargé de structurer le «pôle de gauche» de la nouvelle majorité, il est la figure de proue de... afficher plus Le jour du premier tour de la présidentielle, il annonce officiellement son ralliement à Nicolas Sarkozy, un «homme d’action», qu’il juge «le mieux préparé, le plus qualifié et le plus cohérent» de tous les candidats.
Chargé de structurer le «pôle de gauche» de la nouvelle majorité, il est la figure de proue de la politique d’ouverture. Sarkozy ne se montre pas ingrat et, le 18 mai 2007, le nomme secrétaire d’État à la Prospective.

Dans les rangs de ses anciens camarades, c’est une levée de boucliers : du jour au lendemain, Besson devient le «traître», le «félon».
Même s’il affirme avoir conservé de nombreux amis au PS, beaucoup l’accusent d’avoir brûlé ses convictions sur l’autel de l’ambition.

Et ce n’est pas sa double nomination au ministère de l’Immigration et au secrétariat général adjoint de l’UMP, le parti au pouvoir, qui risque d’améliorer son image dans l’opposition !
Mais l’intéressé n’en a cure : ni regrets ni états d’âme. «Nietzschéen jusqu’au bout, je suis par-delà le bien et le mal», dit-il.
S’il a rompu avec le PS, c’est parce qu’il était fatigué de l’«angélisme» de ses petits camarades, ces «bobos bien-pensants» qui s’arrogent le monopole de la morale.

Arrondir les angles
= = = =
Fin 2008, il a été «très étonné» de se découvrir dans la presse en possible successeur d’Hortefeux.
Avant d’accepter, il a longuement réfléchi. Peut-être craignait-il de se retrouver en porte-à-faux… avec lui-même.
En janvier 2007, n’avait-il pas durement critiqué la politique migratoire de la droite dans un livre intitulé "Les Inquiétantes Ruptures de M. Sarkozy" ?
Lui à qui «les chefs d’État africains téléphonent à la maison» pour parler à sa femme, Sylvie Brunel, géographe et ancienne présidente d’"Action contre la faim", craignait peut-être aussi de ne pouvoir reprendre à son compte le discours très controversé prononcé à Dakar par le président de la République.

Pas sûr, enfin, que Besson défende avec autant de pugnacité que son prédécesseur le recours aux tests ADN pour les candidats à l’immigration.
Quand on lui demande s’il envisage de signer le décret d’application, il reste évasif :
«Je ne sais pas, cela dépendra de ma capacité à traduire à la fois l’esprit et la lettre de la loi.»
Il attend d’avoir «la conviction absolue que tout a été fait sur le plan éthique et sur celui des réalisations concrètes».
Tenterait-il de gagner du temps pour mieux enterrer le projet ?

« Hortefeux souffrait d’une mauvaise image, trop franco-française. Lui saura arrondir les angles, faire la démonstration de sa sensibilité et de son ouverture au monde », estime l’un de ses proches.

Bref, Éric Besson ne veut pas être le «Monsieur Expulsion» de la République. Il se verrait bien dans le rôle d’un «ministre des Relations Nord-Sud».

Recentrée sur le développement solidaire et l’intégration, sa stratégie de communication va manifestement dans ce sens.

«Je souffre de voir à quel point notre politique d’immigration est caricaturée. On passe son temps à crier au fascisme, c’est insupportable», répète-t-il.

Et d’énumérer les chiffres : chaque année, la France accueille 200 000 étrangers en situation régulière et en naturalise 100 000 autres.

Elle est le pays européen le plus généreux en matière de droit d’asile…

Mais le chiffre que retient l’opinion reste celui des reconduites à la frontière : 27 000 d’ici à la fin de l’année. « La France n’est pas le monde de Walt Disney », répond Éric Besson. Sans doute, mais pour ceux qui l’ont hué lors de l’inauguration de la Cité de l’immigration ou lors d’un récent passage à Évry (à l’invitation de Manuel Valls, le maire socialiste), il a toutes les apparences du grand méchant loup.
8 réponses 8