Ladymiaou a posé la question dans Grossesse et enfantsÉducation · il y a 1 décennie

Question un peu bête : avez-vous eu des appréhensions quant à l'éducation de vos enfants, selon leur sexe ?

Je précise :

Je suis une femme (sans blague !) et j'ai contribué à l'éducation de ma petite soeur, avec laquelle j'ai pas mal de différence d'âge... donc je me sens (relativement) au point sur l'éducation d'une petit fille...

J'attends un bébé pour les jours qui arrivent et je me demande, si c'est un p'tit mec, si je saurai faire face.

Bien sûr chaque enfant est différent, et rien n'oblige à appliquer des principes d'éducation différents selon le sexe de l'enfant, mais je pense qu'on a tous des images et des a priori à l'esprit.

Je me demandais donc si je suis la seule à me demander si je serai capable d'accompagner un p'tit mec dans son développement autant qu'une petite fille...

Vous avez ressenti ou vécu ça une fois bébé arrivé (et qu'il avait grandi surtout ?) ??

Mise à jour:

C'est rassurant de voir que je ne suis pas la seule future maman à me poser ce genre de questions existentielles...

Mise à jour 2:

@Alexminete : non je ne sais vraiment pas si c'est garçon ou fille. Tout notre entourage est persuadé qu'on sait mais qu'on fait semblant de ne pas savoir ...

J'ai bien une intuition, mais aucune certitude. :-)

15 réponses

Évaluation
  • il y a 1 décennie
    Meilleure réponse

    C'est un excellente question ma Lady!

    Moi, j'appréhendais celle d'une petite fille, ayant moi même eu quelques conflits avec ma mère et me sentais beaucoup plus à l'aise avec l'éducation d'un petit garçon (car moi aussi j'ai beaucoup de différence avec mon frère et du coup je m'en suis occupée pas mal... puis de nombreuses expériences de baby- sitting aussi avec des garçons)

    Il s'est avéré que ce fut une fille. Dès que j'ai su, j'ai pu ainsi me faire à "l'idée" et me préparer à l'avenir avec mon enfant et ça se fait très sereinement même si au début je craignais plus avec une petite fille. Quand la puce est née, tout s'est déroulé simplement sans de questionnements plus approfondit, car à partir du moment où tu sais le sexe, le schéma se fait tout seul et consciemment et inconsciemment...

    Et au bout de compte tu te rends compte que fille, ou garçon, le plus important reste ce que tu veux qu'il apprenne de toi, de la vie, peu importe son sexe ;0)

    Les questions, et inquiétudes que j'avais enceinte, ont complètement disparues à la naissance de ma fille. Et aujourd'hui, pour rien au monde, je voudrais qu'elle soit un petit garçon!!! lol!

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • Anonyme
    il y a 1 décennie

    Chaque enfant, indépendamment de son sexe, est différent et réagit de façon originale.

    Tu as l'exemple de ta petite soeur, mais tu ne pourras pas appliquer les mêmes principes si tu as une petite fille, car ce sera un enfant différent, les conditions seront différentes, et toi tu es différente. Déjà tu seras la mère, pas la soeur !

    Ce que je veux dire, c'est qu'à chaque nouvel enfant (j'en ai eu 4) on se retrouve "débutant" et il faut improviser : d'ailleurs c'est ça qui est merveilleux !

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • J'ai passé plus de 5 mois & demi (hé oui, j'ai su le sexe tardivement, car le planning des échos à la mater était hyper chargé) à me dire que ce serait un garçon, à me demander si je serai à la hauteur, comment je ferai pour lui apprendre à faire pipi debout ... & puis, l'absence du père, pas de référence paternel, si je devrai le faire immédiatement suivre par un pédopsy.

    Les rares personnes au courant me disait que je le portais comme un garçon & que vu que je mangeais salé alors que d'ordinaire je suis sucré ... enfin bref, tous les "on dit"

    J'ai donc mis toute mon énergie à aimer ce petit garçon mais le désir inconscient d'avoir une fille ne devait pas avoir disparu puisque lors de l'annonce du sexe, je n'ai pu m'empêcher de hurler de joie ... mais j'avais du mal à y croire.

    J'ai même rêvé que c'était une erreur. Du coup, à la dernière écho, je lui en ai parlé & il m'a dit : "en plus de 20 ans de métier, je ne me suis jamais trompé. On va revérifier & si c'est votre rêve qui a raison, je viens vous refaire les papiers peints"

    Il était vraiment super sympa cet échographiste & il était très pro ^^

    Pour l'éducation, hé bien, je savais juste que je ne voulais pas de fessée mais j'étais encore profondément marquée par l'éducation que j'ai reçu. Jusqu'au 1 an de ma fille, j'ai fait beaucoup d'aller/retour entre mes désirs & les automatismes hérités de mon enfance ... & puis une personne m'a ouvert les yeux & depuis, j'ai pris le chemin qui nous convient, mais ce n'est pas toujours évident.

    Rooooooooo ça y est, je suis toute zémotionnée

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • il y a 1 décennie

    je me suis sentie tout de suite très à l'aise avec mon fils, puis son frère (normal, me direz-vous, je savais déjà plus ou moins comment ça fonctionnait...)

    par contre, je me suis sentie toute perdue quand j'ai su que j'attendais une fille... genre "mais comment ça fonctionne les filles?".

    Il faut dire que j'avais l'exemple -détestable pour moi- de toutes les petites filles de mon entourage : ça chouine, ça minaude, ça piaille, ça chochotte à qui mieux mieux., ça veut des robes qui tournent avec plein de paillettes dessus .. et là, je me disais que ça allait pas forcément être évident...

    et puis elle est arrivée, et ça roule tout seul... J'en suis même à me demander si finalement, le minaudage, le chochottage et le piaillage intempestif ne sont pas induits inconsciemment par les mères, qui pensent qu'une fille se doit d'être ainsi (le fameux "les garçons ça chouine pas vs les filles ça chouine pour un oui pour un non"....)

    bon, d'accord, elle veut des robes roses de princesse avec des paillettes dessus :-), mais étant la cadette de 2 grands gaillards ados, pas forcément "tendres" et parfois gros bourrins, elle peut pas vraiment se permettre de chochotter....

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • Que pensez-vous des réponses ? Vous pouvez vous connecter afin de voter pour la réponse.
  • il y a 1 décennie

    je me suis d'autant plus posée cette question que je me suis retrouvée toute seule à élever un ptit mec (son père est parti quand je suis sortie de la maternité, lucas avait 12 jours)

    je me serai vu plus à l'aise avec une fille mais j'ai (comme beaucoup ont déjà dit) fait confiance à mon instinct et lucas a été aussi assez facile à élever

    j'ai été seule jusqu'à ses 3 ans et je ne crois pas en avoir fait un cas social même s'il a du manquer d'un repère masculin (qu'il a bien comblé depuis avec mon chéri qui est devenu son papa)

    mais au fait, tu sais vraiment pas si c'est un garçon ou une fille ???!!!

    allez bonne soirée !!!

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • il y a 1 décennie

    Je n'avais pas d'"à priori" Par contre les autres en avaient pour moi... Les "Tu verras les petites filles, c'est comme ça...", "Les p'tits mecs ne font pas ça..." Mais comme je n'ai jamais eu d'enfants, je fais pour l'instant au feeling...

    Par contre j'ai revu mes priorités en matière d'éducation car comme dit plus haut, chaque enfant est différent et réagit à sa façon... Je crois que Nola m'a ouvert l'esprit, je me croyais plus ou moins rigide, je suis une vraie pâte en fait. Je ne sais pas si c'est une bonne ou mauvaise chose, j'espère ne pas en faire une capricieuse mais mon instinct me guide avec un minimum de règles tout de même...

    Allez, J-2 ma belle, courage ! :-)

    @jout : tu nous diras si ton intuition était la bonne?

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • il y a 1 décennie

    Mon homme avait exactement la même appréhension, étant persuadé qu'il ne saurait pas y faire avec une fille... Ouf, c'est un mec !!

    Pour ma part, j'ai bien évidemment de l'appréhension quant à l'éducation de mes enfants, indifféremment garçons ou filles...

    Mais, au début, la différence n'est pas si grande (à part pour la toilette) et tu as tout le temps d'apprendre à connaître son caractère, au fur et à mesure de son évolution, donc je ne pense pas que ça change grand'chose...

    Evidemment, à l'adolescence, ça risque de se compliquer un peu plus, et les problèmes seront différents en fonction du sexe. Différents, mais sans doute aussi compliqués à gérer les uns que les autres.

    Bon, sur ce je vais prendre un bain, j'ai l'impression que je vais exploser aujourd'hui et j'ai des aigreurs horribles, espérons que ça me soulage un peu de la gravité.

    Biz'

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • il y a 1 décennie

    pas du tout pour ma part, je pense que l'education se fait au feeling quelque soit le sexe, il faut en parler avec son conjoint pour etre relativement d'accord sur la ligne de conduite a adopté, ensuite bah y'a plus qu'a.

    par contre je te dis ca maintenant mais repose moi la question dans 14 ans, on verra...

    bizzz

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • il y a 1 décennie

    Je ne sais pas pourquoi mais je ne me sentais pas d'élever un garçon et j'ai eu 2 filles ! J'avoue que quelque part je me suis sentie " soulagée ".

    Evidement si elles avaient été des garçons je les aurais aimé tout autant ...

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • Mag
    Lv 6
    il y a 1 décennie

    Tu as de ces questions existentielles Ladymiaou. Whouahhhh. lol

    Bon, pour tout t'avouer, j'avais une appréhension à l'idée d'attendre un petit garçon et j'ai été soulagée à l'idée que ce soit une fille.

    Une fille, c'est plus proche de ma nature, plus proche de ce que je suis, plus proche de la relation que j'ai eu avec ma propre mère. Je suis donc rassurée à l'idée d'attendre une petite fille pour un premier bébé. Car, je pourrais retransmettre la relation mère-fille que j'ai vécue avec ma propre mère. J'ai déjà un exemple concret. Pour un premier enfant, je trouve que cela me facilitera grandement la tâche.

    Maintenant, si ça avait été un garçon, je me serais adaptée bien évidemment.

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
Vous avez d’autres questions ? Pour obtenir des réponses, posez vos questions dès maintenant.