Segel
Lv 7
Segel a posé la question dans Politique et gouvernementPolitique · il y a 1 décennie

Les politiques n'ont vraiment aucun intérêt à ce que l'on s'émancipe. Pourquoi les soutenons nous alors ?

Si on regarde bien, aucune personnalité politique n'a intérêt à ce que l'on commence à penser par soi-même, mais à ce que nous restions du gentil bétail.

Pourquoi ne leur donnons nous pas tort pour une fois ?

Mise à jour:

En commençant par exemple par éviter de rentrer dans des logiques du genre 'faire barrage', 'éviter que l'autre soit élu', etc ... mécanisme de nature clairement manipulatrice ...

10 réponses

Évaluation
  • Anonyme
    il y a 1 décennie
    Réponse favorite

    Parce qu'en bon orateur qu'il est, le politique ne manipule pas uniquement les mots, les paroles mais aussi les ESPRITS pour contrôler son peuple... Pour cela il utilise un outil assez dangereux (oui et je pèse le mot) que l'on nomme MEDIAS pour véhiculer peur, désir, intox, propagande etc...Ce sont les idéologues, les pourvoyeurs d'utopie ou autres mensonges,gobés par plusieurs générations dans tous les pays du monde.

    Le pouvoir ne souhaite pas que les gens comprennent qu'ils peuvent provoquer des changements.

    Noam Chomsky

    • Commenter avatarConnectez-vous pour commenter des réponses
  • il y a 1 décennie

    Il faut à nouveau faire un brin d'Histoire sociologique de l'hexagone (à l'époque où il n'en était pas encore un sur aucune carte d'Europe)..

    Jusqu'à Henry IV, l'ancien régime était tout entier fondé sur le mérite et la bravoure (noblesse)..

    Henry IV fut le premier roi de France à confier de très hautes responsabilités politiques a des bourgeois (protestants), les faisant donc directement passer par dessus les lois dites "de préséance nobiliaire".. Ceci fut la toute première révolution française (dont on n'a pas idée de l'ampleur aujourd'hui -essentiellement pour des raisons d'enseignement idéologique- et elle fut initiée par.. Le roi lui-même, qui tua la féodalité de toute la haute noblesse ancestrale pour la remplacer progressivement par une nouvelle aristocratie française, de nature "pré-jacobine" et donc de principes tout différents..)

    Mazarin, plus tard, amplifia considérablement le mouvement, essentiellement pour contre-carrer "la fronde" de la haute noblesse française qui, en toute raison, n'acceptait pas de voir la vieille pyramide féodale (qui n'avait pas que des défauts) s'écrouler par le haut.., au seul bénéfice de la dictature directe d'un roi, devenant progressivement quasi tout puissant sur tout le monde (qu'il achetait désormais), sans plus aucun contre-pouvoir réel, hors les parlements de Provinces à leur tour mis sous tutelle via les nouvelles prérogatives des "lits de justice"..

    Louis XIV n'avait plus qu'à continuer le mouvement en commençant à fonctionnariser à outrance, et très officiellement, toute la haute aristocratie française (comprenant désormais une "haute noblesse" surtout de nom, de plus en plus embourgeoisée et intrigante), centralisée au chateau-théâtre-lupanar (national) de Versailles..

    Voila pour "le haut"..

    Mais il restait.. Tout le reste... Car Louis XV déjà, commencait à s'apercevoir que le mouvement d'embourgeoisement du gouvernement français, initié par Henry IV (le protestant), qui avait ouvert la boite de pandore, touchait maintenant de plus en plus de monde.. Et retombait "en pluie" jusqu'aux champs des laboureurs de toute la "France d'en bas"...

    Louis XV embourgeoisa donc à son tour à tout va, en commencant par toute l'armée, via toute une batterie de réformes progressives dont celle des "quartiers de noblesse" exigés pour les grades d'officiers, de façon à en permettre l'accès aux membres du tiers état, de plus en plus nombreux à vouloir "changer de condition" par "achats de charges et de brevets" divers..

    Dans le même temps était aussi partout observé dans le royaume la survenue en masse des "bourgeois gentilhommes" acteurs de "la fausse noblesse", s'inventant titres et lignées pour "faire style"..

    Au point que Louis XVI en exigera le "référencement dument répertorié"... C'est dire!...

    L'étude approfondie des Etats généraux montre de façon criante une très forte poussée de la volonté d'embourgeoisement dans presque toutes les provinces..

    Mais ce qui est absolument typique à la France c'est que toute cette "poussée émancipatrice" constatée à travers les "cahiers de doléances" ouverts partout sur ordre de Louis XVI, n'est nullement dirigée que contre une certaine noblesse (de plus en plus fausse d'ailleurs..) mais aussi, pour ne pas dire avant tout, contre les impots qui étaient de plus en plus perçus comme des ralentisseurs de l'embourgeoisement général du tiers état des "bourgs" et des villes (encore très petites à l'époque), hors monde rural comprenant encore plus de 80% des français lors du "recensement général des peuples et populations du royaume" de 1788..

    Car le vrai clivage de "la France d'en bas", à l'époque (il se poursuivra très longtemps, et pour ainsi dire jusque dans la seconde moitié du XXèm siècle..), est essentiellement celui des dits "m'as-tu vu" des bourgs contre celui des dits "culs terreux" de villages.. Il ne faut pas le perdre de vue...

    La révolution française est donc d'abord et avant tout une révolution de la moyenne bourgeoisie (relativement récente à l'époque) et aussi d'une partie de la petite bourgeoisie en voie d"'émancipation" contre une certaine aristocratie de "parvenus" (qu'il serait une erreur de confondre avec la vieille noblesse antérieure), tout simplement pour en prendre la place dans un historique "hote toi de là que je m'y mette"!.. Mais aussi et il ne faut pas le sous estimer, contre ce qu'elle appelle "le populo" au contact duquel elle se trouve encore "trop mélée" (elle en sort tout entière..), qu'elle renie (il lui fait même horreur..) et dont elle veut à tout prix se démarquer, tant aussi elle s'en méfie comme de la peste..

    Tout le chapitre de la "grande terreur" de 1793 n'est qu'une parfaite illustration de la légalisation de ces haines mutuelles et donc de ces peurs (qui n'ont au fond toujours pas disparu des psychologies.. Il n'est que de les constater avec un minimum d'attention aujourd'hui encore, jusque sur Yahoo Q/R...)

    Au fond, ce que voulait la France révolutionnaire des "sans culottes" (environ un quart des populations françaises) ce n'était absolument pas la disparition de la pyramide sociale, bien au contraire, mais une sorte d'égalitarisme fondamental de tous "au départ", que les concepts de liberté Voltairienne (de pouvoir aussi marcher sur le nez de son voisin au besoin) et de "fraternité":. (sans père..) se devaient d'accentuer encore, en fait et surtout pour que les plus malins puissent seuls, à force d'instrumentalisations de tous les gogos, parvenir tout en haut (de la dite pyramide) pour s'y battre allégrement en duel (enfin plutôt à grands coups de guillotine..), toujours officiellement au nom de "l'intéret supérieur de la nation"...

    Et c'est là qu'on envoie le potage de la marseillaise..

    Que de la daube en réalité...

    Je n'ai hélas pas assez de temps maintenant pour développer plus, ni même pour me relire et te rendre tout ça un peu plus digeste, dsl

    En bref on est rendu là à des années lumière de la vraie Démocratie, de la vraie Fraternité et de la vraie Liberté qui en découle.. Il faut en être bien conscient..

    Quant à l'égalité elle ne peut jamais être que celle de l'application des lois concernant tout le monde, en matière civile, correctionnelle et criminelle..

    NB: l'institutionnalisation constitutionnelle de la "représentativité" rendue exclusive est par nature l'exact contraire de toute volonté d'émancipation politique qu'elle est justement chargée d'empécher en la "représentant" perpétuellement.. Auprès de personne..

    L'exécutif, par le jeu à l'infini des majorités d'élimination, devenant une forme de dictature élective qui ne dit pas son nom..

    Et ne parlons même pas des "syndicats fluidifiés" et des partis au seul usage des carrieristes roués de "la politique" dite "nationale"...

    • Commenter avatarConnectez-vous pour commenter des réponses
  • Anonyme
    il y a 1 décennie

    Bonjour

    Oui, je me le demande, pourquoi ne votons nous pas Tou(te)s

    MASSIVEMENT BLANC, aux 2/3 voire au 3/4 du corps électoral ???

    45 millions d'électeurs/trices en France

    Moins d'un million d'encarté(e)s

    d'une "extrême à l'autre"en

    passant par le

    "centre"...!

    ...+.

    Source(s) : un moyen de faire tomber cette Vème "république Monarchique Bananière française", de nous voir bâtir ensemble, une VIème R.F.,démocratie participative directe,@taille humaine,sous contrôle Citoyen &dans laquelle tout(e) citoyen(ne) pourrait oeuvrer,@+ .......
    • Commenter avatarConnectez-vous pour commenter des réponses
  • il y a 1 décennie

    j'ai eu le grand plaisir d'écouter albert jacquard, 83 ans, sur france-inter hier après-midi. si nous avions un homme comme lui dans chaque école, nous n'en serions pas là actuellement.

    • Commenter avatarConnectez-vous pour commenter des réponses
  • Que pensez-vous des réponses ? Vous pouvez vous connecter afin de voter pour la réponse.
  • il y a 1 décennie

    Bonjour Segel,

    Les lieux de l'émancipation sont les lieux où l'on peut réellement se confronter à la fois à la pensée de l'autre et aux savoirs...

    Ils sont la cible première de cette équipe au pouvoir et ce n'est pas sans raison, tu peux me croire...

    Maintenant, il est tout à fait vrai que, pour diverses raisons nous nous laissons spolier de nos droits élémentaires...parfois par simple lassitude, par manque d'effort...

    Cela demande des efforts de réfléchir le monde, de tenter d'apporter sa participation, aussi minuscule soit-elle...

    • Commenter avatarConnectez-vous pour commenter des réponses
  • il y a 1 décennie

    Parce que les politiques font un sale boulot que nous ne voulons pas faire,

    parce que même dans les communautés les plus égalitaires ,y compris certaines entreprises ,seuls 15% au bout d'un certain temps se tapent les charges de gestion et que les autres ne viennent que pour la cueuillette....

    nous ne voulons pas nous salir les mains

    dans tous les sens du terme

    • Commenter avatarConnectez-vous pour commenter des réponses
  • R R
    Lv 6
    il y a 1 décennie

    Peut être parce que nous soutenons les idées qu'ils prônent.

    • Commenter avatarConnectez-vous pour commenter des réponses
  • Lili
    Lv 6
    il y a 1 décennie

    On est "baillonnés", car malheureusement, le vote blanc et l'abstention n'amènent rien de plus, et quelques fois même encore pire.

    • Commenter avatarConnectez-vous pour commenter des réponses
  • Anonyme
    il y a 1 décennie

    Je ne suis sous la tutelle de personne.

    Et je n'ai besoin de personne pour m'épanouir.

    • Commenter avatarConnectez-vous pour commenter des réponses
  • il y a 3 ans

    Culpabilisez les malades, c'est très bon pour l. a. Sécurité Sociale, nous sommes toujours dans l'émotionnel et jamais dans le politique. Heureusement, il existe des will pay qui mettent des fonds publics pour l. a. recherche en particulier médicale. Des recettes, que oui, suppression de toutes les niches fiscales, et des dépenses de Cour, comme celle de l'avion de M Estrosi et tout ce que nous ignorons

    • Commenter avatarConnectez-vous pour commenter des réponses
Vous avez d’autres questions ? Pour obtenir des réponses, posez vos questions dès maintenant.