Quels sont les symptomes de l'insuffisance rénale?

Suivre
  • Suivre en mode public
  • Suivre en mode privé
  • Ne plus suivre
Meilleure réponse
Parfois, il n'y a pas de symptômes qui apparaissent , ça peut être découvert seulement après un diagnostic , cependant certaines insuffisances rénales présentent les symptômes suivants: Nausées, le besoin d'uriner fréquemment , un drôle de goûts à la bouche " mauvais "..
  • 1
  • Commentaire

Autres réponses (1)

  • maureen a répondu il y a 5 ans
    L'insuffisance rénale chronique (IRC), urémie ou mal de Bright, néphrite chronique

    [?] Qu'est-ce que c'est ?

    C'est l'atteinte progressive, importante, et définitive de la fonction rénale, et donc de la filtration glomérulaire.

    Toutes les maladies rénales chroniques et certaines maladies rénales aiguës incurables conduisent irrémédiablement à l'insuffisance rénale chronique (IRC) dans un délai très variable : de quelques semaines à quelques dizaines d'années. On peut définir l'insuffisance rénale chronique comme la réduction irréversible de la filtration glomérulaire.

    Toute insuffisance rénale, quelle qu'en soit la cause, est le fruit d'une réduction du nombre de néphrons actifs. Les néphrons atteints sont exclus ou détruits, les néphrons restant se comportent comme des néphrons sains. Ils assurent à eux seuls le contrôle rénal de l'homéostasie (équilibre intérieur de l'organisme).

    Le rein peut assurer ses capacités excrétrices pendant très longtemps puisqu'il lui suffit de 20% de ses néphrons pour fonctionner. Lorsque les lésions touchent plus de 80% des néphrons, les troubles commencent à apparaître.

    A partir de la destruction de 80% de ses capacités, l'insuffisance rénale chronique débute.

    [?] Causes et facteurs de risque

    Toutes les maladies rénales peuvent évoluer vers l'insuffisance rénale chronique :

    * Maladie polykystique familiale ;
    * Diabète ;
    * Hypertension artérielle ;
    * Glomérulopathie chronique ;
    * Néphrite interstitielle chronique ;
    * Dilatation des voies excrétrices par obstacle ;
    * Myélome, lupus érythémateux disséminé ;
    * Syndrome d'Alport.

    [?] Les signes de la maladie

    L'insuffisance rénale chronique n'entraîne très longtemps aucun symptôme.

    Lorsque ceux-ci apparaissent, il s'agit de :

    * Une asthénie avec anémie et amaigrissement ;
    * Une polyurie ;
    * Des troubles digestifs : anorexie, nausées, vomissements, diarrhée, hémorragies digestives ;
    * Des troubles neurologiques : multinévrite avec impatience des jambes, fatigue des mollets, paresthésies (fourmillements dans les jambes), impotence des membres inférieurs. Dans les cas très sévères, on note des troubles psychiques avec confusion mentale, désorientation, torpeur...
    * Des signes cardiaques : péricardite, insuffisance cardiaque, HTA ;
    * Des troubles osseux : ostéodystrophie rénale : douleurs osseuses, hyperparathyroïdie secondaire, ostéomalacie ;
    * Des crises de goutte ;
    * Des troubles cutanés : infections cutanées, prurit ;
    * Des infections urinaires.

    A un stade plus avancé, l'anémie provoque une pâleur jaunâtre, une tachycardie, une mauvaise tolérance à l'effort, une asthénie et des troubles sexuels.

    [?] Examens et analyses complémentaires

    La gravité de l'insuffisance rénale chronique est estimée par la clearance de la créatinine. Elle est :

    * Modérée lorsque la clearance de la créatinine est comprise entre 50 et 80 ml/mn ;
    * Importante entre 15 et 50 ml/mn ;
    * Grave au dessous de 15 ml/mn ;
    * Impose l'épuration extrarénale au dessous de 10 ml/mn.

    L'urée sanguine s'élève rapidement. La créatinine sanguine augmente aussi tandis que sa clearance diminue. L'hyperuricémie est fréquente.

    L'anémie est constante au cours de l'insuffisance rénale chronique (sauf en cas de polykystose).

    L'hyperkaliémie peut être mortelle.

    L'acidose métabolique, les déséquilibres hydro-électrolytiques, les troubles phosphocalciques (hypocalcémie, hyperphosphorémie) sont importants.

    L'abaissement des vitesses de conduction nerveuse motrice et sensitive détecte la neuropathie périphérique sensitivo-motrice.

    [?] Traitement

    Au début, lorsque l'insuffisance rénale chronique n'est pas très avancée, un régime et des conseils hygiéno-diététiques sont suffisants.

    Aux stades très évolués, seule l'hémodialyse périodique par rein artificiel (épuration extrarénale), la dialyse péritonéale ou la transplantation rénale peuvent améliorer la qualité de vie de ces malades.

    Toutefois, la dialyse ne remplace pas toutes les fonctions du rein défaillant et certaines complications sont possibles et nécessitent une surveillance étroite.

    [?] Surveillance de l'hémodialyse chronique

    1. Surveillance diététique et nutritionnelle :

    * Eau et sodium : le risque majeur est celui de la surcharge (hypertension artérielle, Oedème aigu du poumon). Le poids du patient être surveillé très régulièrement entre les séances et à chaque séance de dialyse. L'apport hydrique doit être adapté au volume de la diurèse.

    L'apport sodé est calculé d'après les possibilités d'excrétion quotidienne.

    * Potassium : l'hyperkaliémie est à l'origine de troubles du rythme cardiaque et d'arrêt du coeur. La kaliémie doit donc être bien suivie. Les patients doivent se méfier des sels dits de régime qui sont riches en potassium. Les aliments riches en potassium sont interdits. En cas d'hyperkaliémie : prescription de kayexalate
    • 2
    • Commentaire
  • Sign In 

    pour ajouter votre réponse

Qui suit cette question ?

    %
    MEILLEURES RÉPONSES
    Membre depuis :
    Points : Points : Niveau
    Réponses :
    Points de la semaine :
    Suivre
     
    Ne plus suivre
     
    Bloquer
     
    Débloquer