BrainBreaker a posé la question dans Societé et cultureReligions et spiritualité · il y a 1 décennie

Par quelle preuve de Dieu l’humain rejette t-il Son Dieu ?

On dit souvent que l’on rejette tout ce que l’on ne connaît pas ou que l’on ne connaît pas suffisamment. Cette attitude est jugée absurde, dangereuse et injuste par n’importe quelle personne normalement constituée. La raison, la sagesse veut que l’on ne doive rejeter qu’après avoir connu avec certitude l’objet que l’on décide de rejeter ? Comment alors se hâter à rejeter Dieu sans l’avoir connu ? Ne dit-on pas bien des termes comme : « je ne crois pas en Dieu », ce qui équivaut à dire « je rejette Dieu » ! Ceux qui vont dire « non, on ne croit pas en Dieu, on rejette Dieu par ce qu’il n’existe pas » commettent une erreur lamentable (comme d’ailleurs les croyants qui disent qu’ils croient en Lui parce qu’il existe), car la raison humaine n’a jamais prouvé l’existence ou l’inexistence de Dieu. La raison ne semble pas être opérante dans ce domaine ; et ne peut donc constituer une preuve. Prétendre affirmer le contraire serait de la mauvaise foi.

Alors par quelle preuve l’humain rejette t-il Son Dieu ? Je dirais même par quelle preuve de Dieu l’humain rejette t-il Son Dieu ?

Mon post n’est pas une attaque personnelle. C’est une question générale que tout un chacun se pose dans sa vie. Merci de vos réponses argumentées. Le sujet n’est pas en rapport avec le rejet de la religion d’après les considérations historicistes ou en rapport avec la religion comme institution organisée.

15 réponses

Évaluation
  • ?
    Lv 6
    il y a 1 décennie
    Meilleure réponse

    " Dieu est à la fois le Tout, l'Autre et l'Inconnaissable.

    C'est l'homme qui créé la dualité en faisant de lui une entitée séparée de Dieu. En réalité , IL n'a jamais été séparé de nous. C'est notre ignorance et notre orgueil qui masquent Sa présence.

    Prenons garde aux pièges de la raison : si nous essayons d'appréhender cette notion intellectuellement, c'est comme si nous voulions contenir le temps dans l'instant. C'est impossible ! La minute ne peut contenir l'heure ! Nous sommes une partie de l'heure, une partie du temps. Si nous voulons contenir le temps, donc l'éternité ( car Dieu est l'Eternité ) il faut que les limites de l'individualité disparaissent.

    Intellectuellement personne n'est en mesure de le faire car nous sommes limités.

    Le Divin est ordre et mystère et le raisonnement stérile et compliqué n'a pas sa place dans ce domaine. Dès qu'il s'agit d'appréhender la vérité universelle, l'intellect est inopérant, comme tétanisé par l'infini où il ne trouve aucun repère.

    Alors les sages parmi nous vont reconnaître leurs limites et les arrogants vont inventer de nouvelles vérités, de nouvelles religions, et de nouvelles sectes...où ils s'égarent et perdent ceux qui les suivent.

    " N'as-tu pas vu celui qui prend pour Dieu sa passion..." Sourate 45 verset 23 .

    A un moment donné, la recherche devra se situer sur un autre plan, sinon l'intellect deviendra une entrave à la compréhension du Tout, de la multiplicité et de l'unicité."

    Source(s) : Le soufisme , coeur de l' Islam.
  • il y a 1 décennie

    Mais dis moi,

    Tu ne crois ni en Boudha, ni en Vischnou, ni en Jupiter. Tu as donc rejeté leurs enseignements. Et je doutes que tu les ais connus pourtant. Cela ne te parait-il pas incongru ?

    Ton raisonement a ceci de faux que tu pars du principes que la foi en Dieu nous ait donné à la naissance. Ce qui est faux.

    Lorsque je suis né, je n'avais aucun dieu, pas plus Allah que Dieu, Vichnou ou Boudha. Et lorsque j'ai grandit, rien de ce que j'ai vu ne m'a inciter à m'approcher de l'un d'eux.

    Aussi, chacun est libre de faire la connaissance d'une religion et ensuite de l'embrasser. Mais embrasser la religion sans la connaître, c'est ça qui est stupide.

    On n'a pas de preuve de l'existence de Dieu, donc on présume qu'il existe. C'est du shadowk ça : "on ne sait pas ce qui se passe si on arrête de pomper, donc on continue à pomper."

  • il y a 1 décennie

    @Ismail R

    J'aurais été heureuse comprendre votre poésie :(

    @Tous

    S'il n'existe pas de preuves, la raison pousse celui qui l'utilise dans le sens qui lui semble correspondre le mieux à sa raison.

    Ce n'est pas une question de "regret" ou "d'ignorance" mais bien de "choix". Ma conscience est devant le choix de la présence divine ou de son absence et ma conscience choisit. Ma conscience n'est alors ni dans l'erreur, ni dans la vérité.

    Puisque, comme vous le dîtes vous-même, il n'y en a aucune. Lorsque nous faisons un choix, généralement, il est difficile d'avoir une certitude quelconque sur sa conclusion.

    Je ne crois pas en dieu, dieu pour moi n'existe pas. La certitude? Point. Le doute? Souvent. La capacité de changer de point de vue? Bien évidemment. Pourquoi ne l'ai-je pas encore fait? Parce qu'à chaque fois ma conscience et ma raison ont fait emporter l'inexistence de dieu sur la possibilité de sa présence.

    Comment connaître dieu? J'aurais plutôt envie de dire comment ne pas le connaître! Il est dans les livres, sacrés ou non, les philosophies, les monuments dédiés à ses cultes, les fresques et les calligraphies (selon s'il autorise ses fidèles à représenter son visage ou non), les chants, les poèmes, les prières, les oraisons, les dialogues de films et de théâtres, les objets sacrés, les liturgies, les signes et les symboles, les langages, les histoires, les légendes, les rêves (certains en témoignent sur Q/R), les lois (avoir le droit de pratiquer son culte librement...), les vêtements, la nourriture........

    Comment faire pour ne pas le connaître? Comment faire pour ne pas chercher à comprendre?

    J'ai pris ce que dieu nous a (paraît-il) donné pour le comprendre et marcher dans la voie tracée par lui pour nous.

    Et il n'est pas là m'ont dit ma conscience et ma raison.

  • il y a 1 décennie

    La raison humaine n'a jamais prouvé ni l'existence ni l'inexistence de Dieu? oui... mais cette autre" raison "qu'est le sentiment , et ce sentiment d'existence de la Perfection , Perfection qu'en même temps on ne peut concevoir dans la réalité... que l'on ne peut se representer ...lui opposant même le principe de causalité oubliant qu'IL est lui même la cause et créateur de ce principe n'a pas besoin de cause ...Raison ? sagesse? non c'est par l'Intelligence elle même que l'être humain réfute l'existence de l'Intelligence Suprême ...

    Salam @Enael et à toi @Brainbreather

  • Que pensez-vous des réponses ? Vous pouvez vous connecter afin de voter pour la réponse.
  • il y a 1 décennie

    En effet vous parlez de foi et non de religion. La foi s’impose à soi. On est tenté de se l’expliquer bien qu’on n’y arrive pas. Je dis bien de s’expliquer cette croyance en nous et non prouver quoi que ce soit. D’ailleurs le mot « croire en » est bien adapté, tout comme le mot arabe « amana ».

    Les religieux essaient de prouver la justesse des dogmes, leur historicité, la véracité de leurs sources, leur adéquation avec les besoins sociaux ou individuels, mais jamais ils ne se risqueraient à essayer de prouver l’existence d’un Créateur. Celui qui prétendrait pouvoir le faire serait un démagogue s’adressant à des crédules. C’est son Ineffabilité qui fait du Créateur l’incréé. Le Créateur n’est même pas nommable, le mot arabe « Allah » dérive de l’article défini arabe « Al » qui veut dire « Le » en français. « Al », c’est ainsi que s’adressait Abraham à Celui qu’on ne nomme pas, « Yahouwa », « Lui », latinisé en « Jéhovah » et « Alléluia ».

    En philosophie, depuis les Grecs et jusqu’à nos jours, on cherche à conceptualiser « l’être », donc nous; en vain jusqu’à nos jours. Si nous n’arrivons même pas à définir avec exactitude notre être, notre essence et notre existence, comment pourrions nous quoi que ce soit concernant le Créateur.

    Comme vous dîtes, affirmer ou infirmer est une erreur sans issue. On croit ou on ne croit pas, un point c’est tout.

    Quant à la religion, c’est un autre sujet, un sujet qui, lui, peut être débattu.

  • il y a 1 décennie

    Serai-je athée, je me demanderai comment une entité supérieur appelé Dieu puisse régir ma vie, ayant moi même pouvoir de décision sur le chemin que je me trace.

    Serai-je croyant, pour ne pas avoir vu, dans mon attente reste le doute.

    Celui qui a vu est-il encore croyant?

  • Anonyme
    il y a 1 décennie

    "je ne crois pas en Dieu", n'équivaut pas du tout à "je rejette Dieu" ; le premier implique que je ne crois pas à son existence, tandis que le second au contraire implique que je le rejette, donc par là même que j'admets son existence : je ne peux pas rejeter quelque chose dont je n'admets pas l'existence même. Partant de là, il me paraît plus raisonnable d'accompagner la proposition "je ne crois pas en Dieu" de "...mais je pourrais remettre cette opinion en question si l'on m'en apporte des preuves convaincantes".

    Ton raisonnement est donc biaisé du départ car tu amalgames deux concepts différents qui sont la non-croyance et le rejet.

    Toujours selon ton raisonnement, l'absence de preuve de l'existence de Dieu est une preuve de son existence. Tu le dis toi-même : "la raison humaine n’a jamais prouvé l’existence ou l’inexistence de Dieu". Depuis quand ne pas avoir prouvé l'existence d'une chose constitue une preuve de son existence ?

    A l'inverse, les seuls indices que nous ayons de son existence seraient quelques bouquins fantaisistes, et un paquet de gens qui "y croient", mais sans trop savoir pourquoi ni sans trop savoir l'expliquer, ou alors avec des arguments éthérés sans autre fondement que leur conviction intime (cf. le post d'Enael)... Rien de tangible en tous cas. Exactement comme ce grand classique, que tu utilises d'ailleurs : "je ne peux pas prouver qu'Il existe, mais vous ne pouvez pas me prouver qu'Il n'existe pas" (haha et TOC prends ça dans les dents, crétin d'athée, non mais oh !) (encore cf. le post d'Enael : c'est une EVIDENCE INCONTESTABLE, si incontestable que quiconque ose penser différemment souffre d'infirmité spirituelle).

    Un autre grand classique : la fausse analogie : "vous ne pouvez pas voir le vent, pourtant il existe" (et re-TOC l'athée, tu croyais pas que tu allais me la faire hein ?)... Ben oui, mais je peux constater les effets du vent tous les jours, même là maintenant en regardant par la fenêtre pendant que j'écris. Ce qui n'est absolument pas le cas pour la seconde proposition implicite de cette analogie. (cf. le post de Saladin, no comment).

    Dernier point : au Diable les conventions, je termine par le début de ta question :). l'obligation morale et intellectuelle de "connaître suffisamment" une chose avant de l'adopter ou de la rejeter. De là :

    - comme "la raison humaine n’a jamais prouvé l’existence ou l’inexistence de Dieu", il est impossible de le "connaître suffisamment", donc rejeter son existence serait absurde, dangereux et injuste (ça en devient presque de la preuve par l'absurde, à ce niveau...)

    - il me semble qu'à l'inverse, la bonne démarche serait d'intégrer à son système seulement des éléments qui reposent sur des prémisses plus solides. Le gars qui a parlé de la licorne rose a bien vu le truc : on ne peut pas passer son temps à réfuter continuellement des idioties et hypothèses farfelues. Donc lorsque tu dis qu'il ne faut pas rejeter l'idée de Dieu sans l'avoir approfondie, si ton raisonnement est vrai il doit être valable pour tout, et je vais finir par passer ma vie à réfuter le bouddhisme, le judaïsme, l'islam, les témoins de Jéhovah, Rael, Gilbert Bourdin, Moon et Tom Cruise... Désolé, j'ai mieux à faire (même si la longueur de ce post contredit cette dernière affirmation :))

    Source(s) : La charge de la preuve incombe à celui qui prétend imposer un concept par ailleurs totalement intangible, et non à ceux qui doutent de son existence. http://www.info-3000.com/eclatsdesprit/TXT_embrass...
  • il y a 1 décennie

    Tout d'abord , il faut bien comprendre une chose:

    Dans la société moderne, l'existence (ou l'inexistence) d'une chose est prouvée par des théories scientifiques basées sur la logique et l'observation !

    Un athée peut tout à fait dire que "Dieu n'existe pas" car il se base sur des faits et non sur sa raison...

    Un croyant peut affirmer l'existence de Dieu sur la base de sa foi, qui n'est pas liée à la raison humaine plutôt rationnelle....

    En outre, lorsque tu dis "Comment alors se hâter à rejeter Dieu sans l’avoir connu ?" tu sous entends qu'il pourrait-être visible sous forme matérielle (un homme ou un animal). Or ce n' est pas le cas....

    Pour moi, personne ne peut connaître Dieu, car Dieu n'est pas palpable...c'est une entité immatérielle qui est là dans l'Univers mais qu'on ne voit pas...

    Pour toi visiblement la question de l'existence ou l'inexistence de Dieu sur Terre est irrésolvable.... serais-tu agnostique?

    Le côté intéressant de ta question, c'est que lorsqu'on analyse la vraie raison du rejet de Dieu par les gens, on s'aperçoit qu'ils rejettent plus la religion en tant qu'institution ou système politique plutôt que les valeurs morales qu'elle véhicule...

  • Kiff
    Lv 7
    il y a 1 décennie

    Pour moi, c'est plutôt le contraire.

    C'est parce qu'il croit Le connaître et que l'idée qu'il S'en fait ne correspond pas à la réalité du monde qui l'entoure que l'Homme rejette D.ieu. Peut être l'Homme devrait il plutôt se poser la question de savoir si la vision qu'il a de D.ieu est "valable" avant de refuser l'idée qu'il puisse y avoir un Créateur.

    La réponse de notre ami Pinguin illustre bien ce "phénomène".

    Pour le reste, je suis d'accord avec toi quand tu sembles dire que l'athéisme n'est qu'une forme de croyance (respectable par ailleurs) et que la seule position intellectuellement honnête et fondée en raison est l'agnosticisme, cad le doute...

    @ ACANTHAS:Ah bon !! Soit...

    Et sur quels faits se base t il pour pouvoir affirmer que D.ieu existe ou pas ?

    J'attends ta réponse avec impatience car tu es sur le point de "révolutionner" l'Histoire de la pensée...;0)

  • Nico
    Lv 5
    il y a 1 décennie

    Le truc c est que athée comme croyant sont des positions justifiables. Si l'on raisonne logique et science, on tombe dans une impasse dans la tentative d'expliquer la naissance de l'Univers (je rappelle que le Big Bang n'explique pas la création de l Univers, mais son évolution et est une théorie encore incomplète, bien que créditée). Logiquement toute cause a un effet, et inversement, ça veut dire que l'évolution actuelle de l'Univers est la conséquence d'une cause, le Big Bang, lui même conséquence d'une cause, et etc (on tombe dans un infini des causes, ce qui est assez bizarre et inexpliquable). Donc peut être que l'idée de Dieu, qui logiquement incarne la cause première, est acceptable., sinon comment expliquer cet infini?

    Mais d'un autre côté, il faut dire que le concept et le mot "Dieu" lui-même est une invention humaine visant à expliquer la création de l'Univers (rappelons que la science à l'époque n'était que très peu avancée). J'aurai pu tout aussi bien remplecer "Dieu" par "poisson multicolore" ou "bonbon haribo" comme origine de l Univers, là encore évidemment on n'aurait pas de preuve et donc on pourrait pas se prononcer, mais Dieu finalement n'est il pas une invention humaine? qu'est ce qui le prouve? on n a pas encore montré comment a été crée l Univers, mais qu'est ce qu il prouve qu'un Dieu y est pour quelque chose? on l a jamais vu...

    Tu vois, il y a deux questions si l'on réfléchit bien en tant que croyant ou athée (Comment expliquer la création de l Univers scientifiquement, ou comment expliquer que Dieu existe puisqu'il est un concept purement humain?), et les deux sont sans réponses. Donc oui on peut pas se prononcer la dessus comme tu dis, mais le fait que certains approuvent Dieu et d'autres le rejettent est pour moi tout à fait normal.

Vous avez d’autres questions ? Pour obtenir des réponses, posez vos questions dès maintenant.