Le Capitalisme est peut-être en train de tuer le monde. Les religions pourront-elles le sauver ?

Depuis 20 ans le monde ne connaît plus qu'un seul système : le capitalisme et la loi du marché. Ce système a permis à l'Europe et à l'Amérique du nord de créer des sociétés prospères et plus justes que les autres au cours du XXe siècle. Mais c'était dans un monde de 2 à 3 milliards d'habitants,... afficher plus Depuis 20 ans le monde ne connaît plus qu'un seul système : le capitalisme et la loi du marché. Ce système a permis à l'Europe et à l'Amérique du nord de créer des sociétés prospères et plus justes que les autres au cours du XXe siècle. Mais c'était dans un monde de 2 à 3 milliards d'habitants, avec des ressources naturelles illimitées...

Aujourd'hui le monde compte 6 milliards d'habitants. Les 9 milliards seront atteints dans 40 ans. Le pétrole, énergie indispensable à toute activité productrice, vaut maintenant plus de 100$ le baril, le pic de production a été atteint il y a 2 ans, la demande augmente et l'offre diminue. Les pays "sous développés" savent maintenant qu'ils ne se "développeront" jamais.

Le prix de la nourriture a été multiplié par 2 en un an. Dans les pays développés, ça signifie la baisse du pouvoir d'achat. Dans les pays sous-développés, ça signifie la faim. Comme les bouches à nourrir augmentent plus vite que l'offre de nourriture, les prix continueront à monter. c'est la loi du marché.

Que proposent les religions ? Faire l'aumône ? Donner combien ? 10% de nos richesses comme le disent certaines religions ? Faites le calcul : les "riches" sont ultra-minoritaires et la baisse de leur pouvoir d'achat fait qu'ils s'appauvrissent de toutes façons. Même si chacun donnait 10% à répartir aux pauvres, ça ne suffirait pas à les sauver de la famine. Déjà les restos du coeur et les ONG ont constaté une baisse des dons.

Les religions sont-elles dépassées, sur ce coup ? Elles ont été prévues pour de petites sociétés agricoles fermées et frugales, au sein d'une nature généreuse. Pas pour un monde global, surpeuplé, aux ressources naturelles en voie d'épuisement. Pensons à nos enfants.
22 réponses 22