N'est ce pas se résigner que d'affirmer : "je n'ai pas choisi d'être hétéro/homosexuel(le)" ?

Que devient alors la théorie freudienne de la "bisexualité originelle" ?

13 réponses

Évaluation
  • il y a 1 décennie
    Meilleure réponse

    du coup j'ai choisi de ne pas choisir et de laisser libre court à mes pulsions et mes désirs ...

    je vis avec une femme, mais je goute à un homme quand ma libido me le demande ...

  • Anonyme
    il y a 1 décennie

    Disons qu'on va dire alors que j'ai choisi la ou je prenais le plus de plaisir lol. Mais aussi la ou mon coeur m'a guidé.

  • il y a 1 décennie

    Celon Freud, ce choix est inconscient.

    Puisqu'il est inconscient, par définition, il n'est pas accessible au conscient et peut être totalement ignoré voire refoulé et ingoré par le conscient.

    Nous n'avons pas conscience de ce choix, donc on ne peux pas savoir qu'on a choisi, donc on ne peut pas dire qu'on a choisi.

    Donc ce n'est pas se résigner, mais ignorer son inconscient, comme en quasiment toute chose.

    Une petite phrase que j'aime bien "nos inconscient se parlent, et si nous savions ce qu'ils se disent, nous resterions cachés sous la table".

    Ca a quelque chose d'effrayant, je trouve

  • il y a 1 décennie

    Je ne sais pas si j'ai choisi ou pas, qui le sait avec certitude d'ailleurs?

    Une chose est sure, je prefere que cela soit un choix parce que si c'est genetique ou autre, c'est la porte ouverte a tous les cingles tentes de nous guerir a tout prix. Cela s'est deja vu et se voit toujours dans certains pays.

    Je prefere donc avoir le courage de mes opinions, meme si en definitive c'est de la poudre aux yeux, mais je ne renie pas qui je suis et puis, honnetement, il y a longtemps que je en me pose plus ce genre de questions. J'aime les filles et puis c'est tout ! Marre de devoir me justifier en permanece!

  • Que pensez-vous des réponses ? Vous pouvez vous connecter afin de voter pour la réponse.
  • il y a 1 décennie

    Je pense effectivement que c'est ne pas reellement s'affirmer..

    Je pense que meme si notre preference sexuelle ne resulte pas forcement d'un choix innée et voulu , on fait quand meme le choix de se laisser aller a cet amour et a cette sexualité consideré comme marginale .

    Donc meme si le choix n'est pas conscient, je pense sincerement que l'on en fait un quand meme

  • il y a 1 décennie

    Je ne sais pas ce que l'on choisit réellement librement, je pense que l'on est toujours sous influence d'un système ou de quelqu'un ou d'un groupe....Notre seule liberté est de l'ordre de la conscience de notre manque de liberté...

    La théorie freudienne,comme cela l'indique est une théorie, seule notre façon d'assumer un état de fait est important sur l'instant...bye yin

  • il y a 1 décennie

    Non, ce n'est pas se résigner, mais il ne faut pas que ça serve d'excuse non plus, d'ailleurs on dit rarement "je n'ai pas choisi d'être hétéro" on dit plus ça quand on est homo.

    Perso je pense que la société nous conditionne, à la base à être hétéro, mais elle n'a pas toujours été comme ça, c'est avec le christianisme qu'elle est devenu moins tolérante. En tout cas je suis d'accord pour dire qu'à la base on est tous bi

  • il y a 1 décennie

    Entre la bisexualité originelle et notre époque contemporaine beaucoup de croyances sont venues s'intercaler.

    Dans sa construction culturelle, l'humanité a rejeté la nature et ses cultes animistes et polythéistes pour les reléguer au rang d'obscurité, de diables cornus et j'en passe.

    Le but des croyances monothéistes était éminement politique : rassembler la cité sous une seule doctrine et créer une dépendance au culte, afin de pouvoir faire évoluer les civilisations par le travail et l'allègeance à une hiérarchie toujours plus sophistiquée, directement inféodée à une divinité unique, personnifiée par le chef.

    Dire ,"je n'ai pas choisi d'être..." renvoie à ce schéma. Chaque individu à une "place", une "position sociale", en tout cas, serait figé dans une construction ancestrale dont il ne pourrait plus sortir, au risque de mettre en péril la civilisation.

    Le principal argument de l'homophobie découle de cette croyance.

  • il y a 1 décennie

    Se résigner implique que l'on en accepte l'idée avec réticence, que l'on s'y fait comme à quelque chose de désagréable et il faut bien admettre que beaucoup d'homos passent par cette étape. Cela ne signifie pas que l'on vit son homosexualité comme un drame toute sa vie mais je pense qu'il y a effectivement un moment où l'on céde, on se soumet à son orientation. On renonce à lutter contre l'évidence.Pour moi c'est tout simplement réaliste de se dire que l'on n'a pas eu le choix dans la mesure où, si choix il y a, il est fait inconsciemment et n'engage donc pas notre volonté.

    @VT : dire que ce n'est pas un choix n'est pas de l'autodéfense ... c'est pour tenter d'expliquer à ceux qui s'opposent à nos droits sous prétexte que "on a choisi d'être homo on n'a qu'à assumer " qu'ils se trompent !

  • il y a 1 décennie

    Oui. Que devient alors la théorie freudienne de la "bisexualité originelle" ? C'est freudien ! Bravo, Freud ! Et merci Bhilie2023 !

Vous avez d’autres questions ? Pour obtenir des réponses, posez vos questions dès maintenant.