Anonyme
Anonyme a posé la question dans Societé et cultureSocieté et culture - Divers · il y a 1 décennie

Que veut dire exactement vendre son âme au diable et quel est son origine?

4 réponses

Évaluation
  • Anonyme
    il y a 1 décennie
    Meilleure réponse

    [ SIGNIFICATION ]

    Conclure avec le diable un pacte selon lequel il accorde certains privilèges pendant la vie terrestre (science, jeunesse, puissance surnaturelle...) en échange de la possession et de la damnation éternelle de l'âme.

    Aliéner sa liberté, sa dignité en échange de quelque chose.

    [ ORIGINE ]

    C'est des croyances du Moyen-Âge que nous vient cette expression avec son premier sens, la version avec 'vendre' datant du XVIIe siècle, celle avec 'donner' du XIXe.

    À cette époque où la religion jouait un rôle très important, les hommes croyaient qu'il était possible de faire un pacte avec le diable et de lui abandonner son âme, "cette partie immatérielle et éternelle de l'homme, opposée au corps", en échange d'avantages terrestres divers (alors que, normalement, elle est destinée à rejoindre le Paradis, pour tous ceux qui, comme vous et moi[1], n'ont que des péchés véniels à se reprocher).

    C'est ainsi qu'on accusait les sorciers et sorcières d'avoir vendu leur âme au diable en échange de leurs pouvoirs surnaturels.

    Au figuré, cette expression s'applique maintenant à toute personne qui n'hésite pas à se renier, à perdre sa dignité ou sa liberté d'action, de réflexion ou de décision, en échange de choses qui, au moins temporairement, vont lui paraître extrêmement désirables ou avantageuses.

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • il y a 1 décennie

    Les légendes évoquand les pactes avec le diable remontent au Moyen-Age.

    L'une d'elle raconte comment un clerc (Thimothée, je crois), très pieux, mais méconnu, se laissa tenter et vendit son âme.

    Ceci fait, il devint très vite un notable, mais il craignait terriblement la mort et priait la Vierge toutes les nuits jusqu'au petit matin, où il finissait par s'assoupir. Un jour, il trouva à son réveil près de lui le contrat qu'il avait signé, et son nom y était effacé.

    Il mourrut peu après, mais tranquille.

    Au XIII°siècle, une théorie dangereuse apparut dans certains milieux intellectuels : celle qu'on pouvait tromper le diable (ou, à défaut du diable en personne, certains démons de moindre importance) au moment de signer le pacte et donc, se rendre maître de lui. A cette époque, la sorcellerie et les croyances semi-païennes était encore peu réprimées, mais cette théorie changea les choses... La sorcellerie fut définie comme hérésie et comme telle passible du bûcher pour les relaps.

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • geo
    Lv 6
    il y a 1 décennie

    l'expression accompagne le développement du christianisme en occident, ou plus exactement du diable, coté négatif du christianisme

    au moyen âge, on accuse les sorciers d'avoir commerce avec le diable

    mais la seule chose qui intéresse le diable étant l'âme humaine, vendre son âme au diable est le seul échange commercial possible

    mais c'est surtout Gounod avec son "Faust" qui popularise l'expression

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
  • il y a 1 décennie

    C'est le mythe de Faust. Un vieil homme, Faust, vend son âme au diable pour redevenir jeune. Mais voilà, le diable lui donne ce qu'il demandait mais il a le temps pour lui et l'heure de la mort finit par sonner. Il va falloir payer. Très beau film ancien avec Gérad Philippe dans le rôle de Faust et Michel Simon dans celui du diable.

    • Connectez-vous pour commenter des réponses
Vous avez d’autres questions ? Pour obtenir des réponses, posez vos questions dès maintenant.