x
Lv 7
x a posé la question dans Arts et sciences humainesPhilosophie · il y a 1 décennie

Peut-on vivre sans espoir ?

"Vivre sans espoir, c'est cesser de vivre" ( Dostoievski.)

Mise à jour:

Clin d'eoil à *shippo ! ;-) Glad you could enlighten me !

Mise à jour 2:

Oups! Un oeil de travers ..

Mise à jour 3:

ESPOIR, subst. masc.

>> Fait d'espérer, d'attendre avec confiance la réalisation dans l'avenir de quelque chose de favorable, généralement précis ou déterminé, que l'on souhaite, que l'on désire

Mise à jour 4:

Bonjour à toi * gally! "pas de mollesse"! Parfait! Interessant tout ce que je lis dans les rep..

La confiance ne serait-elle pas amie de l'espoir??hum...je vais cogiter!..:-))

21 réponses

Évaluation
  • il y a 1 décennie
    Réponse favorite

    L’espoir humain est l’incarnation des désirs que l’on espère obtenir d’une situation d’une relation ils sont les bagages que nous portons dans nos vies…

    Pourquoi est-ce essentiel car cela permet d’utiliser le langage de l’émotion et non celui de celui de la logique, d’utiliser a plein nos capacités a rêver et donc de nous conduire vers un temps imaginaire ou tout devient possible…

    Pour certains toute chose est créée 2 fois :

    D’abord mentalement, ensuite physiquement. Quelle que soit la nature de leur projet, l’individu, la famille, l’équipe ou l’organisation forgent leur propre avenir en créant une projection mentale de leur vison et de leurs objectifs.

    *Shippo la volonté ne va pas naître spontanément il lui faut un carburant qui se nomme espoir cela n’empêche pas d’être lucide sur ses capacités et de ce fixer des objectifs atteignables…

    A+

  • il y a 1 décennie

    En réalité, j'ai toujours pensé que celui qui espérait était déjà un peu mort à l'intérieur. Dieu me pardonne, mais je ne partage pas du tout l'avis du grand maître Dostoïevki. Celui qui espère a déjà secrètement renoncé à la vie en son for intérieur, il tourne vers l'avenir un regard plein d'attente qui traduit un oubli du présent dans lequel se réalise toute vie. L'espoir est une modalité de la volonté qui se tourne vers l'avenir dans un déni complet du présent, d'un présent dans lequel ses forces sont impuissante à apposer sa marque, sûrement, mais la position d'attente de "l'espérant" (appelons-le ainsi) est un aveu de faiblesse autant qu'un constat d'échec, parce que la volonté abandonne à un autre (la chance, Dieu, bref l'avenir ainsi personnalisé et substantialisé) le soin d'obtenir la substantifique moelle qui nourrit une âme. L'espoir substantialise le l'avenir comme s'il était un présent, ce qu'il n'est pas. La bonne disposition de la volonté envers l'avenir est la CONFIANCE. L'espoir est une diposition positive dans ses affects (ce qui fait dire à Dostoïevski qu'il y a de la vie dans l'espoir) mais mortifère dans son essence, car la volonté renonce d'elle-même à combattre le réel pour y développer sa puissance (volonté de puissance chez Nietzsche, conatus chez Spinoza). L'espoir abandonne ainsi le monde l'existence et de l'être-là pour une propective aincertaine dans laquelle il renonce à sa liberté. Car l'espérant est toujours un peu esclave de la représentation positive et béate de son avenir ainsi substantialisé.

    Oh la la, à me relire très vite, je suis assez dur... mais qu'importe! pas de mollesse aujourd'hui :p Bonjour Herculine.

  • cal
    Lv 4
    il y a 1 décennie

    Pas facile comme sujet, mais il y à une phrase, de je ne sais qui, qui dit :"N'enlevez jamais l'espoir à un homme, c'est peut-être tout ce qu'il lui reste."

  • Anonyme
    il y a 1 décennie

    Oui, je le pense.

    On peut vivre sans chercher la faiblesse, sans s'egarer dans le putatif, l'epistemique, l'a-venir, l'irreel du futur.

    Voila ce qu'est pour moi l'espoir qui en ai goute en connaisseur et qui ai vu des gens esperer avec toute la passivite que cela implique un avenir meilleur.

    On me retorquera qu'il y a des espoirs qui soutiennent l'action. C'est vrai, mais combien sont-ils qui aboutissent, et quelle proportion representent-ils en comparaison de l'espoir des Chretiens en un retour du sauveur.

    Combien s'alienent a leur propre vie par cette drogue qu'est l'espoir. Oui, je vais emprunter a Marx et dire que l'espoir servi par les pouvoirs temporels et spirituels n'est qu'un opium, un nonosse a lecher en attendant une viande qui n'arrivera peut-etre jamais mais qui permettra aux potentats de rester a leur place doree.

    La volonte est toujours preferable a l'espoir. Elle a ses limites, certes, elle peut aveugler elle aussi. Mais au moins elle n'aveugle que de son propre fait, et le reste du temps pousse a exceller, a se connaitre, a se depasser, a etre qui l'on est et non son ombre.

    On peut etre lucide et heureux, assure de qui l'on est face au monde, mais cela n'est pas l'apanage de l'espoir, mais bien de la volonte.

    Source(s) : enlighten? Wow! I don't preach the Gospel, it's just my vision of the concept. Some may disagree LoL Aslant? Oh, yes, OK. ;-) ^^
  • Que pensez-vous des réponses ? Vous pouvez vous connecter afin de voter pour la réponse.
  • il y a 1 décennie

    espérer c'est se projeter vers l'avenir positivement, c'est donc vivre ; la mort,c'est la fin de tout projet.

  • il y a 1 décennie

    Évidemment.

    Puisqu'on va mourir, l'espoir est un leurre.

    Ce qui n'empêche en rien le plaisir et le bien vivre.

    Le temps des roses, sans espoir, lucidement.

  • Odette
    Lv 7
    il y a 1 décennie

    LE DÉFI

    "Vivre une expérience, un destin, c'est l'accepter pleinement. Or on ne vivra pas ce destin, le sachant absurde, si on ne fait pas tout pour maintenir devant soi cet absurde mis à jour par la conscience... Vivre, c'est faire vivre l'absurde. Le faire vivre, c'est avant tout le regarder... L'une des seules positions philosophiques cohérentes, c'est ainsi la RÉVOLTE. Elle est un confrontement perpétuel de l'homme et de sa propre obscurité. Elle remet le monde en question à chacune de ses secondes... Elle n'est pas aspiration, elle est sans espoir. Cette révolte n'est que l'assurance d'un destin écrasant, moins la résignation qui devrait l'accompagner". C'est ainsi que Camus oppose à l'esprit du suicidé (qui, d'une certaine façon, consent à l'absurde) celui du condamné à mort qui est en même temps conscience et refus de la mort. Selon lui c'est cette révolte qui confère à la vie son prix et sa grandeur, exalte l'intelligence et l'orgueil de l'homme aux prises avec une réalité qui le dépasse, et l'invite à tout épuiser et à s'épuiser, car il sait que "dans cette conscience et dans cette révolte au jour le jour, il témoigne de sa seule vérité qui est le défi".

    Source(s) : Camus
  • il y a 1 décennie

    non cela semble impossible !!

    sans espoir la vie s'arrête !!!

    ce n'est quand même pas pour rien qu'on dénomme le suicide comme un acte désespéré !!

  • il y a 1 décennie

    Voila une maxime : « L'espérance, toute trompeuse qu'elle est, sert au moins à nous mener à la fin de la vie par un chemin agréable. »

  • il y a 1 décennie

    l'espoir... on peut pas vivre sans

    mais mourir sans c'est pas cool non plus....

    elle est dure ta question,

    mais ce qui est sure c'est que si tu en a besoin là tout de suite moi je t'en donne un peu: tiens

    bonne nuit

Vous avez d’autres questions ? Pour obtenir des réponses, posez vos questions dès maintenant.