?
Lv 5
? a posé la question dans Politique et gouvernementGouvernement · il y a 1 décennie

Comment définiriez-vous le politiquement correct ?

A mes yeux, le politiquement correct, credo de nombreux socialistes, qu'ils en soient conscients ou non, consiste à ne appeler un chat un chat. Le politiquement correct est aussi selon moi un parti pris systématique en faveur de toute minorité, afin de se donner bonne conscience, mais sans forcément savoir de quoi il en retourne. Le politiquement correct consiste en outre à un jugement du passé au nom du présent, avec toutes les erreurs d'appréhension de l'histoire que cela implique. Le politiquement correct est pour ceux qui y souscrivent une manière de ménager toutes les susceptibilités, mais celles-ci ne sont pas nécessairement froissées lorsqu'on les appelle par leur nom. Enfin, et je dirai même surtout, le politiquement correct implique nécessairement une rhétorique euphémiste, et les personnes touchées par ce que je pense être le pire ennemi de l'objectivité rejettent, parfois avec véhémence, tous ceux qui n'y adhèrent pas.

Quelle est votre définition ? Est-il toujours aussi

Mise à jour:

répandu selon vous, tend-il à se propager pu au contraire à disparaître ?

Merci à toutes et à tous pour vos réponses, en espérant ne pas avoir à lire de posts trop... politiquement corrects ou vindicatifs.

Mise à jour 2:

Bernard : Ca c'est de la bienséance... :-) Bien à toi.

Mise à jour 3:

Attention Sampiero, je te vois arriver, mais là c'est sérieux :-) Une fois n'est pas coutume. Bien à toi.

Mise à jour 4:

Pouceur : Tu aimerais bien évaluer négativement la question aussi n'est-ce pas ?

NB : "Consiste en outre EN" , excusez-moi.

Mise à jour 5:

Merci Kitsunekocha (j'ai peur d'avoir écorché ton pseudonyme).

Bien Nicolaï :-)

Mise à jour 6:

Democrate 75 : Bien vu aussi. Soit, il n'est peut-être pas l'apanage de la gauche, néanmoins il me semble que c'est tout de même elle qui se taille la part du lion en la circonstance.

Mise à jour 7:

Ob1 : Bien vu également.

NDNG : Excellent post.

Mise à jour 8:

Best regards Exbiker.

Ca va être dur de choisir entre NDNG, Brutus, Nicolaï...

Mise à jour 9:

Chap et Brutus : Merci pour vos exemples.

16 réponses

Évaluation
  • il y a 1 décennie
    Meilleure réponse

    C'est la conséquence désastreuse d'un mouvement né dans les universités de la côte Est des Etats-Unis dans les années 80 et qui a déferlé en Europe depuis.

    Elle a, au début, et au nom d'un improbable respect, consisté à ne plus parler de "Noirs américains" ou de "handicapés", mais d'"Afro-Américains" et de "personnes à mobilité réduite", ce qui a dû vraiment changer la situation des intéressés ! Tout le vocabulaire a subi ce lifting bien pensant et en quelque sorte libérateur, on peut même parler de catharsis dans l’acception suivante : Moyen par lequel le psychiatre amène le malade à se libérer de ses traumatismes affectifs refoulés…

    La sémantique nouvelle a induit des modes de pensée nouveaux, à savoir par exemple que par définition il est désormais admis :

    - que les minorités ayant souffert au cours des siècles passés, il ne saurait plus y avoir de jugement envers leurs descendants qu'au travers du prisme déformant de la souffrance de leurs ancêtres.

    - que le passé des peuples dominants ne plaidant pas en leur faveur, la contrition doit désormais être leur lot quotidien.

    -que les lois desdits pays étant rétrogrades et aliénantes par principe, elles ne sont applicables aux minorités que dans la mesure où elles leur sont favorables.

    Les exemples sont multiples et variés de cette dérive, allant parfois jusqu’à l’absurde : La police en France n’a plus le droit officiellement de définir la race d’une personne recherchée…Un établissement universitaire destiné à former des professeurs de sport doit être pourvu d’un ascenseur à l’usage des éventuels étudiants en EPS handicapés…

    Cette mode du "politiquement correct" permet encore et surtout d’occulter certains débats ; en diabolisant par avance celui qui poserait une question jugée non-correcte politiquement, elle impose de fait une auto-censure aux éventuels audacieux.

    A contrario, les frileux s’y retrouvent très bien, et sont assurés du respect et de la bienveillance de tous ceux qui se plient à ce diktat.

    Demander si Cathy Freeman était dopée en 2000 aurait été politiquement incorrect puisqu’il s’agissait d’une femme et de plus, aborigène.

    Demander si Mme Mandela était une tortionnaire ou pas, constituait presque un délit d’opinion, dès lors qu’il s’agissait de la femme d’un leader noir et emblématique.

    Vouloir simplement débattre de l’opportunité du mariage homosexuel constituerait paraît-il une remise en cause homophobe de l’égalité des sexualités.

    Ce mode de pensée et cette façon de faire sont transversales ; et tout le monde en joue, à droite comme à gauche, et dans tous les pays :

    En France, mettre en cause Mme Dati est gênant pour la gauche ; et la droite en joue.

    Tout comme Mme Royal en a joué, en mettant plus en avant son statut de femme, qu’elle croyait inattaquable, que son programme politique.

    Dernier avatar de cette situation : Aux USA actuellement se pose la question cruciale de savoir s’il est plus politiquement correct de désigner une femme pour la course à la Maison-Blanche…ou un Noir ?

    .

  • il y a 1 décennie

    La gauche ayant abandonné son projet économique et sa rhétorique marxiste, il ne lui reste plus rien si ce n'est les débris de l'idéologie des années soixante-dix : relativisme culturel, apologie de la tolérance, aspirations libertaires.

    Le politiquement correct c'est la langue qui permet d'exprimer ces trois éléments dans un langage technocratique et policé.

    Source(s) : Le politiquement correct s'apesanti sur des "détails" car les tenants de ce discours ne croient plus dans les valeurs de la gauche (collectivisation, travail, solidarité) mais ne peuvent pas non plus adhérer ouvertement aux valeurs de la droite parce qu'ils se sont fait connaître en les combattant. Ayant, en fait, abandonné la politique, ils se réfugient dans la morale. D'où l'impression qui se dégage d'irréalité du discours. Les problèmes d'aujourd'hui appellent des solutions radicales, de gauche ou de droite. Le tenant du dissours politiquement correct rejette le radicalisme de gauche, qui lui fait peur, et aussi celui de droite, contraire à ses principes. N'ayant donc pas de solutions à promouvoir, la solution consiste à nier l'existence des problèmes et à se préoccuper de questions de moeurs... @Chap. Tu confonds "politiquement correct" et "tartufferie". Tu tombes toi aussi dans le piège du discours moralisant et accusateur.
  • il y a 1 décennie

    Le politiquement correct est un avatar de la pensée unique, qui enlève toute substance à certains débats.

    C'est à cause du politiquement correct que certains débats ont été longtemps occcultés et certains termes maintenus tabous.

    Par exemple, quiconque tentait un débat sur l'immigration se faisait immédiatement taxer de raciste. La messe était dite, et le débat n'avait pas eu lieu.

    De même pour l'homophobie, sous prétexte de l'éradiquer, nombreux débats (adoption, mariage entre homosexuels, ...) ont été occultés, car quiconque se déclarait opposé au mariage homosexuel (par exemple) se faisait immédiatement taxer d'homophobe. Impossible donc dans de telles conditions d'avoir un débat serein, objectif et équitable.

    Et on pourait continuer aiinsi dans de nombreux domaines.

  • il y a 1 décennie

    Le politiquement correct n'est pas ni de gauche, ni de droite.....c'est un concept venu des Etats-Unis qui apparaît comme un ensemble de façons de penser et d'agir qui respectent les tabous et préjugés de groupes de pression puissants: groupes féministes, ethniques, homosexuels, etc.

    Or, dans cette prétendue défense des tabous des uns, ce phénomène ne cesse d'en créer d'autres. Ainsi, une condamnation des violences dans les banlieues risque de vous classer irrémédiablement parmi les racistes obscurs (Sarko). Une remarque défavorable sur la politique de l'état israélien dans les territoires occupés pourra faire de vous un antisémite fascisant le fait de prôner une préférence sexuelle différente de l'homosexualité vous faire passer pour un sinistre homophobe réactionnaire.

    Enfin, il y a les schémas de pensée: un être politiquement correct sera forcément écologiste, pro-féministe, pro-gay, non-fumeur, anticommuniste, antifasciste, détestera autant la pornographie que Saddam Hussein ou l'alcool. Sera-t-il aussi anticonformiste?

    Bref, le politiquement correct force les personnes à entrer dans des schémas de raisonnement de groupes face à des groupes, à des grandes entités dans lesquels sombre en définitive la plus infime des minorités, l'individu et la pensée personnelle. Il y aura le groupe des coupables et des victimes. Les pauvres seront forcément les victimes des riches, les noirs des blancs, les femmes des hommes et ont pourrait poursuivre indéfiniment cette énumération. "Le politiquement correct s'appuie sur une culture dominante qui nie l'identité de l'individu au profit du groupe et qui reconnaît aux groupes politiquement puissants d'imposer leur morale", estime Pierre Lemieux.

    Faisons tout simplement preuve d'un peu d'intelligence et de discernement. A cet égard, j'ai bien peur que le politiquement correct demeure pour moi une attitude taboue

  • Que pensez-vous des réponses ? Vous pouvez vous connecter afin de voter pour la réponse.
  • Chap
    Lv 7
    il y a 1 décennie

    C'est bien vu !

    Le politiquement correct c'est globalement critiquer ce dont on profite tous les jours

    C'est avoir une villa de luxe à Mougins, et critiquer les riches.

    C'est vivre dans un duplex à Paris et dénoncer la crise du logement.

    C'est rouler en 4x4 et être pour l'environnement.

    C'est de vivre du social et critiquer les contribuables.

    C'est avoir un toit et soutenir les SDF ou les clandestins qui vivent dans la rue.

    C'est critiquer l'histoire colonialiste de la France, mais profiter de toute la richesse qu'a apporter cette période.

    En France, on peut-être heureux et riche mais faut pas le montrer et surtout pas le dire, c'est pas politiquement correct.

    Une manière de se dédouaner de ses actes.

  • il y a 1 décennie

    Une étoile pour cette définition qui me semble plus que correcte.=)

    @NI Gauche NI Droite:On ne peut mieux dire!Un pouce en haut,à défaut d'une étoile.=)

  • il y a 1 décennie

    C'est la croyance selon laquelle le MOT est plus important que le FAIT.

    Si le mot "noir" a une connotation raciste, on interdit le mot "noir", on le remplace par "de couleur", et on espère avoir résolu tous les problèmes de racisme.

    C'est Hillary Clinton alors qu'elle était 1ere dame qui a répendu cette théorie ainsi qu'un important lexique e savoureuses 'expressions politiquement correctes dans son pays.

    Le concept lui même me semble découler de la "Newspeak" ("Novlang") de George Orwell pour 1984 : supprimer tous les mots utilisables dans les "mauvaises pensées...

    Source(s) : Ma préférée est du à Coluche dans sa "Lettre ouverte aux cons et aux mal-comprenants"
  • il y a 1 décennie

    D'accord avec toi, à ceci près que ce n'est pas l'apanage de la gauche, la droite en joue parfaitement aussi.

    Ma définition : ne pas dire ce qui est, afin de préserver son image et donc son salaire !!!!! (de député, maire, etc...). Ou encore, c'est la façon d'exprimer une (non-)opinion médiane, au plus près de la moyenne de toutes les opinions.

  • Anonyme
    il y a 1 décennie

    Salut Daft, "mon politiquement correct" à moi a été mis à jour sur mon profil ...

    ,-) Bien à toi , "Nanard".

  • il y a 1 décennie

    tit'étoile

    ne plus mentir !!!

    best regards daft

Vous avez d’autres questions ? Pour obtenir des réponses, posez vos questions dès maintenant.