sely a posé la question dans SantéPathologiesPathologies - Divers · il y a 1 décennie

qu'est ce que le syndrome thyrotoxique? merçi?

3 réponses

Évaluation
  • Anonyme
    il y a 1 décennie
    Réponse favorite

    La thyroïde est une glande, située à la base du cou, qui mesure six centimètres de haut et six centimètres de large et dont le poids n’excède pas 30 grammes.

    Comme toutes les glandes, la thyroïde fabrique des hormones. Deux types d’hormones exactement : la T4 (tétraiodothyronine ou thyroxine) et la T3 (triiodothyronine), dont l’action est essentielle à toutes les cellules de l’organisme. La T4 est produite en grande quantité, elle sera transformée à l’intérieur des cellules en rT3 (dont l’essentiel repart dans la circulation sanguine), et en T3 qui est l'hormone active. Pour que les hormones thyroïdiennes, soient sécrétées en fonction des besoins de l’organisme, l'hypophyse, une petite glande rattachée au cerveau et située à la base du crane, fabrique une hormone régulatrice, qui agit directement sur la thyroïde : la TSH (thyréostimuline). La TSH a pour rôle de stimuler la thyroïde lorsque le taux des hormones thyroïdiennes dans le sang vient à baisser. Lorsque le taux de T3 et T4 est trop élevé, la TSH est alors mise au repos.

    On parle d’hyperthyroïdie, lorsque la thyroïde produit trop d’hormones, à l’inverse les hypothyroïdies sont conséquentes à une production hormonale insuffisante.

    L’iode comme matière première

    Ces hormones thyroïdiennes sont fabriquées à partir d’un élément naturel, l’iode, que votre glande thyroïde capte dans votre alimentation. Une alimentation équilibrée apporte environ 300 microgrammes d’iode par jour, ce qui est suffisant. Si l’iode est présente dans les algues, Il faut savoir qu’elle l’est également dans le poisson, les crustacés, mais aussi le soja, les haricots verts et les laitages.

    Les hormones thyroïdiennes agissent sur un grand nombre de fonctions de l'organisme : un excès d’hormones T3 et T4 provoque une élévation de la température, les combustions sont alors augmentées, ce qui explique les sensations de soif, de sensibilité à la chaleur et l'accélération de toutes les fonctions de l'organisme. A l’inverse, un manque d'hormones entraîne au contraire une baisse de la température.

    Augmentation des hormones thyroïdiennes Diminution des hormones thyroïdiennes

    Accélération du rythme cardiaque Ralentissement du rythme cardiaque

    Perturbation du transit :

    diarrhées Perturbation du transit :

    constipation

    La peau est chaude et moite La peau est froide et épaisse

    Perte de poids Prise de poids

    Excitation et agressivité Trou de mémoire et signes de dépression

    Il faut savoir que la thyroïde fonctionne dès le stade de foetus. A ce moment là, cette glande joue un rôle important dans la croissance, en particulier celle du système nerveux. Au moment de la puberté, en s'associant aux hormones de croissance et aux hormones sexuelles, elle permettra au corps de l’adolescent de se transformer. Et tout au long de notre vie, cette petite glande produira les hormones indispensables au fonctionnement de notre organisme.

    http://www.doctissimo.fr/html/sante/encyclopedie/s...

  • il y a 1 décennie

    Quand la glande thyroïde secrète trop de thyroxine on devient intoxiqué par l'hormone, alors on maigrit, il y a une fonte musculaire et on est fatigué, on devient irritable, on a chaud et soif, les yeux peuvent saillir des orbites avec un regard brillant (exophtalmie) on peut avoir de la diarrhée, le coeur bat plus vite, et parfois trop vite avec des signes d'insuffisance cardiaque, parfois avec des troubles du rythme cardiaque qui peuvent aboutir à la mort.

  • il y a 1 décennie

    Hyperthyroïdie (246)

    Professeur Olivier CHABRE - Janvier 2003 (Mise à jour février 2005)

    Précédent | Plan | Suivant

    Résumé

    1. Introduction

    2. Mécanismes physiopathologiques conduisant à une thyrotoxicose

    2.1. Augmentation de la synthèse d’hormones thyroïdiennes

    2.2. Destruction de vésicules thyroïdiennes avec libération d’hormones thyroïdiennes préformées

    2.3. Administration exogène d’hormones thyroïdiennes

    3. Physiopathologie et présentation clinique des différentes étiologies de thyrotoxicoses

    3.1. Augmentation de la synthèse d’hormones thyroïdiennes

    3.2. Thyrotoxicoses par destruction vésiculaire

    3.3. Thyrotoxicoses par administration d’hormones thyroïdiennes

    4. Diagnostic d’une thyrotoxicose

    4.1. Diagnostic positif

    4.2. Diagnostic étiologique

    5. Traitement

    5.1. Moyens

    5.2. Indications selon les étiologies

    5.3. Indications thérapeutiques des formes cliniques particulières

    Pré-requis :

    Cours PC2 physiologie et séméiologie thyroïdienne, ou références suivantes dans le même livre :

    # Biosynthèse, actions et régulations des hormones thyroïdiennes : Chapitre 1

    # Séméiologie de l’hyperthyroïdie : Chapitre 10

    # Imagerie de l’hyperthyroïdie : Chapitre 13

    Résumé :

    La maladie de Basedow est la cause la plus fréquente des thyrotoxicoses. Il s’agit d’une maladie auto-immune caractérisée par la présence d’anticorps qui activent le récepteur de la TSH. Elle touche préférentiellement la femme, évolue par poussées, et peut comporter une orbitopathie (exophtalmie).

    Les autres causes sont : nodule toxique, goitre multinodulaire toxique, hyperthyroïdie induite par l’iode, thyroïdites sub-aiguë et silencieuses, thyrotoxicose factice. Dans toutes ces thyrotoxicoses la TSH est freinée par rétrocontrôle. Les thyrotoxicoses liées à une sécrétion inappropriée de TSH sont exceptionnelles.

    Plusieurs mécanismes physiopathologiques peuvent être à l’origine d’une thyrotoxicose : activation du récepteur de la TSH, destruction vésiculaire, surcharge iodée, administration exogène d’hormones thyroïdiennes. La connaissance de ces mécanismes permet de choisir les outils diagnostiques (scintigraphie à l’iode 131, anticorps anti-TPO, anti-récepteur de la TSH..) et thérapeutiques (antithyroïdiens de synthèse, bêtabloquants, iode 131, chirurgie) adaptés à la prise en charge des différentes causes de thyrotoxicoses.

    1. Introduction

    La thyrotoxicose est le syndrome clinique qui traduit l’élévation de la concentration des hormones thyroïdiennes libres (cf cours de séméiologie). Elle a presque toujours une origine primitivement thyroïdienne. La sécrétion de TSH est donc freinée par rétrocontrôle : le taux de TSH est en dessous de la limite de détection du dosage (« TSH indosable »). Les exceptions à cette règle sont caractérisées par une sécrétion inappropriée de TSH (voir plus loin)

    Dans les thyrotoxicoses franches le taux de T4 libre et de T3 libre est au-dessus de la normale (établie sur une population de référence). Dans les thyrotoxicoses minimes (dites infra-cliniques) la TSH est aussi freinée, mais les taux de T4 libre et de T3 libre peuvent être encore dans les limites de la normale.

    Source(s) : www-sante.ujf-grenoble.fr/sante/corpus/disciplines/endoc/endoc/246/lecon246.htm
Vous avez d’autres questions ? Pour obtenir des réponses, posez vos questions dès maintenant.